Sur PornHub, les femmes préfèrent majoritairement regarder du porno violent et dégradant envers les femmes.

Attention ! Cet article fait partie de la page BP/CSS. Vous consultez la section 1.3.

Le Docteur Seth Stephens-Davidowitz, un ancien « Data scientist » de Google, a eu un accès complet aux données de recherche et de visionnage de PornHub. Il a constaté que les femmes étaient plus de deux fois plus susceptibles que les hommes de rechercher des vidéos où les femmes sont maltraitées, contraintes à des rapports sexuels ou représentées comme étant violées. Les femmes préfèrent les vidéos portant des tags tels que « painful anal crying », « public disgrace », « extreme brutal gangbang », « forced », ou « rape ».

25% de toutes les recherches de porno hétéro effectuées par les femmes concernaient des vidéos présentant des violences à l’encontre des femmes, et 5% des recherches effectuées par les femmes concernaient des vidéos où les femmes sont violées. Bien qu’il ne soit pas nécessairement représentatif de l’ensemble de la consommation de porno par les femmes, Pornhub est, selon la société d’analyse de sites Web « Simpleweb », le site Web pour adultes ayant le plus de trafic mondial (et est classé 8e pour le trafic total dans le monde entier parmi tous les sites Web), en février 2019.

Discussion : 

La constatation que les utilisatrices de porno recherchent de manière disproportionnée du porno qui dépeint explicitement la violence sexuelle et la dégradation des femmes est contraire aux représentations culturelles courantes qui dépeignent les femmes comme le « sexe romantique » qui valorise fortement l’intimité émotionnelle, la sensibilité des hommes à leurs besoins et la gentillesse dans les relations. En tant que telle, cette constatation semble déranger de nombreuses personnes, et la plupart des explications de cette découverte semblent tourner autour d’explications selon lesquelles les femmes maltraitées cherchent à recréer les abus dont elles ont été victimes, par le biais de leurs consommations pornographiques, comme une sorte d’auto-thérapie un peu tordue, cherchant à contextualiser l’abus qu’elles ont subi en consommant un contenu qui dépeint essentiellement ce type d’agression sexuelle comme le mode d’interaction par défaut entre les sexes.

Les féministes anti-porno ont avancé des arguments similaires, affirmant que les femmes ont « intériorisé la misogynie » (LOL) et qu’elles recherchent souvent ce type de contenu dans l’optique d’apaiser « les pulsions sexuelles sadiques de leurs partenaires masculins ». 

D’un autre côté, les arguments fondés sur la psychologie évolutionniste considèrent que ce comportement reflète une tendance psychologique féminine générale au masochisme et à la soumission, sur la base d’un ensemble non négligeable de preuves indiquant que les femmes ont été sexuellement sélectionnées pour de tels comportements par les hommes tout au long de leur histoire évolutive, dans une certaine mesure (voir Apostolou & Khalil, 2018).

Indépendamment des causes immédiates de ce modèle de consommation de pornographie chez les femmes, il existe des preuves qui suggèrent que les utilisatrices de pornographie ne sont peut-être pas entièrement représentatives des préférences sexuelles de la population générale des femmes. Walsh (1998) a examiné les comportements sexuels et les traits de personnalité des utilisatrices régulières de pornographie par rapport aux non-utilisatrices et a constaté qu’elles présentaient plus de caractéristiques qui sont généralement considérées comme des indicateurs d’une stratégie d’histoire de vie plus rapide (associée à une plus grande promiscuité sexuelle en général). Ainsi, les utilisatrices de pornographie ont déclaré avoir plus de partenaires sexuels, avoir une libido plus forte, être plus susceptibles d’être « dépendantes du sexe », avoir un comportement plus masculin, être plus susceptibles de connaître une puberté précoce et accorder plus d’importance à l’obtention régulière d’un orgasme, par rapport aux non-utilisatrices de pornographie. Cette étude indique certainement que l’on pourrait s’attendre à ce que les utilisatrices de pornographie aient une préférence pour ce type de matériel apparemment aversif, soit en raison d’une préférence potentielle des femmes pour les manifestations masculines plus dures de domination et de coercition violente, soit parce que cela pourrait refléter un goût féminin général pour ces comportements sexuels masculins, qui s’exprime plus souvent chez les femmes car elles sont moins réprimées sexuellement, même au niveau cognitif.

Cependant, Wu (2006) a constaté, dans le cadre d’une enquête publiée dans le Journal of International Women’s Studies, que les lectrices de romans d’amour (qui contiennent souvent des représentations voilées ou carrément explicites d’agressions sexuelles) étaient plus féminines, avaient moins de partenaires sexuels et commençaient leur activité sexuelle plus tard que les femmes qui ne lisaient pas ces romans. La divergence des résultats entre ces deux études s’explique probablement par les différences d’échantillonnage et la restriction de l’échantillon dans la seconde étude aux lectrices de romans d’amour. De plus, la première étude a utilisé la pornographie comme mesure (et de nombreuses femmes n’aiment peut-être pas considérer les romans d’amour comme une forme de pornographie).

