Apprenez de mon expérience : 40 ans, 3 enfants, divorcé.

Attention ! Cet article fait partie du projet TRP/SS. Vous consultez la section 5.4.

Mon histoire n’est pas nouvelle… mais il y a peut-être plusieurs d’informations ici qui aideront un autre type à éviter ma situation. Par où commencer…

J’étais l’« Alpha » dans ma meute. Je ne le savais pas à l’époque, mais c’est vrai. J’ai mené, d’autres ont suivi. Mes amis ont pris mes passe-temps. Je jouais de la guitare, eux aussi. Je voulais aller écouter de la musique en direct, alors nous l’avons fait. J’étais un passionné d’haltérophilie, alors ils se sont inscrits au gymnase pour apprendre de moi. Ma conjointe était de la partie et très heureuse. Le sexe était génial. Nous aimions les clubs de strip-tease. Nous aimions le porno. C’était ma copine et mon amoureuse. C’était ma copine. Je l’aimais à mort. C’était une femme éduquée. Elle avait un doctorat. Bien payée. J’avais une licence. Je gagnais plus d’argent. Travail en entreprise avec un salaire élevé. La vie était belle.

Alors… vous savez peut-être ce qui se passa ensuite. « Ayons un enfant ! ». J’étais marié depuis 6 ans déjà, la vie était belle… pourquoi pas ? ! J’adore les enfants. J’ai toujours rêvé d’avoir mon propre petit bambin.

En plus de l’enfant, je voulais créer ma propre entreprise. J’avais l’argent, le savoir-faire et la volonté. Elle ne se sentait pas en sécurité. Elle avait peur. J’étais le chef et je lui ai montré le chemin. Elle m’a suivi. A ce moment, je ne suis pas encore tout à fait sûr de tout, mais elle m’a défendu auprès de tous ceux qui m’ont remis en question…

Pour faire court, j’ai fait ce métier pendant 5 ans. Deux de ces années ont été bonnes. Les autres ont été des échecs. Elle ne m’a pas soutenu pendant les périodes d’échec. Elle méritait mieux. Elle n’était pas prête à réduire ses dépenses ou son budget de quelque façon que ce soit. Elle ne savait pas comment faire et n’était pas prête à apprendre. Pendant cette période, on a eu deux autres enfants (oui, je sais…). Les dettes se sont accumulées. Je montais des plans pour rembourser la dette… puis nous la remboursions… et puis de nouveau. Elle a dépensé. Elle ne pouvait pas s’en empêcher. Rien d’extravagant… mais certainement pas en vivant selon nos moyens. C’était une enfant qui se battait. Elle était effrayée. Je ne l’ai jamais remise à sa place. Seulement des tentatives timides.

Son travail s’est amélioré. Elle a été promue. Poste de responsable. Elle a gagné 50% de plus que moi. Puis le krach boursier s’est produit. Les clients ont cessé de payer. Un de mes clients m’a alors engagé à plein temps (Dieu merci). J’étais toujours à court par rapport à mon ancien salaire d’entreprise. Elle gagnait toujours plus.

Elle n’avait aucun respect pour moi. Je pouvais dire « 2+2=4 », et elle vérifiait d’abord avec ses amis et sa famille pour confirmer… et puis des mois plus tard, elle me disait « Devine quoi, chérie ! Tu avais raison ! 2+2 = 4 ! ». J’ai commencé à éprouver du ressentiment.

Je l’ai aidée à prendre le relais à la maison. Les enfants prenaient notre temps libre. J’étais « Monsieur Maman ». Le meilleur père que vous puissiez imaginer. Un type très aimant. Je n’avais pas l’air bien, physiquement. Tous les muscles que j’avais avaient disparu. Je suis retourné à la gym sporadiquement. Je n’avais plus de force. J’étais capable de m’asseoir sur un banc avec des haltères de 120 lbs. Maintenant, 65 lbs, c’était une lutte. Mes articulations me faisaient mal. J’ai perdu mes cheveux.

J’étais toujours le même gars loufoque et drôle que j’étais… mais j’ai perdu ma force. 

Elle a commencé à faire plus d’exercice, plus de sport, plus de musculation. Beaucoup plus. De façon obsessionnelle. C’est là qu’elle l’a rencontré.

Il était exactement ce dont elle avait besoin. Il ne lui accordait rien, il ne lui laissait rien passer. Il avait plusieurs femmes à la fois. Il était physiquement fort. Il était peut-être bête comme un pot, pas très beau, et un peu plouc… mais elle s’en foutait. Il a poussé ses boutons dans la bonne combinaison, et elle s’est complètement détachée de moi et des enfants. C’était juste avant notre 15e anniversaire.

J’ai tout découvert sur eux. Elle l’a dragué ouvertement. Au début, il a résisté. Elle continuait. Ils ont eu des relations sexuelles. Beaucoup. Pas besoin de détails… mais mon expérience passée en informatique m’a permis de découvrir chaque petite chose. Les SMS. Des e-mails. (Il a joué le « jeu » à la perfection, d’ailleurs. Il devrait donner un cours.) J’étais détruit. Émotionnellement, une épave complète.

Depuis, je me suis remis sur pied. Cela a pris des mois, mais j’ai finalement compris ce qui s’est passé. J’ai lu des livres. J’ai fait une thérapie. Je vous ai trouvé, les mecs de la pilule rouge.

