L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation (IX).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Première partie : avant-propos).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Deuxième partie : les faits de la vie).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Troisième partie : deux utopies).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Quatrième partie : une révolution).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Cinquième partie : les retombées de la révolution, le « viol par une connaissance »).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Sixième partie : de l’anarchie sexuelle à la terreur sexuelle).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Septième partie : le retour du primitif.

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Huitième partie : la chevalerie moderne).


La révolution sexuelle détruit le sexe.

Jusqu’à présent, nous nous sommes concentrés sur la promiscuité féminine, et il ne fait aucun doute que c’est un problème sérieux. Mais il y a deux façons pour les femmes de ne pas être monogames : en ayant plus d’un compagnon et… en en ayant moins d’un. Considérons maintenant les vieilles filles et les salopes.

Ici encore, je voudrais mettre en garde contre une idée fausse, courante chez les auteurs masculins : l’hypothèse selon laquelle les jeunes femmes qui n’ont pas de relations sexuelles avec des hommes doivent être des parangons de chasteté. En fait, il existe de nombreuses raisons autres que des principes religieux ou moraux qui peuvent empêcher une femme de prendre un compagnon, et certaines d’entre elles agissent aujourd’hui plus fortement qu’avant la révolution sexuelle. Considérez le passage suivant de A Return to Modesty de Wendy Shalit :

« Pfffffft ! » dit la modestie sexuelle au monde, Je pense que je mérite d’être attendue. . . . Donc pas toi, pas toi, pas toi, et pas toi non plus ».

Ce n’est certainement pas modeste. Comme une femme orthodoxe de 27 ans me l’a dit… « les filles d’Israël ne sont pas disponibles pour un usage public ». Elle tirait une satisfaction évidente, presque hautaine, du fait qu’elle ne couchait pas avec n’importe qui.

C’est une pure illusion, une conséquence de l’hypergamie féminine naturelle, qui ne dépend d’aucun mérite réel de la femme. Mais il peut s’agir d’une illusion socialement utile. Si une femme croit qu’elle est « trop bonne » pour coucher avec n’importe qui, cela peut l’aider à rester fidèle à son mari. Le mariage, en d’autres termes, est un moyen de canaliser l’hypergamie féminine d’une manière socialement utile. (Nous entendons souvent parler de la nécessité de canaliser l’instinct sexuel masculin dans le mariage et la famille, mais pas l’instinct féminin ; c’est une erreur).

Quoi qu’il en soit, l’hypergamie, comme nous l’avons déjà noté, implique la maximisation du rejet : si seul le meilleur est assez bon, presque tout le monde n’est pas assez bon. Plutôt que de se déprécier, comme les observateurs ont tendance à le supposer, la femme moderne est peut-être en train de se vendre hors du marché. On a coutume de dire qu’une femme qui pense être trop bien pour un homme « a peut-être raison, mais le plus souvent, elle a tort ». Pourquoi cela représente-t-il un danger particulier pour les femmes d’aujourd’hui ?

Autrefois, la plupart des gens vivaient une vie de clocher dans un monde où même la photographie n’existait pas. Leurs notions de l’attrait sexuel étaient limitées par leur expérience. Dans mon propre arbre généalogique, par exemple, il y avait une famille avec trois filles qui ont grandi dans une ferme voisine de trois autres. Lorsque chaque fille atteignait l’âge adulte, elle épousait un garçon de l’une des fermes voisines. Elles n’attendaient pas grand-chose d’un mari. Il est probable que toutes trois traversent la vie sans jamais voir un homme qui ressemble à Cary Grant.

Mais dans les années 1930, des millions de femmes regardent Cary Grant deux heures par semaine et comparent silencieusement leurs maris à lui. Depuis lors, pendant plusieurs décennies, l’industrie du divertissement n’a cessé de croître et de se dégrader. On en est finalement arrivé au point où de nombreuses femmes ne sont tout simplement pas intéressées par la rencontre d’un homme qui ne ressemble pas à une star de cinéma. S’il n’est pas possible de faire en sorte que tous les hommes ressemblent à des stars de cinéma, il est possible d’encourager les femmes à se jeter sur les rares qui le font ou à les retenir, c’est-à-dire à devenir des salopes ou des vieilles filles, respectivement. Helen Gurley Brown a gagné des millions en faisant précisément cela. La brièveté de la jeunesse d’une femme, associée à un esprit qui n’est pas encore complètement formé à ce stade de la vie, la rend toujours vulnérable aux attentes irréalistes. La révolution sexuelle est en partie une exploitation commerciale à grande échelle de cette vulnérabilité.

