Le point de vue de BAP sur l’Ukraine, la droite européenne et la liberté.

« Bronze Age Pervert » est le pseudonyme d’un écrivain qui a auto-publié un livre intitulé « Bronze Age Mindset », et qui anime un podcast intitulé « Caribbean Rhythms ». Ce pseudonyme est souvent raccourci en « BAP ».


Quand je regarde cette terrible guerre entre frères, et la façon dont non seulement les Russes et les Ukrainiens se battent, mais aussi, dans une sorte de parodie en ligne du véritable carnage, les différentes factions de la droite entre elles, je ne peux que penser aux acclamations à Langley ; je peux penser à un apparatchik transgenre qui glousse en Virginie ou aux autres transgenres schizo type Claire Danes dans les quartiers des « cyber campagnes » de l’OTAN en Europe. Je peux peut-être penser à leurs maîtres parmi les familles et les organisations qui ont traité l’Ukraine comme une jeune fille de seize ans, kidnappée dans un conteneur de Marioupol et vendue par des proxénètes à des scatologues qataris. Je pense aux dirigeants planqués de l’Occident, à la fois désespérés de voir l’une de leurs principales bases d’opérations et de pillage menacée, mais aussi soulagés d’avoir réussi, dans cette explosion d’hystérie, à unir une grande partie du sentiment populaire d’une manière qu’ils n’avaient pas pu faire pendant les simulacres de Wuhan et de Saint Floyd. Dans une flatulence soulagée, ils remercient Moloch d’avoir détourné l’attention populaire de leurs crimes et de leur avoir donné ce remède temporaire. Parfois, j’imagine Zelensky et le reste des clowns triés sur le volet de l’industrie du spectacle du « gouvernement » ukrainien, installés par les mecs de l’État américain, dans leur décor construit par Hollywood à Lvov ou à Cracovie, en train de déguster un risotto au homard et d’appeler héroïquement, devant les fonds verts qui affichent Kiev, des jeunes de seize ans de Kharkov à se jeter sous les pneus des chars russes.

Si certains d’entre vous sont animés par des images de soldats et de chars russes violant et pillant l’Europe il y a soixante-dix ans, ce n’est pas grave, ce type d’antipathie est légitime ; peut-être même que certains d’entre vous se souviennent de 1956 ou 1968. Nous sommes aussi animés par des images, mais au moins nous croyons que les nôtres se déroulent maintenant. L’un d’entre vous pense-t-il que cette guerre aurait eu lieu sans les promesses faites par les États-Unis, l’OTAN et l’UE à l’Ukraine ? Mais contrairement à vous, nous savons que ces promesses sont vides. L’Ukraine ne peut pas gagner contre la Russie, et vous encouragez cette guerre depuis votre sécurité, Zelensky risque chevaleresquement la vie d’autres personnes qui ne font même pas partie de son peuple ou de sa nation, pour son propre profit et son image ; les transsexuels à Washington poussent les civils et les grands-mères ukrainiens à engager les chars russes et à se faire massacrer pour un maximum de relations publiques outrageantes – nous trouvons tout cela indescriptiblement détestable. Nous adopterions cette position même si nous pensions que la cause ukrainienne était plus juste que celle de la Russie. Beaucoup d’entre vous parlent d’honneur, de défense de la patrie et de bien d’autres choses encore, et je vous prends au mot : si vous dites que vous y croyez sincèrement, je vous crois. Mais il n’y a pas de guerre d’honneur ici, ni de guerre tout court. L' »armée » ukrainienne n’engage même pas l’ennemi : la stratégie est celle des « casques blancs » de Syrie, des Palestiniens de Gaza, de l’escroquerie de Srebrenica, ou de l’industrie de l’Holocauste en Occident ; l’étalage maximal de victimes civiles, réelles ou fabriquées, dans le but de diaboliser un ennemi politique. Ce sont encore les soldats cannibales de Saddam qui mangent des bébés dans des couveuses, ou qui incendient « une maternité » par sadisme hunnique. Je ne peux pas atteindre les personnes blessées par cette hystérie sexualisée, mais j’espère atteindre certains d’entre vous qui ont conservé un certain niveau de scepticisme et qui ne sont pas des femelles hyperémotives.

Les deux problèmes principaux sur lesquels je vois que je diffère de beaucoup des droites européennes sur la question de la Russie sont : avez-vous vraiment de la souveraineté dans votre pays en ce moment ? Et qui est votre véritable et plus grand ennemi, la Russie ou l’OTAN ?

