La fin du Kali Yuga en 2025 et les mystères de la doctrine des cycles.

Un certain nombre de cultures anciennes croyaient en un cycle d’âges successifs dans lequel nous descendons progressivement d’un état de perfection spirituelle et d’abondance matérielle jusqu’à un état d’ignorance et de pénurie. Dans l’Inde ancienne, on appelait cela le cycle des Yugas. La doctrine des cycles nous dit que nous vivons actuellement dans le Kali Yuga, l’âge des ténèbres, le cycle dans lequel la vertu morale et les capacités mentales atteignent leur point le plus bas.

Le Mahabharata décrit le Kali Yuga comme la période où l’« âme du monde » prend une teinte noire ; il ne reste qu’un quart de la vertu totale, qui diminue lentement jusqu’à devenir nulle à la fin du Kali Yuga. Les hommes se tournent vers la méchanceté ; la maladie, la léthargie, la colère, les calamités naturelles, l’angoisse et la peur de la pénurie dominent. La pénitence, les sacrifices et les observances religieuses tombent en désuétude. Toutes les créatures dégénèrent. Le changement passe sur toutes les choses, sans exception.

Le Kali Yuga (l’âge de fer) a été précédé de trois autres Yugas : le Satya ou Krita Yuga (l’âge d’or), le Treta Yuga (l’âge d’argent) et le Dwapara Yuga (l’âge de bronze). Dans le Mahabharata, Hanuman donne la description suivante du cycle du Yuga au prince Pandava Bhima :

« Le Krita Yuga a été nommé ainsi parce qu’il n’y avait qu’une seule religion et que tous les hommes étaient saints : ils n’étaient donc pas tenus d’accomplir des cérémonies religieuses… Les hommes n’achetaient ni ne vendaient ; il n’y avait ni pauvres ni riches ; il n’y avait pas besoin de travailler, car tout ce dont les hommes avaient besoin était obtenu par la force de la volonté… Le Krita Yuga était sans maladie ; il n’y avait pas d’amoindrissement avec les années ; il n’y avait pas de haine, ni de vanité, ni de mauvaise pensée quelle qu’elle soit ; pas de chagrin, pas de peur. Toute l’humanité pouvait atteindre la bénédiction suprême. L’âme universelle était Blanche… l’identification de soi avec l’âme universelle était toute la religion de l’âge parfait. Dans le Treta Yuga, les sacrifices commencèrent, et l’âme universelle devint Rouge ; la vertu diminua d’un quart. L’humanité recherchait la vérité et accomplissait des cérémonies religieuses ; elle obtenait ce qu’elle désirait en donnant et en faisant. Dans le Dwapara Yuga, l’aspect de l’âme du monde était jaune : la religion diminuait de moitié. Les Védas étaient divisés en quatre parties, et si certains avaient la connaissance des quatre Védas, d’autres n’en connaissaient que trois ou un. L’esprit s’affaiblissait, la Vérité déclinait, et il y avait le désir, les maladies et les calamités ; à cause de cela, les hommes devaient subir des pénitences. C’était un âge décadent en raison de la prévalence du péché. » (1).

Aujourd’hui, nous vivons dans les temps sombres du Kali Yuga, où la bonté et la vertu ont pratiquement disparu du monde. Quand le Kali Yuga a-t-il commencé, et quand se termine-t-il ? 

Malgré le cadre théologique élaboré de la doctrine des cycles, les dates de début et de fin du Kali Yuga restent entourées de mystère. La date communément admise pour le début du Kali Yuga est 3102 avant notre ère, trente-cinq ans après la fin de la bataille du Mahabharata. Cette date serait basée sur une déclaration du célèbre astronome Aryabhatta dans le texte sanskrit Aryabhatiya, où il écrit que :

« Lorsque soixante fois soixante ans (soit 3 600 ans) et trois quarts de Yugas se sont écoulés, vingt-trois ans se sont alors écoulés depuis ma naissance » (2).