Oui, les hommes sont aussi, à leur propre détriment, continuellement entourés d’images de femmes exceptionnellement séduisantes. Mais cela a moins d’importance pratique, car, pour le dire une fois de plus, les femmes choisissent. Même les jeunes femmes ordinaires sont souvent en mesure d’obtenir des faveurs sexuelles de la part d’hommes séduisants ou socialement dominants ; elles ont le choix de la promiscuité. Beaucoup de femmes ne comprennent pas que les jeunes hommes ordinaires n’ont pas cette possibilité.

Les traditionalistes parlent parfois comme si la monogamie était un cartel dont le but était de restreindre artificiellement la quantité de sexe disponible pour les hommes afin d’en faire monter le prix au profit des femmes. (C’est à peu près ce que croyaient aussi les utopistes sexuels masculins). Mais cela exigerait que les hommes soient capables de faire monter les enchères, c’est-à-dire de se rendre plus attrayants à volonté. La monogamie ne permet pas aux femmes, en tant que groupe, d’obtenir des partenaires plus désirables que ceux auxquels elles auraient accès autrement. En matière de sexe comme dans d’autres domaines, ce sont les acheteurs, et non les vendeurs, qui déterminent le prix en fin de compte. Et les acheteurs, dans l’ensemble, ne sont que des hommes moyens.

En outre, de nombreuses jeunes femmes semblent croire que tout homme qui tente de les rencontrer souhaite ipso facto les prendre comme compagnes. Cela est dû en partie à la naïveté de la jeunesse, en partie à la désintégration des procédures de séduction socialement reconnues et en partie à la campagne féministe visant à qualifier de « harcèlement » le comportement de séduction des hommes. Elles rejettent donc avec colère toutes les avances qu’elles reçoivent pendant leurs années nubiles comme s’il s’agissait de simples propositions sexuelles grossières. Vers la fin de la vingtaine, elles se rendent compte qu’il serait prudent d’accepter au moins quelques demandes de rendez-vous. Elles sont alors étonnées de découvrir que les hommes les sortent généralement une ou deux fois et cessent d’appeler. Elles prétendent que les hommes les mènent en bateau. Elles s’estiment en droit de recevoir une alliance en échange de la grande condescendance dont elles font preuve en acceptant finalement un rendez-vous. Tout comme certains hommes pensent que le monde leur doit de vivre, ces femmes pensent que le monde leur doit un mari.

Lorsqu’un homme invite une femme à sortir, il ne fait qu’insinuer qu’il est prêt à la considérer comme une compagne : il pourrait éventuellement lui offrir une bague si elle lui plaît suffisamment lors d’une nouvelle rencontre. La plupart des rendez-vous n’aboutissent pas à une demande en mariage. Il n’y a aucune raison pour qu’ils le fassent. Plutôt que d’être blâmés pour ne pas s’engager, ces hommes devraient être félicités pour leur maîtrise de la sexualité et leur prudence dans la recherche d’une compagne. De nombreux hommes n’ont été que trop heureux d’épouser la première fille qui leur a plu.

En résumé, l’encouragement à la maximisation du rejet et aux attentes irréalistes est l’une des raisons (sans rapport avec la modestie) pour lesquelles de nombreuses femmes d’aujourd’hui ne se reproduisent pas. Une deuxième raison est ce que j’appelle la drague parasitaire, une sorte de prédation économique de l’homme par la femme. Je m’explique.

Le déclin du mariage est souvent attribué au fait que les hommes peuvent désormais « obtenir ce qu’ils veulent » des femmes sans les épouser. Mais qu’en est-il si une femme est capable d’obtenir tout ce qu’elle veut d’un homme sans se marier ? Ne serait-elle pas également moins encline à « s’engager » dans de telles circonstances ? En vérité, un nombre important de femmes recherchent avant tout l’attention et les biens matériels des hommes. Elles sont heureuses de sortir avec des hommes pour lesquels elles n’ont aucun intérêt romantique, simplement pour se divertir et obtenir des repas et des cadeaux gratuits. Un homme peut perdre beaucoup d’argent et de temps avec une telle femme avant de se rendre compte qu’il est utilisé.

La vie de famille implique des sacrifices ; une bonne mère se consacre à ses enfants. Les femmes parasites sont des preneuses et non des donneuses ; elles ne sont pas faites pour le mariage ou la maternité. Leur caractère est généralement fixé au moment où l’homme les rencontre. Comme il ne peut pas les changer, la seule solution rationnelle est d’apprendre à les identifier et à les éviter.