Beaucoup d’entre vous, les MAMZERS, ne sont pas sérieux. Soit vous voyez le gang qui a détourné le gouvernement américain au cours des dernières décennies – et par extension l’OTAN et les gouvernements d’occupation de l’Europe de l’Ouest et maintenant de l’Est – soit vous les voyez comme votre ennemi mortel, soit vous ne les voyez pas. Le remplacement de la population dans la sphère anglo-américaine, à la fois en Europe et, fait intéressant, même en Corée du Sud, est la raison qu’il vous faut, mais ce n’est pas la seule. Les jeunes Allemands sont désormais une minorité dans leur propre nation. Sans action extrême – sécession, éclatement de la nation, expulsion des étrangers qui devra se faire par la force – l’Allemagne ainsi que les autres nations européennes risquent une extinction imminente. En fait, l’extinction n’aura pas lieu, mais qu’est-ce qui se passera ? ça va ressembler à la Bosnie à l’échelle européenne. C’est inévitable, et beaucoup d’entre vous veulent jouer un rôle comme si nous étions en 1950 ou 1930. Mais nous sommes en 1989 et le temps presse.

Tous les efforts doivent être déployés pour inverser le règne de cette cabale sur l’Europe et pour préparer le moment de leur renversement et de la récupération des terres européennes que vous avez déjà perdues. Vous n’êtes pas des citoyens, vous êtes des étrangers et des esclaves dans vos propres maisons. Toute attention portée sur de supposés ennemis extérieurs, que ce soit la Russie ou même la Chine (dont vous savez tous que je la déteste), tout cela signifie que vous n’êtes pas sérieux.

Poutine a l’habitude d’énerver la cabale parce qu’il a l’habitude de s’opposer à elle avec succès. Il les a empêchés de déposer Assad en Syrie – et a ainsi sauvé un million à un million et demi de chrétiens (alors que les actions américaines au Moyen-Orient ont autrement détruit ses communautés chrétiennes). Il a également arrêté les plans américains en Géorgie. La Chine n’a pas d’antécédents similaires et n’a pas de tradition ou de vision stratégique, c’est pourquoi elle n’est pas intéressante en tant qu’alliée possible (il n’est même pas clair qu’il y ait une circonstance dans laquelle la Chine se verrait bien profiter d’une alliance avec les nationalistes occidentaux). Plus important encore, Poutine a une longue expérience de la lutte contre la cabale et ses agents en Russie même. La Russie était sur le point d’être totalement démantelée dans les années 1990 – le plan Morgenthau de désindustrialisation, d’empoisonnement national de masse, de déclin national, que la cabale met actuellement en œuvre aux États-Unis (opiacés dans le cas de l’Amérique, alors qu’il s’agissait d’alcool pour la Russie dans les années 1990)… mais là encore, Poutine est passé par là et est le seul dirigeant mondial à avoir réussi à l’arrêter. C’est pourquoi il est intéressant en tant que modèle éprouvé pour s’opposer à nos ennemis. Mon penchant pour Poutine n’est ni « idéologique » ni « géopolitique » mais « historique et circonstanciel » – face à cet ennemi particulier à ce moment-là, il est le seul à avoir sauvé sa nation de notre ennemi commun et à lui avoir tenu tête avec succès à l’étranger.

Le contre-argument selon lequel la Russie, si elle parvenait à s’opposer à ZOG en Europe, vous inonderait également de migrants est faux et inapplicable. La Russie n’a pas la capacité de prendre le contrôle de l’Europe occidentale, elle n’en a ni l’intérêt ni le désir. Je vois des gens qui n’ont aucun pouvoir sur eux-mêmes maintenant, qui sont les jouets de l’État profond américain, s’inquiéter d’une supposée « conquête russe de l’Europe » qui n’a même pas eu lieu à l’apogée de la puissance soviétique. Il n’y aura pas d’avancée russe sur Paris, mais l’ambassade américaine à Paris travaille en ce moment même avec la classe politique française pour inonder ce pays d’Africains et de musulmans. Ce n’est pas une supposition, c’est écrit noir sur blanc dans Wikileaks et d’autres documents, et tous ceux qui ont été ciblés par les intérêts américains (en réalité, la cabale, car les Américains ne sont pas non plus en charge de leur gouvernement) en Europe occidentale savent que c’est le cas. S’inquiéter d’une occupation russe qui ne peut pas et ne veut pas se produire est une façon de protéger son ennemi.

