« J’ai été blessée par le passé ».

Attention ! Cet article fait partie du projet TRP/SS. Vous consultez la section 4.2.6.

J’ai rencontré beaucoup de femmes qui m’aimaient prétendument plus que tous les hommes qu’elles avaient eus auparavant, mais qui se sont donné beaucoup de mal pour ne jamais, jamais avoir de rapports sexuels avec moi. Elles n’étaient pas vierges ; la plupart d’entre elles avaient même une sacrée histoire avec les hommes. Mais je n’ai jamais réussi à aller plus loin. Leur raisonnement était fondé sur de la logique féminine : « J’ai été blessée par beaucoup de connards par le passé, et je tiens vraiment à toi, alors je veux faire ça bien » ou une variante sur le même thème.

Si vous êtes un loser, en entendant cela, vous vous direz : « Oh, cool ! Je ne suis pas du tout un connard, et elle le remarque et me récompense avec une vraie relation [non-sexuelle] au lieu d’une relation superficielle qui va échouer ! J’ai tellement de chance ! J’attendrai pour toujours une personne aussi merveilleuse ! Je devrais trouver quelque chose de gentil à faire pour elle maintenant, pour lui faire savoir combien je lui suis reconnaissant ! ».

Voici comment cette logique féminine sonne pour un vrai mec : « D’autres hommes pires que toi sont allés plus loin avec moi, en moins de temps, avec un investissement émotionnel et financier moindre. Mais parce que je me soucie davantage de toi, je vais te faire attendre et t’obliger à passer plus de temps et à dépenser plus de ressources, pour aller moins loin avec moi. Parce que je me soucie davantage de toi. Quoi ? Pourquoi me regardes-tu comme ça ? C’est tout à fait logique. Oui, donner moins aux gens auxquels je tiens le plus, ça a du sens ».

Voici ce que la fille veut vraiment dire : « Je t’ai pris pour un idiot. Je ne pense pas que tu aies le choix avec d’autres femmes, et je ne pense pas que tu sois prêt à t’éloigner, alors je vais diriger cette relation selon mes conditions. On baise quand je veux, et ce, après t’avoir fait faire tout ce que je voulais que tu fasses pour moi, pour prouver que tu es ma petite salope docile qui va me donner tout le temps, les ressources et la validation que je veux, à volonté. Si tu étais un vrai homme, tu m’aurais déjà baisé, mais je t’ai choisi pour jouer le rôle de salope. Je ne me soucie pas de toi. Je me soucie de moi. Je ne t’aime même pas. Le sexe est réservé aux vrais hommes. Tu n’es pas un vrai homme. Tu es ma petite salope ».

Voici le coup de grâce : la plupart des femmes ne savent pas qu’elles le pensent vraiment. Elles savent juste que la validation leur fait du bien et qu’un mec qui continue à les valider sans sexe en retour leur donne l’impression de se sentir puissantes, heureuses et mieux dans leur peau. Lorsqu’une femme entend la logique féminine de type « j’ai été blessée par le passé », elle comprend parfaitement – elle est perturbée par le fait d’avoir abandonné trop facilement auparavant et elle veut arrêter de se tromper. En arrêtant de faire des conneries, elles veulent dire qu’elles doivent mieux « restreindre » le sexe pour inciter les hommes à faire tout ce qu’elles désirent, afin de « mériter » le sexe. Elles ne savent pas ce qu’elles veulent dire, mais c’est ce qu’elles veulent dire.

Il n’y a qu’aux yeux d’une femme qu’il soit logique de donner moins à un homme qu’on aime plus. Mais c’est là que la rationalisation entre en jeu. Si une femme vous donne moins et vous fait faire plus pour elle, c’est exactement le contraire de ce que devrait être une relation saine. Être avare d’affection est le contraire de l’amour. Exiger un échange de faveurs plutôt que de se donner à soi-même, c’est le contraire de l’amour.

C’est une vérité difficile à admettre et à accepter, non seulement pour nous, mais aussi pour les femmes. Je pense qu’à un certain niveau, elles veulent aimer ce gentil garçon qui fait tout son possible pour elles, mais elles ne le font pas. Elles ne peuvent pas. Mais elles se disent qu’elles le font, et qu’elles prennent juste leur temps pour éviter d’être blessées comme elles l’ont été dans le passé. Parce qu’elles l’aiment davantage. Et si les choses ne marchent pas, c’est toujours « un type formidable » – mais « l’alchimie » n’était tout simplement pas là. Et si elles se trompent et baisent un mec canon du boulot, c’était une erreur. Elles n’aiment pas ce type. Elles aiment le mec sympa, n’est-ce pas ? Elles étaient juste ivres.

« J’ai été blessé dans le passé et je veux que ce soit différent », n’est rien d’autre qu’un test de masculinité insidieux. En vous complétant, en vous disant que vous êtes différent de tous les autres gars, que vous n’êtes pas un connard, et qu’elle vous aime plus que tous les hommes précédents, vous êtes hors de contrôle quand, en combinaison avec tous ces éloges, elle vous refuse le sexe. Parce qu’elle vous aime davantage.


Source : « “I’ve been hurt in the past.” » publié le 18 février 2014 par Archwinger.

Illustration : Magda Ehlers.