Un troisième obstacle à la reproduction féminine est l’hystérie du viol par une connaissance. Le lecteur peut consulter les deux premiers chapitres de l’ouvrage de Katie Roiphe, The Morning After. À un âge où les femmes ont traditionnellement cherché activement des partenaires, elles participent désormais à des marches pour « reprendre la nuit », à des campagnes de « sensibilisation au viol » et à des cours d’autodéfense consistant à frapper des mannequins dans l’aine. Ces jeunes femmes semblent moins effrayées par ce que font réellement les hommes que par le désir sexuel masculin lui-même. Comme le dit si bien la chroniqueuse Angela Fiori, « les campagnes de sensibilisation aux viols sur les campus au début des années 1990 n’étaient pas motivées par un véritable souci du bien-être des femmes. Elles faisaient partie d’une tentative permanente de délégitimer l’hétérosexualité auprès des jeunes femmes impressionnables en diabolisant les hommes comme des violeurs ». Les formations à l’autodéfense, par exemple, servent en réalité à inculquer une mentalité défensive envers les hommes, rendant la confiance et l’intimité impossibles.

Une partie de la transition vers la féminité a toujours consisté à apprendre à se comporter avec les hommes. Les tentatives de satisfaire les peurs irrationnelles des filles maintiennent beaucoup d’entre elles dans un état de développement arrêté. Les hommes ne peuvent pas faire grand-chose à ce sujet, et il n’y a aucune raison d’attendre d’eux qu’ils le fassent. Qui voudrait faire la cour à une fille enfermée dans une armure psychique impénétrable de suspicion ?

Une fois encore, les traditionalistes masculins bien intentionnés n’ont pas été exempts de fautes dans leurs réactions à cette situation. Les pères encouragent les cours d’autodéfense et la paranoïa du viol en partant du principe que la sécurité de leurs filles prime sur toute autre préoccupation. Ils finiront par se demander pourquoi ils n’ont pas de petits-enfants.

Quatrièmement, de nombreuses femmes sont sans compagnon pour la simple raison qu’elles ont abandonné leurs hommes. Dans les deux tiers des cas, ce sont les femmes qui prennent officiellement l’initiative du divorce. La plupart des observateurs s’accordent toutefois à dire que ce chiffre est en deçà de la réalité : dans de nombreux cas, lorsque le mari prend officiellement l’initiative du divorce, c’est parce que sa femme veut mettre fin au mariage. Les données exactes sont difficiles à obtenir, mais les observateurs attentifs ont tendance à estimer que les femmes sont responsables d’environ neuf dixièmes des divorces et des ruptures : les hommes ne les aiment pas et les quittent, mais les aiment et se font quitter par elles. De nombreuses jeunes femmes, en effet, croient vouloir se marier alors qu’elles ne veulent en réalité qu’un mariage (pensez aux magazines de mariage). Le modèle commun est que les femmes sont les premières à vouloir se marier et les premières à vouloir se retirer. Bien sûr, il est assez facile de se marier ; la difficulté est de vivre heureux pour toujours.

En général, l’épouse infidèle n’a pas l’intention de rester seule. Mais certains hommes ont des scrupules à s’engager avec des divorcées ; ils se demandent « de qui est cette femme que je fréquente ? ». Il y a aussi des considérations purement prudentielles ; une femme qui a l’habitude d’abandonner son mari n’est guère susceptible d’être plus fidèle la deuxième fois. Et peu d’hommes sont prêts à soutenir financièrement les enfants d’un autre homme. Les femmes s’indignent souvent de leur incapacité à trouver un remplaçant au mari qu’elles ont quitté : Je les appelle les adultères en colère.

La vanité, le parasitisme, la paranoïa et l’infidélité ne sont que quelques-unes des caractéristiques désagréables de la féminité occidentale contemporaine ; une autre est la grossièreté. Dans une certaine mesure, cela fait partie du déclin général de la civilité au cours des cinquante dernières années, auquel les deux sexes ont participé. Mais je crois que c’est en partie une conséquence de l’utopisme sexuel féminin. Voici pourquoi.

En regardant les couvertures du magazine Cosmopolitan, on a l’impression que les femmes sont obsédées par le plaisir sexuel des hommes. C’est une nouvelle pour beaucoup d’hommes. En effet, le contraste entre ce que les femmes lisent et leur comportement réel envers les hommes est devenu presque surréaliste. La clé du mystère réside dans le fait que l’homme que la fille de Cosmo cherche à plaire est imaginaire. C’est le type aisé au physique de star de cinéma qui va tomber amoureux d’elle après un nouveau relooking, après qu’elle ait perdu cinq kilos de plus ou trouvé la coiffure parfaite. En attendant, elle est libre de traiter les hommes en chair et en os qu’elle croise comme des moins que rien. Pourquoi faire l’effort d’être civilisée avec les hommes ordinaires tant que vous êtes certaine qu’un homme parfait va se présenter demain ? Les hommes de l’ancienne génération ne sont pas suffisamment conscients de la grossièreté des femmes. Je me suis rendu compte assez tard que le comportement que j’observais chez les femmes ne pouvait pas être normal – que si les femmes s’étaient comportées ainsi dans le passé, la race humaine se serait éteinte.