Il semble que l’engagement dans des actes sexuels violents du type de ceux qui sont souvent représentés dans la pornographie en ligne soit assez courant chez les femmes, 49 % des jeunes femmes partenaires ayant déclaré avoir eu des rapports sexuels brutaux « parfois » ou « souvent » dans une vaste étude menée auprès d’étudiants américains de premier cycle (Hebenick et al., 2021). Dans l’étude de Hebenick, 39,9 % des femmes hétérosexuelles ont déclaré apprécier les rapports sexuels brutaux « très souvent », contre 32,3 % des hommes, une différence faible mais statistiquement significative. Les femmes bisexuelles ont déclaré plus fréquemment apprécier les rapports sexuels violents « très souvent » que les femmes hétérosexuelles (54,1 %). Comme certains ont proposé que la bisexualité chez les femmes puisse être le reflet d’adaptations à l’histoire de vie rapide (Luoto et al., 2018), cela fournirait des preuves supplémentaires pour l’affirmation selon laquelle les femmes (et les hommes) à l’histoire de vie rapide sont plus susceptibles de participer à des comportements sexuels basés principalement sur l’accomplissement violent des rôles de dominance/soumission et moins sur les comportements sexuels affiliatifs.

Il existe également des preuves qui suggèrent que les utilisateurs fréquents de pornographie, en général, sont des individus favorisant une stratégie d’histoire de vie rapide relative, avec Cheng et al. (2020) qui ont constaté que les citoyens des États américains avec des taux de criminalité et de mortalité plus élevés (potentiellement à la fois le reflet et la cause d’une stratégie de l’histoire de vie rapide parmi les citoyens de cet État) étaient plus susceptibles de rechercher de la pornographie sur Google. Le lien entre la mortalité au niveau de l’État et l’utilisation de la pornographie constaté dans cet article était assez fort, une augmentation d’un écart-type de la criminalité dans un État entraînant une augmentation d’environ 0,56 écart-type de la fréquence des recherches de termes pornographiques. La majorité des femmes ne semblent pas être des utilisatrices fréquentes de pornographie (Hebenick et al., 2020), ce qui confirme la thèse selon laquelle les utilisatrices de pornographie sont exceptionnellement minoritaires par rapport à la majorité des femmes. Cependant, il est fort probable que cela reflète aussi fortement leur plus faible libido par rapport aux hommes. Le biais de désirabilité sociale amène également les femmes à sous-déclarer leurs comportements sexuels par rapport aux hommes, car les femmes sont davantage poussées à adhérer aux normes de chasteté (qui invite les femmes à mentir sur leur passé sexuel, car elles savent que les hommes jugent les femmes en fonction de leur nombre de partenaires passés). Toutefois, les personnes qui sont auto-sélectionnées en participant à des études sur le comportement sexuel sur Internet ont tendance à être plus libres sur le plan socio-sexuel (comme c’était le cas dans quelques-unes des études citées ci-dessus), de sorte que ces deux éléments peuvent s’équilibrer quelque peu dans ces cas précis.

Citations :

« Un quart des recherches de porno hétéro effectuées par les femmes concernent des vidéos présentant de la violence contre leur propre sexe ».

« 5 % des recherches effectuées par les femmes concernent des contenus mettant en scène des rapports sexuels non consensuels ».

« Les taux de recherche de ces types de contenus sexuels plus extrêmes sont au moins deux fois plus élevés chez les femmes que chez les hommes ».

Ma citation préférée : 

« S’il existe un genre de porno dans lequel la violence est perpétrée contre une femme, l’analyse des données montre qu’il attire presque toujours de manière disproportionnée les femmes ». (Rahman, 2017)

Sources :

Rahman S. 2017. Why Are So Many Women Searching for Ultra-Violent Porn? Vice. (Source)

Stephens-Davidowitz S. 2017. Everybody Lies: Big Data, New Data, and What the Internet Can Tell Us About Who We Really Are. Dey Street Books. (Lien)

Armstrong, M. 2019. The World’s Most Popular Websites. Statista. (Source)

Apostolou MA, & Khalil, M. 2018. Aggressive and Humiliating Sexual Play: Occurrence Rates and Discordance Between the Sexes. Archives of Sexual Behavior, 48(7), pp. 2187–2200. (Source)

Walsh, A. 1999. Life history theory and female readers of pornography. Personality and Individual Differences, 27(4), 779–787. (Source)

Wu, HH. 2006. Gender, Romance Novels and Plastic Sexuality in the United States: A Focus on Female College Students. Journal of International Women’s Studies 8(1): pp. 130–39. (Source)

Herbenick, D, Fu T, Valdivia DS, Patterson C, Gonzalez YR, Guerra-Reyes L, Eastman-Mueller H, Beckmeyer J, & Rosenberg M. 2021. What Is Rough Sex, Who Does It, and Who Likes It? Findings from a Probability Sample of U.S. Undergraduate Students. Archives of Sexual Behavior, 50(3), 1183–1195. (Source)

Luoto S, Krams I, & Rantala MJ. 2018. A Life History Approach to the Female Sexual Orientation Spectrum: Evolution, Development, Causal Mechanisms, and Health. Archives of Sexual Behavior. (Source)

Cheng L, Zhou X, Wang F, & Xiao L. 2020. A State-Level Analysis of Mortality and Google Searches for Pornography: Insight from Life History Theory. Archives of Sexual Behavior, 49(8), pp. 3005–3011. (Source)

Herbenick, D. Fu TC, Wright P, Paul B, Gradus R, Bauer J, & Jones R. 2020. Diverse Sexual Behaviors and Pornography Use: Findings From a Nationally Representative Probability Survey of Americans Aged 18 to 60 Years. The Journal of Sexual Medicine, 17(4), pp. 623–633. (Source)