Le problème de la beauté : les personnes attirantes sont perçues beaucoup plus positivement qu’elles ne le sont réellement.

Attention ! Cet article fait partie de la page BP/CSS. Vous consultez la section 4.8.

La perception de traits positifs basés sur l’attrait physique est appelée « stéréotype de la beauté » et constitue un type spécifique « d’effet de halo ». Les tailles d’effet se sont avérées importantes pour la compétence sociale et la santé perçues, intermédiaires pour la puissance, l’adaptation et la compétence intellectuelle, et proches de zéro pour l’intégrité et le souci des autres.

Les corrélations entre les traits positifs perçus et l’attractivité sont souvent très fortes, même si en vérité ces relations sont faibles, voire absentes, à quelques exceptions près (par exemple, les personnes attractives sont perçues comme plus extraverties et elles le sont réellement, en effet, mais de même, les personnes en surpoids sont perçues à la fois comme peu attractives et en mauvaise santé, et elles le sont effectivement, là aussi). Une étude récente de Foo (2017) n’a trouvé aucune relation entre divers marqueurs de santé et le comportement sexuel, ce qui suggère que les gens choisissent en fonction de l’apparence et du statut plus que de la santé.

Citations :

« L’attrait du visage semble être un faible prédicteur de la santé chez les femmes, et il n’est clairement pas un prédicteur cohérent chez les hommes ».

« Dans une méta-analyse de Feingold (1992), par exemple, il a été démontré que, bien que les personnes les plus attrayantes soient perçues comme plus intelligentes, plus capables, etc., il n’existe essentiellement aucune relation entre l’attrait et l’intelligence réelle, les performances, etc… ».

« Comme prévu, il n’y avait aucune relation entre l’attractivité et les performances scolaires réelles, mais une forte corrélation positive entre l’attractivité et l’intelligence perçue, l’attractivité et les performances scolaires perçues ». (Talamas, 2016)

Sources : 

Talamas S. N., et al. 2016. Blinded by Beauty: Attractiveness Bias and Accurate Perceptions of Academic Performance. (Source)

Mitchem D. G., et al. 2016. ‘No Relationship Between Intelligence and Face Attractiveness in a Large, Genetically Informative Sample. (Source)

Eagly A. H., et al. 1991. What is beautiful is good, but…: A meta-analytic review of research on the physical attractiveness stereotype. (Source)

Weeden J., Sabini J. 2005. Physical Attractiveness and Health in Western Societies: A Review. (Source)

Foo YZ, Simmons LW, Rhodes G. 2017. The relationship between health and mating success in humans. (Source)