Le lecteur qui me soupçonne d’exagérer est prié de passer un peu de temps à parcourir les descriptions de soi des femmes sur les sites de rencontres sur Internet. Elles ne mentionnent jamais les enfants, mais parviennent presque toujours à inclure le mot « fun ». « J’aime faire la fête et m’amuser ! J’aime boire, sortir avec des gens cool et faire du shopping ! » Les jeunes femmes invitent les « mecs sexy » à les contacter. Il ne fait aucun doute que certains le feront. Mais un homme sensé, « sexy » ou non, voudrait-il fonder une famille avec une telle créature ?

Une bonne épouse n’est pas le fruit du hasard. Autrefois, les filles étaient élevées dès l’enfance dans l’idée qu’elles allaient devenir des épouses et des mères. On leur enseignait les compétences nécessaires à cette fin. Un jeune prétendant pouvait s’attendre à ce qu’une fille connaisse quelques notions de cuisine et d’art ménager. Aujourd’hui, de nombreuses femmes semblent ignorer qu’elles sont censées avoir autre chose à offrir à un mari qu’un corps chaud.

Que se passe-t-il lorsque la femme contemporaine, persuadée qu’elle mérite un mari qui ressemble à une star de cinéma, ne trouve pas non seulement son compagnon idéal, mais aucun compagnon du tout ? Elle ne se reproche pas d’être déraisonnable ou crédule, bien sûr, elle blâme les hommes. Tout un genre littéraire a vu le jour pour répondre à la colère des femmes envers le sexe opposé. Voici quelques titres, tous actuellement disponibles sur Amazon.com : Why Men Are Clueless, Let’s Face It, Men Are @$$#%\$ , How To Aggravate a Man Every Time, Things You Can Do With a Useless Man , 101 Reasons Why a Cat Is Better Than a Man, 101 Lies Men Tell Women , Men Who Hate Women and the Women Who Love Them , Kiss-off Letters to Men : Over 70 Zingers You Can Use To Send Him Packing , ou – pour la femme qui se fait remballer – How To Heal the Hurt By Hating.

Pour de nombreuses femmes, la haine des hommes a clairement pris des dimensions psychotiques. Un grand panneau d’affichage dans ma ville natale demande aux automobilistes qui passent : « Combien de femmes doivent mourir avant que la violence domestique soit considérée comme un crime ? » On est obligé de se demander ce qui se passe dans la tête de ceux qui commanditent un tel message. Ignorent-ils vraiment qu’il a toujours été un crime pour un homme de tuer sa femme ? Cherchent-ils simplement à susciter la peur ? Ou bien leur esprit est-il tellement obscurci par la haine qu’ils ne peuvent plus voir le monde de manière réaliste ?

Voilà où nous en sommes arrivés après une seule génération de libération sexuelle des femmes. De nombreux hommes sont déconcertés lorsqu’ils réalisent l’étendue et la profondeur de la rage féminine à leur égard. Qu’est-ce qui peut rendre si furieuses les femmes les plus riches et les plus choyées de l’histoire ?

Henry Makow, un scribe de l’Internet, a proposé le diagnostic le plus plausible que j’aie jamais vu, dans un essai intitulé « The Effect of Sexual Deprivation on Women  » : « Les hommes sont des « violeurs » parce qu’ils ne donnent pas aux femmes l’amour dont elles ont besoin. » En d’autres termes, et si le problème était que les hommes, ahem, ne s’attaquent pas aux femmes ? Tout ce que nous venons de dire soutient la théorie selon laquelle la civilisation occidentale est aujourd’hui confrontée à une épidémie de frustration sexuelle féminine. Et une fois de plus, le commentateur conservateur typique est totalement incapable d’affronter le problème correctement : il veut instinctivement s’avancer en armure brillante et s’exclamer « n’ayez crainte, tendres servantes, je vais empêcher ces bêtes vicieuses de souiller votre pureté virginale ». Si les femmes ont besoin de l’amour des hommes et qu’elles ne l’obtiennent pas, cela ne va pas les aider.


L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Dixième partie : les hommes oubliés).


Source : « Sexual utopia in power. The feminist revolt against civilization ». Francis Roger Devlin.

Illustration : Margerretta.