Je ne déteste pas les femmes, mais je ne les respecte pas… et à moins que beaucoup de changements ne se produisent chez elles, je ne les respecterai jamais.

Attention ! Cet article fait partie du projet TRP/SS. Vous consultez la section 4.2.19.

La pilule rouge est régulièrement critiquée parce qu’elle promeut la « haine » des femmes. La pilule rouge ne déteste pas les femmes, à l’exception des hommes colériques, généralement nouveaux à la pilule rouge, qui sont encore en train de surmonter leur amertume et leur ressentiment compréhensibles. La « pilule rouge » ne voit les femmes que pour ce qu’elles sont et pour la façon dont elles se comportent, et les traite en conséquence. En bref, la pilule rouge ne déteste pas les femmes – la pilule rouge ne respecte pas les femmes, et elles nous donnent raison après raison de ne pas les respecter.

Il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles je ne respecte pas les femmes. Encore une fois, en tant que créatures de plaisir et de divertissement, je les aime. Je ne ressens jamais de sentiments de haine à leur égard, mais plutôt de la contrariété, de la déception et, comme mentionné, un grand manque de respect, qu’elles prétendent vouloir si désespérément.

Voici quelques-unes des raisons pour lesquelles je ne respecterai jamais les femmes dans leur ensemble :

Le mouvement d’acceptation de tous les types de corps.

Nous en avons vu beaucoup ici récemment et c’est ce qui a inspiré cet article. Le mouvement d’acceptation de tous les corps, et le fait de dire que les femmes grosses sont belles, est l’un des exemples les plus clairs sur la façon dont les femmes n’ont aucun sens de la réalité, et cela montre bien qu’elles exigent le plus de « respect » possible pour le moins de travail ou d’effort possible.

Dans cet article qui fait actuellement la une, une femme parle de tout le travail et les efforts qu’elle doit fournir pour se convaincre elle-même que son corps est « bien comme il est », sans réaliser que la raison pour laquelle il lui a fallu tant de travail et d’efforts pour se convaincre elle-même, c’est justement parce qu’elle a pratiquement dû mettre en œuvre un mode de pensée délirant pour y parvenir.

Mais en réalité, le niveau de travail et d’effort nécessaire pour perdre du poids et conserver une apparence saine est loin d’être atteint. Elle veut que le monde l’accepte telle qu’elle est, sans chercher à s’améliorer du tout. Elle veut que le monde accepte son manque de motivation et son apathie.

À l’inverse, on ne voit jamais rien qui ressemble à un mouvement d’acceptation chez les hommes, alors que les hommes sont encore confrontés à de nombreux problèmes d’image et d’estime de soi. Les hommes sont tout aussi bombardés de messages, par les médias, sur ce qui est attirant et ce qui ne l’est pas, et au lieu d’essayer de réécrire les règles à notre avantage, nous nous mettons à la musculation, et nous n’essayons pas de créer un mouvement pour dire que les « hommes obèses sont sexy ». 

C’est notre choix, tous les hommes ne décident pas de s’améliorer, je l’admets, mais nous n’essayons pas de créer tout un mouvement pour nous faire sentir mieux face à nos modes de vie malsains. J’ai commencé à prendre quelques kilos, et au lieu de me dire : « je dois me convaincre, et convaincre les autres, que c’est bien », je me dis : « putain, il faut vraiment que j’aille à la gym. Ce n’est pas bon ».

Lois sur la garde des enfants.

Je comprends que certains des problèmes entourant les lois sur la garde des enfants à l’heure actuelle relèvent des défaillances de notre système juridique, mais mon problème est la manière dont les femmes reconnaissent et exploitent activement et intentionnellement ces lois défaillantes.

La façon dont les femmes utilisent les défaillances juridiques du système qui entoure les lois sur la garde des enfants est un autre exemple du solipsisme des femmes, et pire encore, de leur mépris total et de leur manque quasi « sociopathique » de considération, non seulement pour leur mari/partenaire/amant, mais aussi pour le père de leur enfant, de leur progéniture, qui sans cela, n’aurait jamais pu lui accorder un tel cadeau au départ.

À mon avis, la façon dont les femmes abusent des lois sur la garde des enfants est une raison suffisante pour ne pas respecter les femmes et c’est la raison principale pour laquelle, personnellement, je ne respecterai jamais leur sexe. Retirer l’enfant de son père est l’une des choses les plus horribles, dégoûtantes, viles, vindicatives, malveillantes et sans cœur, que l’on puisse faire à un homme. Peu importe à quel point il vous a fait du mal, ou à quel point vous voulez vous venger, enlever à un homme son enfant est un acte qui éclipse presque tout le mal que cet homme a pu faire à sa femme.

Cela montre la vraie nature de la femme moderne – qu’elle ne s’occupe que d’elle-même et qu’elle manque presque entièrement de compassion. Je n’enlèverais pas l’enfant d’un homme même s’il était la pire des ordures. Je ne souhaiterais pas cela à mon pire ennemi, et le fait que des femmes fassent cela à quelqu’un qu’elles ont aimé un jour et qui les a aimées en retour, et qui les a probablement soutenues de plusieurs façons, non seulement me laisse abasourdi, mais me fait peur. Non seulement je ne respecte pas les femmes pour ce crime contre la nature, mais je les crains pour cela.

Le mouvement féministe dans son état actuel.

