Bronze Age Mindset. Traduction Française – Chapitre 23.

Dans cette série d’articles, je vous propose ma traduction en français du livre « Bronze Age Mindset », de BAP.

Pour revenir au plan général de l’ouvrage, cliquez ici.


Chapitre précédent : 

Chapitre 22.


23.

Le paysan moderne remplace simplement les préjugés artificiels des superstitions et des contes de vieilles femmes du village par les superstitions de la science, qu’il reçoit toutes faites des autorités parmi les vulgarisateurs de la science. Il les aime pour le confort qu’elles lui procurent grâce à la technologie. C’est un « cargo cultist » – il ne sait rien de ce qui entre dans les découvertes de la science, ni de la façon dont la substance est transmise entre les scientifiques, il a juste une image propagandisée de certains des résultats. Cela n’est pas différent de la croyance en la grande magie, qui est la façon dont de nombreux primitifs considèrent la science – la grande magie de l’homme blanc. Ce n’est même pas la substance de la science qui pose problème, car elle pourrait être d’une grande utilité, comme toute autre religion populaire l’a été : le problème est le cadre d’esprit dans lequel elle place l’acolyte. Elle lui fait croire qu’il a un pouvoir sur les processus de la nature qui sont actuellement très mal compris. En supprimant la peur primitive – le seul type de crainte qui anime le plus grand nombre – elle injecte un mélange toxique de complaisance, d’arrogance, de brutalité, de fanatisme qui ne se trouve qu’en surface tant que les temps sont bons. La science, en tant que religion populaire, n’apporte aucune consolation véritable, mais nourrit au contraire une sorte de fausse fierté, une fierté de s’insulter soi-même – cela vous semble-t-il familier ? Cela devrait être familier surtout aux femmes. En fait, elle rend la plupart d’entre elles plus serviles aux autorités qui sont censées comprendre et manipuler la technologie. C’est son but, faire en sorte que le plus grand nombre se soumette, ce qui ne serait pas mauvais, s’ils ne se soumettaient pas aux seigneurs du mensonge. De toute façon, vous pouvez voir à partir de tout cela pourquoi l’Illumination ne peut jamais se produire, mais aussi pourquoi les critiques de l’Illumination, comme la plupart des disciples de Heidegger, font fausse route. Ils ont raison quand ils disent, en autant de mots, que le caractère inné de chaque homme est en quelque sorte unique, la biologie trop particulière, beaucoup plus que le caractère plus uniforme des animaux. Pour les animaux, la fourmi ouvrière, ou deux drosophiles, auront exactement le même caractère inné, mais les hommes sont tous légèrement différents. Ils en tirent la conclusion qu’aucune « voie » commune ne peut suffire à tous, mais que la seule voie authentique pour vous peut venir des besoins de votre moi intérieur. Toute adhésion à un code externe, à une religion ou à une idéologie est « inauthentique » et représente essentiellement une forme de contrôle de l’esprit, votre adoption des pensées d’un autre, inappropriées pour votre propre métabolisme, votre biologie, vos conditions particulières de croissance ou d’épanouissement. Oui, c’est vrai, Nietzsche allait jusqu’à éviter de lire tout ce qui était écrit par d’autres, afin de ne pas infecter son esprit ! Et il était un mutant avec une biologie très particulière – de tels types le sont souvent, et il avait raison de dire que pour eux, la physiologie, le régime alimentaire, peuvent être les recherches les plus urgentes à mener. Mais il n’a jamais oublié que le fait fondamental de la nature est l’inégalité, et c’est quelque chose que ces gens, les disciples de Heidegger, et Heidegger lui-même dans une large mesure, oublient. C’est de la folie de demander au commun des mortels de façonner sa propre voie, sa propre « religion » – la plupart ne trouvent du réconfort et du sens que dans la soumission. C’est bien qu’il en soit ainsi, et ils ne devraient pas avoir à en avoir honte. Une grande partie de l’idiotie moderne est basée sur la honte de ceux qui trouveraient le vrai plaisir dans la soumission ! La longue chaîne de l’être est maintenue ensemble par le commandement et l’obéissance. Les nombreux individus ne sont pas si différents les uns des autres, ni leurs conditions de vie si différentes. En fin de compte, vous aussi, aussi spécial ou génial que vous soyez, vous êtes liés à l’homme moyen par de nombreux liens biologiques, de sorte que vous feriez bien de prêter attention à ce qui est commun, surtout en ce qui concerne le corps. Le corps n’est pas une chose privée : le corps « individuel » est probablement malade. Le corps universel, le type correct découvert par la science et l’art de la Grèce antique, n’est pas quelque chose que vous développerez en entretenant vos propres bizarreries « individuelles ». La biologie fonctionne selon des types et des degrés de manifestation, et non selon le développement d’excentricités personnelles « uniques ». La science bien comprise nous aide à comprendre les types, les espèces, les véritables clivages de la nature. La science n’est pas en soi la cause de nos problèmes, de votre « aliénation », et elle n’a pas de contenu au-delà de qui l’utilise et pour quoi faire. La science est un outil formidable parce qu’elle peut découvrir pour nous les conditions biologiques de toute vie et les relations entre les types de vie. Elle peut, comme l’avait prédit Nietzsche, régler la question de la véritable hiérarchie des valeurs, ou plus précisément, la véritable échelle de la vie, la véritable hiérarchie des types biologiques. Ce qui empêche cela de se produire n’est pas inhérent à la science ou à la technologie en tant que telles. Il s’agit d’un problème politique et sociologique – d’une manière ou d’une autre, en temps voulu, la bonne force s’emparera du pouvoir de la science et révélera son véritable potentiel. La science n’a jamais été conçue pour le confort !


Chapitre suivant :

Chapitre 24.