Même si une occupation russe totale se produisait, prenons cette étrange expérience de pensée ; mais même si elle se produisait, son modèle de gouvernement n’a rien à voir avec le remplacement de la population dans les États vassaux. Les arguments concernant les mouvements internes de population dans la Russie de Staline d’il y a 70-80 ans ne sont pas pertinents – la comparaison dans ce cas se ferait avec les États-Unis proprement dits, et elle ne serait pas flatteuse pour le côté occidental. Deux choses peuvent vous montrer clairement que non, la Russie ne s’engagerait pas en fait dans un remplacement de population en Europe de l’Ouest ou de l’Est, une observation historique et un fait actuel. Le fait indiscutable est que la Russie n’a pas modifié la population de ses vassaux du Pacte de Varsovie, même à l’apogée de sa puissance, mais que l’Amérique a modifié la population de ses pays vassaux de l’OTAN. Le fait encore plus indiscutable et urgent est que c’est actuellement la politique continue de l’Amérique : elle fait pression aujourd’hui, et non il y a soixante ans, même sur la Hongrie et d’autres pays, pour qu’ils ouvrent leurs frontières. La Russie n’a pas cette politique à l’égard de ses propres États clients (on pourrait peut-être penser à l’Arménie, à la Transnistrie ou au Belarus). La raison en est simple : La Russie n’a pas l’idéologie des « frontières ouvertes » de l’Amérique, et son économie n’est pas conçue pour utiliser la main-d’œuvre bon marché du tiers-monde dans ses États clients (encore une fois, il est important de faire la distinction entre ce qui se passe à l’intérieur de la Russie proprement dite et la façon dont elle traite ses Etats-clients, tout comme il est important de faire la distinction entre ce qui se passe à l’intérieur de l’Amérique proprement dite et ce qui arrive à ses propres États vassaux). En l’absence de preuves supplémentaires, il n’y a aucune raison de croire que même un patronage russe total sur l’Europe occidentale permettrait de poursuivre la politique de remplacement de la population imposée par l’Amérique. Cela dit, cette question n’est pas pertinente au départ, car la perspective plausible est l’humiliation par la Russie de l’OTAN et sa dissolution ultérieure, et non la domination russe ou même la domination indirecte de l’Europe elle-même. Quelqu’un propose d’humilier votre oppresseur, mais il s’agit de quelqu’un qui n’a pas la capacité de vous dominer : cela semble bon. Pourquoi envisageriez-vous la perspective bizarre d’une domination russe directe ?

Mais alors, quel est votre plan en tant qu’européen de droite ? Si vous n’organisez pas votre vie maintenant pour anticiper une situation de type Bosnie sur l’ensemble de l’Europe d’ici 5 à 15 ans, vous n’êtes pas sérieux. Si vous prévoyez d’opposer la moindre résistance à la spoliation de vos pays, de vos femmes et de vos biens par la cabale à la tête de l’Amérique, l’Europe ressemblera nécessairement à la Yougoslavie du début des années 1990, à l’Argentine du début des années 1970 ou à une combinaison de ces deux pays. Vous devez vous demander, qui sera votre allié ? Où obtiendrez-vous des armes, de la logistique et de la formation pour les temps à venir ? Où obtiendrez-vous des fonds ? Je ne suis pas sûr que Poutine ou la Russie vous aideront, mais ce sont les seuls alliés plausibles auxquels je pense pour les années à venir. Si vous voulez rejeter la Russie pour une supposée « inimitié ancestrale », quel est alors votre plan ? La Russie a montré qu’elle était prête à aider la droite européenne, elle l’a fait pour Le Pen. Pourquoi se mettre à dos votre seul allié plausible ? En revanche, l’Amérique s’est rangée du côté des musulmans dans le conflit en Bosnie, des musulmans au Kosovo, des musulmans en Tchétchénie (beaucoup d’entre vous se plaignent que les Tchétchènes se battent pour Moscou, mais les Tchétchènes se battent aussi pour le gouvernement occupé de l’Ukraine, et les Tchétchènes qui ont mené des attaques en Russie ont trouvé refuge dans les pays de l’OTAN), des musulmans en Birmanie contre les bouddhistes, des radicaux musulmans en Irak, en Syrie et en Libye contre les gouvernements arabes laïques, des organisations musulmanes et des « réfugiés » en Europe, et ainsi de suite. C’est sans aucun doute là que l’Amérique se tiendra quand l’Europe prendra feu dans quelques années. La Russie a au moins essayé de protéger les chrétiens en Syrie, en Arménie, en Serbie, etc.

