Les gens peuvent percevoir avec précision la santé mentale d’un homme uniquement à partir de son apparence faciale.

Attention ! Cet article fait partie de la page BP/CSS. Vous consultez la section 2.2.

Ward & Scott (2018) ont construit des images composites à partir de jeunes hommes blancs ayant les « scores les plus extrêmes » sur trois inventaires de santé mentale distincts relatifs à la dépression, à la « schizotypie » et au trouble du spectre autistique.

L’objectif de l’étude était de déterminer si un individu peut évaluer avec précision la santé mentale d’un autre individu dans un scénario de première rencontre.

Les sujets masculins ont reçu pour instruction de maintenir une expression faciale neutre pendant qu’ils étaient photographiés, et l’on a veillé à ce que les hommes sur les photos n’aient pas de caractéristiques distinctives uniques liées à la parure (par exemple, des bijoux, des lunettes, des barbes), qui pourraient fausser les résultats. 

Deux cent cinquante-trois observateurs ont évalué les photos composites en fonction de leur perception de la santé mentale, de la masculinité et de l’attractivité des sujets photographiés. Un groupe supplémentaire d’observateurs a été recruté pour évaluer la santé physique.

Les images ont été présentées de manière à ce que chaque observateur n’évalue chaque image composite qu’une seule fois pour un seul paramètre (par exemple, la santé mentale, l’attractivité, etc.) afin d’éviter les effets de halo et autres biais qui pourraient potentiellement fausser les évaluations moyennes des images. 

Il a été constaté que la santé mentale perçue reflétait fidèlement la santé mentale réelle. Bien que l’attrait physique, la santé perçue et la masculinité du visage ou la combinaison de ces traits aient influencé le jugement des observateurs sur les stimuli, cela n’explique pas entièrement la relation trouvée entre la santé mentale réelle et la santé mentale perçue à la première impression, qui a été déclarée concluante. Cela suggère qu’il existe des indices de la santé mentale qui sont pour la plupart sans rapport avec l’attrait physique.

Les chercheurs ont suggéré que les observateurs pourraient détecter un facteur de risque général ou « facteur p » dans l’aspect physique des images composites, qui serait un facteur de risque pour divers troubles mentaux. Ce facteur semble fortement lié au névrotisme, un des cinq grands traits de personnalité, qui serait également un facteur général sous-jacent associé à divers types de troubles mentaux.

La capacité à percevoir les troubles mentaux à travers l’apparence du visage est liée à la théorie du signal ; plus précisément, les chercheurs ont émis l’hypothèse qu’il est dans l’intérêt de l’organisme d’envoyer des « signaux honnêtes » de divers traits (même ceux qui sont socialement indésirables). Ainsi, même s’il serait probablement inadapté pour les malades mentaux de signaler honnêtement leurs troubles de cette manière, au niveau de la population, cela serait potentiellement contrebalancé par les avantages des signaux honnêtes concernant des traits plus favorisés.

Les chercheurs ont déclaré que cette découverte implique également que les personnes souffrant de troubles mentaux risquent d’être prises au piège dans un « cercle vicieux » où leur santé mentale perçue avec exactitude amène les autres à les fuir et à les exclure, et induit d’autres réactions négatives chez les observateurs, et où cet isolement social et ce mauvais traitement entraînent une détérioration de la santé mentale. Les chercheurs ont suggéré que les effets possibles de l’apparence physique, en ce qui concerne l’étiologie et le renforcement des troubles mentaux, représentaient un élément de la psychologie encore peu exploré.

Sources : 

Ward R, Scott NJ. 2018. Cues to mental health from men’s facial appearance. Journal of Research in Personality, 75:26–36. (Source)