Je suis devenu trop critique vis-à-vis des filles.

Attention ! Cet article fait partie du projet TRP/SS. Vous consultez la section 4.2.18.

La pilule rouge vous fait cela : vous réalisez que les femmes n’ont généralement rien à offrir d’autre que leur corps. Elles le savent parce qu’elles passent leur temps à essayer de se faire belle, de manière narcissique, en mettant l’accent sur le seul véritable atout qu’elles ont à disposition dans la vie.

Mais en réalité, très peu de femmes admettront qu’elles ne sont rien d’autre qu’un objet sexuel, parce qu’une telle « déshumanisation » nuit à leur ego, endommageant le noyau de ce qu’elles sont, qu’elles ont construit autour d’elles : ce narcissisme même qu’elles cherchent à rétablir et à renforcer par une validation sociale externe (des shoot de dopamine provenant des selfies sur Instagram et des likes sur Facebook, et leur incapacité à ne pas utiliser un smartphone pendant plus de 5 minutes) et par une routine rigoureuse de maquillage et de choix vestimentaires soigneusement sélectionnés.

Patrice O’Neal l’a bien démontré, lorsqu’il a demandé à toute une foule de femmes ce qu’elles feraient pour garder leur homme s’il envisageait de les quitter : la plupart d’entre elles ont répondu qu’elles feraient l’amour pour garder leur homme. Lorsqu’on leur a demandé ce qu’elles feraient si elles n’avaient pas de vagin ? Elles ont répondu qu’elles suceraient leur homme ou qu’elles le laisseraient passer dans le cul. Les femmes s’objectivent mais n’ont pas la clarté d’esprit ni l’inclination narcissique de l’admettre, Patrice O’Neal a dû les tromper avec cette petite question pour leur faire dire la vérité.

Avoir une opinion négative sur une femme, que cette opinion soit justifiée ou non, est automatiquement misogyne aux yeux des femmes, car non seulement on nuit à leur ego lorsqu’on est aussi critique envers les femmes qu’envers les hommes, mais leur dépendance à l’émotion fait que les femmes se perdent dans l’indignation et dans la colère que cela suscite, plutôt que de déduire de manière critique des vérités à partir de la logique, en bref, elles ne respectent pas la logique et la vérité comme les hommes, elles respectent les sentiments par-dessus tout, et les faire se sentir mal de manière critique est en soi un acte misogyne, du point de vue d’une femme.

La plupart des femmes sont des déceptions, par rapport à tous les espoirs et les rêves que nous avons eus et que nous avons nourris à leur égard, c’est Disney qui vous fait vous sentir déçu. En général, il faut s’attendre à très peu de choses de la part des femmes car peu d’entre elles sont dignes de fournir autre chose qu’une bonne baise, même une bonne conversation est rare, beaucoup d’entre elles n’ont pas la capacité d’être mentalement stimulantes. Parfois, vous pouvez être surpris et dans de telles circonstances, vous risquez de tomber pour elle, car elle se distingue tellement des autres, mais quelle que soit sa différence, c’est une femme comme les autres – elle a les mêmes besoins et fera tous les tests habituels, en faisant les mêmes demandes, etc…

Pour celles qui veulent se donner du mal et qui sont dans la bonne phase de leur vie pour le faire, si vous voulez être une femme désirable, vous devrez cultiver vous-même la féminité, telle est l’étendue du projet de la « femme pilule rouge ». Les femmes pilule rouge sont des femmes prêtent à changer, guidées par un bon réseau social et par les désirs de l’homme envers qui elle s’est engagée à prêter son allégeance à long terme. Pour ceux d’entre nous qui n’ont ni le temps ni l’envie de faire preuve de la patience nécessaire pour créer efficacement leur propre femme pilule rouge, il faudra une autre méthode, et croyez-moi quand je dis que toutes les femmes pilule rouge sont formées par des hommes, elles ne sont pas nées du ventre de leur mère, que cet homme soit son mari ou son père, une femme adéquate est formée par un homme.

C’est pourquoi les femmes ayant de mauvaises relations avec leur père sont à éviter à tout prix. Les pères absents sont un signal d’alarme. Des pères faibles sont mieux que rien, mais en général, vous voulez qu’elle ait eu un père patriarche, un homme dominant qui lui a enseigné la discipline afin que son schéma de base de « ce que les hommes devraient être » soit sain et ne soit pas formé de stéréotypes féministes malsains et des divagations d’une mère célibataire amère et sans succès sur le plan romantique, mais même dans ce cas, cela ne suffit pas toujours à garantir une femme de qualité, car les forces culturelles dominantes qui l’entourent et qui sont le fruit d’une ingénierie sociale font de leur mieux pour saper la volonté et l’intention que son père a pour sa fille.

Les femmes qui prennent la pilule rouge ne sont pas des licornes, ce sont des femmes capables de freiner leurs instincts et d’utiliser la logique pour être plus désirables afin de s’assurer un approvisionnement dans leurs vieux jours. Ce sont des femmes qui feront des compromis et travailleront avec un homme qui est assez fort et patient pour s’occuper d’elles. Tout est un compromis avec toutes les femmes, qu’elles soient connes, psychologiquement instables, inintelligentes ou de valeur élevée, comme une femme qui prend la pilule rouge.

Peu importe la femme, elle mettra votre patience à l’épreuve – ce sont des femmes tout court. Vous n’avez pas beaucoup de patience ? Les femmes vont vous faire chier. Il est utile qu’elles puissent compenser ce trait intrinsèquement ennuyeux en apportant plus qu’un vagin à la relation, mais sachez qu’un être intrinsèquement irrationnel ne fera rien d’autre que de contrarier la patience de quelqu’un qui pense en termes de logique.

La plus grande flatterie de toutes pour les femmes, que seule une femme intelligente réalisera, est que malgré la frustration et la douleur qu’une femme peut causer à son homme, celui-ci choisit quand même de rester avec elle. La conscience qu’a une femme de son sacrifice et la déclaration d’appréciation de ce sacrifice contribuent largement à concilier les énormes différences fondamentales dans l’attente que les hommes et les femmes ont les uns des autres, les femmes étant par nature beaucoup plus audacieusement exigeantes et nécessiteuses que les hommes. Il est quelque peu insensé de constater que l’appréciation d’une femme irrationnelle soit en fait si intimement valorisée par un homme rationnel. Il est vrai qu’après tout, nous apprécions ce qui est le plus difficile à obtenir, et l’appréciation d’une femme est rarement donnée sérieusement.


Source : commentaire sous l’article « I’ve become too critical of girls » publié le 17 mars 2014 par IllimitableMan.

Illustration : Magda Ehlers.