Le « sexisme bienveillant » est approuvé par les hommes… et par les femmes !

Attention ! Cet article fait partie de la page BP/CSS. Vous consultez la section 1.19.

De multiples études (y compris des études interculturelles) ont montré que les femmes et les hommes du monde entier (même dans les pays occidentaux comme les États-Unis, l’Angleterre et l’Australie) approuvent le « sexisme bienveillant » mais désapprouvent le « sexisme hostile ». Les études montrent même que les femmes approuvent souvent le sexisme bienveillant, et que le sexisme bienveillant se produit davantage dans des contextes publics, tandis que le sexisme hostile se produit davantage dans des contextes privés.

Dans le document de recherche « The social nature of benevolent sexism and the antisocial nature of hostile sexism : Is benevolent sexism more likely to manifest in public contexts and hostile sexism in private contexts ? » de Tadios Chisango, Thokozile Mayekiso, et Manuela Thomae (2014), les auteurs ont mené une étude auprès d’un échantillon de 109 femmes noires, hétérosexuelles et mariées du Zimbabwe (âge moyen : 31,83 ans). 

Les femmes ont déclaré que les attitudes et actions sexistes hostiles étaient plus susceptibles de se produire dans des contextes privés que dans des contextes publics ; en revanche, elles ont déclaré que les attitudes et actions sexistes bienveillantes étaient plus susceptibles de se produire dans des contextes publics que dans des contextes privés. Les différences en termes d’approbation sociale du sexisme bienveillant et du sexisme hostile expliquent ces résultats.

Des recherches antérieures ont mis en évidence l’approbation sociale du sexisme bienveillant et la désapprobation sociale du sexisme hostile. Par exemple, sur la base d’un échantillon de 19 pays d’Amérique du Nord (États-Unis), d’Amérique centrale et du Sud (Cuba, Chili et Brésil), d’Europe (Belgique, Allemagne, Angleterre et Espagne), d’Asie (Australie et Japon) et d’Afrique (Nigeria, Afrique du Sud et Botswana), Glick et son équipe (2000) ont montré que le sexisme bienveillant est un peu plus soutenu que le sexisme hostile par les hommes et les femmes. 

D’autres recherches ont montré que les femmes considéraient le sexisme bienveillant de manière positive et le sexisme hostile de manière négative (Bohner, Ahlborn et Steiner, 2010 ; Kilianski et Rudman, 1998). En outre, Chisango et Javangwe (2012) ont montré que les deux sexes considèrent positivement un profil sexiste bienveillant et négativement un profil sexiste hostile.

Discussion :

Le sexisme hostile est la croyance selon laquelle les femmes sont incompétentes ou inférieures ou ne sont pas aussi adéquates que les hommes. Parfois, il peut même inclure la colère ou la haine pure et simple des femmes, selon la personne. Le sexisme bienveillant est la croyance selon laquelle les femmes doivent se conformer aux rôles traditionnels des sexes et la croyance selon laquelle les femmes sont des personnes merveilleuses… mais qui ne sont toujours pas égales aux hommes. Par exemple, la croyance que les femmes doivent être protégées par les hommes. Le sexisme bienveillant est toléré par la société, et même les féministes et les chevaliers blancs expriment souvent des croyances sexistes bienveillantes, comme l’idée que « les jeunes femmes sont trop jeunes pour gérer des relations avec un homme plus âgé ».

Sources : 

Bohner, G., Ahlborn, K., & Steiner, R. (2010). How sexy are sexist men? Women’s perception of male response profiles in the Ambivalent Sexism Inventory. Sex Roles, 62, 568–582. doi:10.1007/s11199-009-9665-x. (Source)

Chisango, Tadios; Mayekiso, Thokozile; Thomae, Manuela (October 2014). « The social nature of benevolent sexism and the antisocial nature of hostile sexism: Is benevolent sexism more likely to manifest in public contexts and hostile sexism in private contexts? ». International Journal of Psychology: 1–9. doi:10.1002/ijop.12106. (Source)

Chisango, T., & Mayekiso, T. (2013). An investigation of the sexist application of the morality concept of Tsika in the Shona Culture of Zimbabwe. International Journal of Psychology, 48(6), 1237 – 1245. doi:10.1080/00207594.2013.766745

Glick, P., Fiske, S. T., Mladinic, A., Saiz, J., Abrams, D., Masser, B., … López López, W. (2000). Beyond prejudice as simple antipathy: Hostile and benevolent sexism across cultures. Journal of Personality and Social Psychology, 79, 763 – 775. doi:10.1037/0022-3514.79.5.763.

Kilianski, S. E., & Rudman, L. A. (1998). Wanting it both ways: Do women approve of benevolent sexism? Sex Roles, 39, 333–352. doi:10.1023/A:1018814924402. (Source)