L’opposition de la Russie et de Poutine à l’OTAN aujourd’hui, et son alliance possible avec vous à l’avenir, est motivée par leurs propres intérêts. Mais alors ? L’autre argument que beaucoup d’entre vous avancent, concernant la situation ou les problèmes internes de la Russie – leur propre population musulmane, les taux d’avortement, les maladies vénériennes ou la consommation de drogues – ne nous concerne pas. La question n’est pas d’être absorbé par la Russie elle-même. L’humiliation par la Russie de vos occupants actuels ou leur aide éventuelle à l’avenir ne vous transfère pas leurs taux d’avortement. Pourquoi cela doit-il être dit ? À cet égard, il n’existe pas d' »ennemis ancestraux » ni d’ennemis permanents en politique. La France a fait alliance avec les Ottomans ; l’Amérique les Écossais-Irlandais qui avaient une haine ancestrale pour les Britanniques normands, et qui venaient de se tirer dessus en 1812, puis se sont rapidement liés d’amitié en raison d’intérêts commerciaux. Les Soviétiques et les Nazis se sont unis pour le pacte Ribbentrop. Qui s’en soucie ? J’accepterais l’aide de l’Arabie Saoudite ou de la Chine si je pensais qu’ils étaient intéressés ou un tant soit peu efficaces pour s’opposer à ZOG. Mais ils ont l’habitude de ne pas être intéressé, ou de se montrer d’aucune utilité. Mais rien n’est permanent et nous pouvons toujours réévaluer plus tard.

Si vous êtes suédois, finlandais, polonais et autres, et que vous avez une antipathie ancestrale pour la Russie, quelle preuve avez-vous que la Russie a la capacité ou l’intention de vous faire du mal en ce moment ? Vous avez des exemples historiques, mais vous ne pouvez pas indiquer une seule chose que les Russes vous aient fait du mal au cours de votre vie. L’intention de Poutine semble être la protection des Russes dans les États de l’ancienne Union soviétique – en réalité de l’Empire russe ancestral. Juger la Russie sur la base d’une antipathie et d’une émotivité ancestrale est une vision de la politique, de la vie et de l’histoire que vous avez peut-être, sans le savoir, absorbée du moralisme américain post-Nuremberg basé sur la victimisation, et qui est elle-même l’héritage particulier de « l’autre groupe ethnique » que vous prétendez mépriser. Mais c’est ahistorique. Vos ancêtres européens ont vécu aux côtés de l’Empire russe ; ils ont conclu des alliances avec lui à différentes époques. Ils ne les voyaient pas comme cette caricature ogresque. Je pense que c’est un objectif légitime de la Russie, de protéger les Russes dans les territoires de l’Empire russe, et je crois que ces pays sont faux, mais même si vous n’êtes pas d’accord avec moi, quels sont ses objectifs pour vous ? Ils ne concernent pas du tout l’Europe proprement dite.

Vous parlez de « défense de la patrie », mais vous êtes sous occupation en ce moment. Que faites-vous, qu’avez-vous fait pour défendre votre patrie de l’invasion par votre propre gouvernement ? Et pourquoi laissez-vous ce gouvernement, qui cherche à vous anéantir dans votre propre pays, vous rallier à son soutien à cause d’une menace étrangère théorique qui ne viendra jamais ? Je suppose que le discours sur la défense de la patrie serait plus crédible si vous possédiez votre patrie en ce moment ou si vous faisiez des efforts pour la récupérer, mais ce n’est pas le cas. Il y a quelque temps, une sorte d’arme nucléaire a explosé dans le monde occidental, voire dans le monde entier, une sorte d’arme nucléaire socio-politique qui a complètement coupé l’État dirigeant de la nation. Nous vivons maintenant dans des États dirigés par des usurpateurs, et la maladie qu’ils imposent aux nations est incurable tant qu’ils ne sont pas supprimés. Je dirais quelque chose comme : « Vous voyez une chose insectoïde de type chrysalide entrer dans votre maison, perturber et habiter le corps de votre père en tant que zombi ; elle se met à prostituer votre soeur, essaie de vous castrer ; votre mère entre et sort de l’asile pour cause de BPD ; puis vous entendez un droitard confus demander ‘Pourquoi êtes-vous déloyaux envers la FAMILLE ! C’est ma position et la raison pour laquelle je pense que vous êtes un pigeon si vous vous laissez mobiliser par tel « père » et telle « famille nationale » contre « le méchant voisin » qui n’a en fait aucune capacité à vous opprimer.

