La masculinité perçue et l’attrait physique d’un homme permettent de prédire scientifiquement les chances d’orgasme d’une femme.

Attention ! Cet article fait partie de la page BP/CSS. Vous consultez la section 5.16.

Une étude a été menée sur un échantillon d’étudiants (110 hommes et 110 femmes) qui étaient dans une relation. Les participants ont été photographiés puis conduits dans une cabine privée où ils ont rempli un questionnaire où les hommes ont évalué « leur propre attractivité, leur dominance et leur masculinité, et la féminité de leur partenaire » et les femmes ont évalué leur propre attractivité, et la dominance, et masculinité de leur partenaire. Les femmes ont également indiqué leur taux d’orgasme pendant les rapports sexuels et les orgasmes provoqués par le partenaire ou par elles-mêmes pendant la masturbation.

À l’aide d’un logiciel, les chercheurs ont réalisé un modèle qui mesurait objectivement le dimorphisme sexuel facial et l’ont comparé aux photographies des participants masculins. Ils ont découvert que :

Les mesures objectives de la « qualité » des compagnons des femmes prédisaient de manière significative les orgasmes des femmes.

Les femmes atteignaient plus rapidement l’orgasme avec des hommes plus masculins.

Les femmes étaient beaucoup plus susceptibles d’atteindre l’orgasme pendant ou après l’homme si celui-ci était plus attirant et se déclarait dominant.

La masculinité et l’attractivité prédisaient la probabilité pour les femmes d’atteindre l’orgasme pendant les rapports sexuels, mais pas pendant les activités autres que les rapports sexuels (c’est-à-dire le sexe oral, la masturbation mutuelle). Les auteurs ont suggéré que cette découverte démontrait que l’orgasme féminin remplissait peut-être une fonction adaptative évolutive, c’est-à-dire que les orgasmes des femmes augmentaient la rétention du sperme des partenaires les plus désirables génétiquement dans le corps féminin.

Citations :

« Nous avons constaté que les mesures objectives de la qualité des partenaires des femmes – l’attrait et la masculinité des hommes – prédisaient de manière significative les orgasmes des femmes ».

« Bien que nos résultats doivent être reproduits, ils sont cohérents avec l’hypothèse selon laquelle l’orgasme féminin est un mécanisme de choix du partenaire sexuel, peut-être pour sélectionner des gènes de haute qualité pour la progéniture ».

« Cela suggère que la qualité du mâle augmente l’orgasme de la femelle spécifiquement pendant les comportements sexuels qui pourraient aboutir à la conception ».

« Il est intéressant de noter que cette composante de l’orgasme féminin (atteindre l’orgasme après ou pendant l’orgasme des partenaires masculins) était négativement prédite par la dominance et la masculinité auto-évaluées des hommes. Étant donné que des mesures plus objectives de la dominance, de la masculinité et de l’attractivité des mâles sont faiblement ou négativement liées à la composante dominance/masculinité auto-évaluée, nous soupçonnons que la dominance/masculinité auto-évaluée mesure autre chose que la qualité génétique ».

Source :

Puts DA, Welling LLM, Puriss RP, Dawood K. 2012. Men’s masculinity and attractiveness predict their female partners’ reported orgasm frequency and timing. Evolution and Human Behavior. 33(1): 1-9. (Source)