Bronze Age Mindset : intelligence artificielle et archétype du nerd.

Bronze Age Mindset : intelligence artificielle et archétype du nerd. (Traduction du chapitre 28).

Il ne peut y avoir d' »intelligence artificielle » au sens où les gens la comprennent vraiment. S’ils entendent par là une machine qui se rapproche de l’intellect de l’homme, cela peut être possible, et même très utile, bien que pour l’instant ils soient loin de leurs objectifs. La réussite aux échecs est leur seule grande réussite, mais ils continuent à échouer à taper dans un ballon, à verser du ketchup, à reconnaître des objets simples ? Peut-on chasser, ou survivre en étant chassé ? Mais ils ne se réfèrent jamais à l’intellect de cette façon, ou à une approximation grossière de celui-ci : lorsque les gens parlent d' »intelligence artificielle », ce qu’ils veulent dire, c’est toujours une vie artificielle, un robot quelconque, ou une conscience artificielle indiscernable de la conscience humaine. Il existe une spéculation apparemment différente, mais en fait similaire, que les nerds adorent : l’univers serait une « logique » ou une information. Que ce qui constitue la matière peut, en fait, être enregistré en tant qu' »information », en tant que relations logiques, et que, par conséquent, l’univers doit être précisément cela – c’est également ce qui sous-tend la croyance selon laquelle vous pouvez « télécharger » votre intelligence dans un ordinateur et atteindre l’immortalité, ainsi que de nombreuses autres formes d’imbécillité. La motivation est le nerdisme et aussi un peu de pensée juive, ou la tendance judaïsante qui favorise l’aisance avec les mots et les chiffres, mais s’approche de la déficience mentale et même carrément du retard mental quand il s’agit de tout ce qui est visuel. La haine juive de la matière, un préjugé ancien qui précède la Bible, et la haine également de la beauté qu’ils partagent avec d’autres peuples sémitiques – et bien d’autres – se conjuguent pour promouvoir ce genre de gnangnan agressif. C’est la source de nombre de ces affirmations, mais il ne faut pas s’imaginer qu’ici ou ailleurs, je me réfère à tous les Juifs, ou que cela absout les non-Juifs. En effet, la tendance « judaïsante » dont je parle est inhérente à la nature humaine, elle est très répandue aussi chez les non-juifs et, dans une certaine mesure, elle existe chez tout le monde, avec l’amour compensé de la matière vivante, de l’image et de la beauté. Elle existe simplement à des degrés différents chez des personnes et des peuples différents. Quoi qu’il en soit, toutes ces illusions, que vous pouvez être « téléchargé » parce que votre « cerveau » peut être téléchargé, que « l’univers est de l’information » ou que quelque chose comme « l’intelligence artificielle » peut réellement exister, sont toutes au fond la même illusion et le même fantasme de pouvoir du nerd. L’intello peut être décrit comme une personne d’intelligence inélégante et pédante, souvent d’intelligence moyenne, qui tire une fierté excessive de son intellect, voire de la mémorisation de faits, de la conception de concepts maladroits auxquels il prétend ensuite que la réalité se conforme (…) Et il s’identifie à elle. Il y a de très rares personnes dans l’histoire, même certains saints et martyrs, qui avaient honte de leur mauvais caractère et de leur volonté, et qui ont cherché leur salut dans la contemplation, qui ont cherché un exutoire en cela. Parfois, ce sont des personnes nobles, mais cela ne décrit pas l’intello. L’intello ne se déteste pas, ni sa nature, ni ses tendances, ni son esprit, et il n’a pas l’intellect assez puissant pour surmonter sa volonté d’aiguille et considérer les choses sans la pression de l’intérêt personnel ou la gravité des désirs mesquins. Il ne voit jamais les choses comme le fait le vrai génie ou l’artiste, lorsque la partie perceptive de l’intellect devient si puissante qu’elle surpasse vraiment tout le reste… de sorte que la plénitude de l’objet occupe toute la conscience et qu’une idée, ou une nouvelle vision du monde, est vraiment saisie. Non, l’intello est une créature de la volonté, sous la direction d’une volonté mesquine dans le sens quotidien du terme, et toutes ses pensées, concepts et dessins ont une qualité forcée parce qu’ils sont toujours concernés par le besoin et le désir d’un gain quelconque. Très souvent, il s’agit d’un gain matériel, mais le désir de prestige est encore pire. Chez les hommes d’intelligence, le désir de prestige est souvent le plus répugnant, surtout lorsqu’il n’y a pas de virilité native, car il conduit à la lâcheté et au mensonge, aux autres et à soi-même. C’est pourquoi Nietzsche disait que la virilité est la première exigence du philosophe, mais il n’y a personne de plus éloigné du philosophe que l’intello peu viril, et il n’y a pas d’ennemi plus implacable de l’humanité et du génie de l’espèce que précisément cet intello et tout ce qu’il représente. La tentative d' »imiter » la vie au moyen d’algorithmes, par la force brute des essais et des erreurs, ne créera jamais ni la vie ni la « conscience » – de quoi une telle machine serait-elle « consciente » – mais seulement cela, une mimique ou une parodie de l’intellect humain moyen. Un miroir et une exaltation du faux intellect de l’intello, qui ne sort jamais du torrent de mots, de syllogismes, de motifs et de désirs, qui est toujours forcé et inventé, parce qu’il est sous la pression de quelque besoin mesquin. Et c’est vraiment grotesque. C’est comme si vous aviez une fille que vous désirez, qu’elle mourait, mais qu’en utilisant la Grande Magie, vous réanimiez son cadavre, la maquilliez, réappreniez à ce zombie à parler, la forçait à copier toutes ses anciennes habitudes, la conditionnait comme vous le feriez avec un pigeon pour qu’elle agisse comme vous vous en souvenez et comme vous l’aimez. Mais au bout du compte, elle n’est rien de plus qu’une poupée réanimée en chair et en os, et c’est grotesque. C’est précisément ce qu’est l' »IA ». C’est un fantasme de pouvoir de la conspiration des intérêts biologiques qui unit les intellos, l’intellect de la « raison » – le parti qui croit aux mots vides – et les juifs de l’esprit humain pour attendre leur golem. L' »IA » est le golem de ceux qui haïssent la vie. ….. C’est leur véritable Messie et leur vengeance.