En tant qu’homme probablement plus âgé que la plupart des gens ici, je vais partager quelques pépites de sagesse de mon point de vue, en tant que père qui a été marié, divorcé, qui a baisé des putes, qui a détesté les femmes… et qui les comprend maintenant.

  • Chaque femme a la capacité de faire ce que mon ex a fait. Toutes les femmes. C’est à vous de l’empêcher. Si elles ont beaucoup de bagages et de stress émotionnel, elles sont plus aptes à le faire. Les drapeaux rouges… apprenez à les connaître. Ne les ignorez pas parce qu’elle vous fait vous sentir bien. Mon ex avait une vie de famille horrible. Sa mère était une droguée, son frère un drogué et un détenu, sa sœur une droguée, et… elle a été agressée sexuellement quand elle était enfant. Bizarrement, j’ai passé outre tout cela parce qu’elle était si différente d’eux et qu’elle s’est améliorée en dépit de tout cela. Très admirable, c’est sûr. Mais elle n’en faisait pas une bonne épouse pour autant. Elle ne s’est jamais occupée de ces questions ou n’a jamais cherché d’aide. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’elle ne craque.
  • Les femmes ne sont pas mauvaises. Ce sont des êtres humains. Elles sont imparfaites. Cessez de pointer du doigt les mauvaises choses qu’elles font pour dire : « Vous voyez ?! Elles font toutes ça ! ! ». Ouais… et ? Et alors ? Vous les mettez sur un super beau piédestal et elles vous prouvent que vous avez tort. C’est de votre faute. Désolé que la société vous ait dit le contraire. La société dit beaucoup de conneries. Prenez-vous en main, apprenez et essayez encore. 
  • N’abandonnez pas l’amour. Bien sûr, 90 % des femmes dans le monde appartiennent à la catégorie de mon ex, mais il y en a de bonnes. Votre expérience et vos connaissances vous aideront à distinguer le bon du mauvais. Ne perdez pas de temps avec le mauvais. Vous valez mieux que ça. Mais n’ayez pas peur de montrer votre appréciation et votre amour pour ceux qui le méritent. Amis, famille, petites amies… s’ils le méritent, vous le donnez. Beaucoup. S’ILS LE MÉRITENT. L’amour n’est pas inconditionnel. S’ils ne donnent pas d’amour en retour ou s’ils vous font du mal, c’est leur problème. Ils ne font plus partie de votre vie. Ils n’ont aucun contrôle sur votre bien-être.
  • J’ai appris à connaître beaucoup d’hommes dans ma position, ou qui seront bientôt dans le même cas que moi. La première chose que je remarque chez ces hommes qui acceptent de se faire traiter comme de la merde, c’est cette mentalité qui consiste à dire : « oh là ! Si je lui dis ça, elle se mettra en colère contre moi, et même, elle pourrait me quitter ! ». Si vous avez cet état d’esprit, elle a gagné, et c’est fini. Mais vous ne le savez pas encore. Les femmes ne veulent pas « gagner » tout le temps. Vous voulez le respect de votre femme, vous ne voulez pas être son chien. Cela vaut pour toutes les relations. Défends-toi, bon sang !
  • Les femmes ressentent des émotions comme des montagnes russes. Quoi qu’elles ressentent à ce moment-là, c’est la réalité. C’est clair et simple. Vous n’aimez pas ça ? Je vous suggère de prendre un animal de compagnie, à la place. Désolé, mon frère. Je sais qu’elles sont souvent ennuyeuses et qu’on ne peut pas imaginer une vie qui ne soit pas basée sur notre concept de la réalité… mais ce sont des filles. Elles ont des nichons et nous font nous sentir super bien, mais elles sont complètement folles.

Ça fait un moment que je lis ce subreddit (le seul truc que je lis sur Reddit). Retour à la salle de gym. En thérapie-Testostérone maintenant (ça a fait toute une différence). Je cherche un autre emploi. Les hobbies ont recommencé. J’ai les enfants un peu plus de la moitié du temps. Être fort pour eux. Ils ont besoin d’un modèle positif et moral dans leur vie. Leur mère est toujours folle. Pas dans le bon sens.

J’ai rencontré beaucoup de femmes. La plupart horribles. J’ai maintenant une petite amie de longue date qui est « très pilule rouge ». Une personne merveilleuse. Oui, elle est plus jeune. Oui, elle est étrangère. (Est-ce que je suis un cliché, ou quoi ?!). Elle est aussi très instruite et a une carrière très prestigieuse. Je ne suis pas sûr de son salaire, et je m’en fiche. Je m’en ficherais si demain elle me disait qu’elle veut aller travailler chez Starbucks. Elle le sait parce que je lui ai dit franchement. Je l’aime pour elle… pas pour son parcours professionnel (c’est un choc pour toutes les femmes à qui j’ai parlé… que les hommes ne soient pas attirés par leur succès). Et si demain je découvrais qu’elle me trompe ou qu’elle est déloyale ? Je serais certainement blessé, mais je dirais simplement « suivante ! » et je le pense. Elle le sait aussi… parce que je lui ai dit franchement. Les attentes et les limites ont été clairement établies. Elle est géniale, mais je n’ai pas besoin d’elle.


Source : « Learn from me: 40 years old, 3 kids, divorced » publié le 21 juillet 2014 par raven2000.

Illustration : Magda Ehlers.