On peut dire que le mouvement féministe était un moyen nécessaire d’amener les femmes dans le monde moderne et de leur faire gagner les droits qu’elles croyaient mériter. Je suis un peu perplexe, car si le mouvement féministe a réussi à faire gagner aux femmes certains droits humains fondamentaux dont elles n’auraient pas dû être privées, le féminisme est aussi largement responsable de l’état lamentable dans lequel se trouve la femme moderne aujourd’hui.

Après que le monde ait donné aux femmes presque tout ce qu’elles demandaient, elles en demandent toujours plus. Le mouvement féministe dans son état actuel n’est guère plus qu’une plaisanterie et un exemple de la façon dont les femmes continueront à se victimiser malgré un mode de vie de plus en plus facile. Malgré tout ce discours sur les « privilèges masculins », si vous êtes née femme blanche et que vous êtes relativement attirante, vous vivez sur un mode de vie facile. Je me fous de ce que vous dites, c’est la vérité. C’est pourquoi les femmes se plaignent des gens qui ne les acceptent pas parce qu’elles sont grosses, parce qu’elles n’ont littéralement plus aucune autre raison de se plaindre.

Le mouvement féministe s’intéresse maintenant aux « droits » les plus insignifiants accordés aux femmes et continue de défendre l’image selon laquelle les femmes sont « opprimées », alors que cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité. Les femmes sont plus privilégiées que jamais et obtiennent plus de droits qu’à aucun autre moment de l’histoire. Pourtant, les plaintes et les « oppressions » ne font qu’augmenter !

Le mouvement féministe est un exemple qui montre que si vous donnez un pouce à une femme, elle prendra un bras. Nous avons eu tort de répondre à leurs demandes au départ, en pensant que si certaines de leurs demandes étaient apaisées, elles seraient satisfaites et deviendraient des membres plus productifs de la société. Mais c’est la malédiction de la pensée logique et rationnelle qui entrave le monde moderne et qui est exploitée par les femmes. Les femmes doivent toujours être les victimes, même si ce n’est pas le cas, et même si nous continuons à leur donner beaucoup plus, elles ne seront jamais satisfaites et ne se sentiront jamais satisfaites.

La culture du viol.

Encore une fois, malgré tout le discours sur la « culture du viol », nous vivons dans une société où les femmes prennent de plus en plus de libertés avec la loi (qui les favorise déjà agressivement) en accusant les hommes de viol pour leur propre bénéfice. Nous avons ici un autre exemple de la nature vindicative et blessante des femmes, où elles ne se soucient que d’elles-mêmes et ne s’enrichissent qu’à leur profit, même au détriment de la vie et de la liberté d’un autre homme. Notez que ce n’est pas parce qu’elles détestent les hommes – c’est parce qu’elles détestent tout le monde, ou plus exactement, les femmes sont complètement solipsistes et le bien-être de quiconque en dehors du leur n’est qu’une réflexion après coup.

C’est la véritable raison pour laquelle la « culture du viol » existe, pour continuer la victimisation des femmes et les avantages qu’elles retirent en se disant victimes de la société. Elles créent un problème qui n’existe pas pour pouvoir l’exploiter à leur propre avantage. Elles détruisent volontairement la vie, la carrière et la réputation des hommes, les marquant de façon permanente pour le reste de leur vie, uniquement pour leur propre profit. Les hommes sont complètement jetables aux yeux d’une femme, et c’est là encore une raison non seulement de leur manquer de respect, mais aussi de les craindre.

Il y a beaucoup d’autres raisons, mais je ne vais pas en parler, j’ai assez écrit, mais ce sont les principales raisons pour lesquelles je me trouve incapable de respecter les femmes, et je me sens justifié. Pour tous les défauts des hommes, rien ne s’approche de la nature manipulatrice, froide et psychopathe des femmes, sans compter que nombre des insultes lancées contre les hommes ne s’appliquent qu’à un petit sous-ensemble – le viol est minime et les femmes ont la chance de vivre à une époque où l’écrasante majorité des hommes considèrent cet acte comme un des plus odieux. La violence domestique, là encore, se produit dans les minorités, et des rapports suggèrent même qu’elle est plus fréquente chez les femmes.

Cependant, les raisons que j’ai énumérées ici s’appliquent à une majorité écrasante de femmes modernes, d’où le soutien souvent apporté par l’ensemble des mouvements. Ce sont des choses que nous voyons régulièrement, mises en œuvre par les femmes au quotidien, rendues possibles par nos médias, des choses dont nous entendons si souvent parler, que nous venons tout simplement de les accepter dans la défaite – pensez aux lois sur la garde des enfants. Personne ne bouge quand une femme arrache un homme à ses enfants, alors que cela devrait être considéré comme un acte d’irrespect ultime et que toute femme qui le fait devrait avoir honte pour le reste de sa vie. Au lieu de cela, son comportement est rendu possible.

Tant que ces changements fondamentaux ne se produiront pas au sein du sexe féminin – ce dont je doute fortement – les femmes ne mériteront jamais notre respect et il est tout à fait risible qu’elles en exigent. Encore une fois, je ne déteste pas les femmes – j’aime les femmes, j’aime les baiser, j’aime rire avec elles, j’aime m’amuser avec elles, et même parfois me perdre dans les montagnes russes émotionnelles qu’est leur nature féminine, et je suis incapable de vivre sans les femmes. Mais les respecter ? Jamais. Pas avant que ces horribles rituels modernes de séparation père/enfant ne soient qualifiés de pratiques dégoûtantes et inhumaines.


Source : « I don’t hate women, I just don’t respect them, and unless many changes within their gender come about, I never will » publié le 16 mai 2014 par bitchdantkillmyvibe.

Illustration : Magda Ehlers.