C’est parce que ces États et ces nations, tels qu’ils existent aujourd’hui, sont usurpés, et peut-être que certains d’entre vous ne le voient pas encore… peut-être est-ce la raison pour laquelle il y a un certain désaccord entre les droitards… et je suppose maintenant que tout cela est de bonne foi. Si vous voyiez clairement votre soumission, vous verriez aussi combien absurde est cette ferveur guerrière contre le « danger ancestral de la horde russe orientale ». Votre soumission actuelle est totale et complète : des étrangers sont dans vos rues, s’emparent de vos richesses, sont libres de vous molester physiquement, avec la permission de vos propres gouvernements. Si vous êtes suédois, Malmö n’est peut-être pas tout à fait Detroit, mais c’est une ville que vous avez perdue à cause de l’occupation par votre propre gouvernement usurpateur. Vous regardez des villes américaines comme Detroit ou autre, et elles ont l’air aussi mauvaises que le résultat d’un assaut d’artillerie russe sur Kharkov. Je sais comment est Lyons. Si vous avez de l’honneur, vous avez dû vous battre physiquement à Lyon simplement pour marcher dans les rues, souvent quotidiennement. Voilà à quoi ressemble la vie dans une ville occupée. Peut-être que si vous êtes suédois ou finlandais, la perspective d’une alliance, même pragmatique, avec la Russie à l’avenir, c’est trop pour vous. Mais considérez alors la neutralité, et que rompre cette neutralité, vous enflammer avec une hystérie guerrière contre le seul homme qui pourrait probablement s’opposer à cet ordre mondial de latrines, vous faites le travail de faux pères abusifs et de gouvernements d’usurpateurs.

Beaucoup d’euro-droitiers que je vois maintenant ont une réaction entièrement émotionnelle à Poutine, mais être hyperémotif vous rend facile à manipuler. Quelles sont vos objections objectives, concrètes et pragmatiques à l’égard de Poutine ? Lorsque vous nous attaquez, moi et mes amis, pour l’avoir soutenu, vous nous accusez de contrarisme, de ressentiment, ou de nous intéresser à des « questions de guerre culturelle » fantômes, au lieu de choses soi-disant réelles comme le viol imminent de Berlin 2.0. Mais c’est ce dernier qui est un fantôme spéculatif et une image inspirée par l’hystérie émotionnelle ; alors que les raisons de notre position sont entièrement pragmatiques, et je les ai données ici.

Enfin, je dirai que si vous êtes Européen de l’Est, vous n’avez échappé que temporairement à ce sort. L’Amérique continue encore aujourd’hui à pousser vos élites à autoriser les migrants, et bientôt elles céderont. Il n’y a aucune chance qu’elles ne cèdent pas un jour, car elles sont achetées. Dans certains cas, comme en Roumanie ou en Slovaquie, la classe dirigeante est constituée des anciens services de sécurité de l’époque communiste. Ce ne sont pas des patriotes ni vos amis, mais ils utilisent le langage du patriotisme de manière cynique : sur le plan opérationnel, ils ont simplement remplacé le patronage soviétique par celui de la CIA et du Mossad. Mais vous êtes toujours dirigés par des barbouzes, sauf que maintenant ils vous vendent plus rapidement que sous les Soviets, parce que maintenant il y a un marché mondial pour votre chair. Il est tout simplement impossible qu’ils ne cèdent pas à la pression pour laisser entrer les migrants, et une fois qu’ils l’auront fait, vous serez confrontés au même choix que l’Europe occidentale aujourd’hui : La Bosnie, peut-être une Bosnie qui durera des décennies, ou l’extinction. Dans certains cas, ils n’auront pas besoin d’importer le Sud. Les populations tsiganes de Slovaquie et de Roumanie, par exemple, sont beaucoup plus nombreuses que ne le prétendent les recensements officiels. L’influence des États-Unis et de l’OTAN signifie que non seulement vous n’êtes pas autorisés à vous protéger contre ce problème, mais que ces personnes seront en peu de temps élevées au rang de vos dirigeants.

Regardez qui l’Amérique soutient en ce moment en Birmanie, qui n’est même pas dans sa sphère : lorsque le peuple birman s’est réveillé pour défendre sa patrie, l’Amérique-Saoud, ou plutôt la cabale qui gouverne par ce biais… ils sautent pour diaboliser tout élément de tradition et d’ordre cherchant à se préserver chez eux. Ils font cela en Birmanie, au Moyen Orient, en Asie. Où est la défense de la patrie alors en Europe, et quelles sont ses perspectives ? C’est pourquoi j’écris ceci : vous vivez maintenant sous une sorte d’esclavage abject, et jusqu’à ce que vous le reconnaissiez… comment vous libérer ?


Source : « BAP Covers Ukraine, the European Right & Freedom » publié sur The American Sun le 14 mars 2022. 

Illustration : Photo de Kostiantyn Stupak.