Cela signifie qu’Aryabhatta a composé ce texte alors qu’il avait 23 ans et que 3 600 ans du Yuga actuel s’étaient écoulés.Le problème ici est que nous ne savons pas quand Aryabhatta est né, ni quand il a composé l’Aryabhatiya. Il ne mentionne même pas le Kali Yuga par son nom, et déclare simplement que 3 600 ans du Yuga se sont écoulés. Les érudits supposent généralement que le Kali Yuga a commencé en 3102 avant J.-C., et utilisent ensuite cette déclaration pour justifier que l’Aryabhatiya a été composé en 499 de notre ère. Cependant, nous ne pouvons pas utiliser la logique inverse, c’est-à-dire que nous ne pouvons pas dire que le Kali Yuga a dû commencer en 3102 avant notre ère puisque l’Aryabhatiya a été composé en 499 de notre ère, car nous ne savons pas quand Aryabhatta a vécu ni quand il a terminé son œuvre.

Une autre source importante est l’inscription d’Aihole, de Pulakesin II de Badami, qui a été incisée à l’expiration de 3 735 ans après la guerre de Bharata et de 556 ans des rois Saka. (3) Si nous prenons le début de l’ère Saka comme l’an 78 après Jésus Christ, alors la guerre de Bharata a eu lieu en 3102 avant J.C., alors le Kali Yuga, qui a commencé 35 ans après la guerre de Bharata, a commencé en 3067 avant J.C.. Mais il ne faut pas oublier qu’il existe aussi une ère Saka ancienne, dont la date de début est contestée et pour laquelle plusieurs dates ont été proposées par des chercheurs, allant de 83 à 383 avant notre ère. (4) Si l’inscription d’Aihole fait référence à l’ère Saka ancienne, alors l’ère Kali commence quelques centaines d’années avant 3102 avant notre ère.

La vérité est qu’il n’existe aucun texte ou inscription qui nous donne une date non ambiguë pour le début du Kali Yuga.Bien que la date communément acceptée soit 3102 avant J.-C., elle n’a aucune base astronomique. On prétend que le calcul était basé sur la conjonction des cinq « planètes géocentriques » (c’est-à-dire les planètes visibles à l’œil nu) – Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne – à 0° du Bélier au début du Kali Yuga, comme mentionné dans le Surya Siddhanta. Mais le Surya Siddhanta indique explicitement que cette conjonction de planètes à 0° Bélier a lieu à la fin de l’âge d’or. (5) En outre, les simulations modernes indiquent que le 17/18 février 3102 avant notre ère, les cinq planètes géocentriques occupaient un arc d’environ 42° dans le ciel, ce qui ne peut en aucun cas être considéré comme une conjonction. Par conséquent, il n’existe aucune base astronomique pour la date de début, et nous n’avons aucune preuve qu’Aryabhatta ou tout autre astronome ait calculé cette date. Avant le 6e siècle de notre ère, la date n’apparaît dans aucun texte ou inscription en sanskrit. Elle a pu être inventée par des astronomes ultérieurs ou adoptée à partir d’un autre calendrier. Le flou qui entoure l’origine de ce marqueur chronologique très important rend sa validité très suspecte.

La tâche consistant à déterminer la date de début du Kali Yuga à partir des anciens textes sanskrits est toutefois semée d’embûches, car un certain nombre d’inexactitudes se sont glissées dans les informations sur le cycle du Yuga qu’ils contiennent. Dans de nombreux textes sanskrits, la durée de 12 000 ans du cycle Yuga a été artificiellement gonflée à une valeur anormalement élevée de 4 320 000 ans par l’introduction d’un facteur de multiplication de 360, représenté comme le nombre d' »années humaines » constituant une « année divine ». Dans son livre, The Arctic Home in the Vedas (1903), B.G. Tilak a écrit que : 

« Les auteurs des Puranas, dont beaucoup semblent avoir été écrits au cours des premiers siècles de l’ère chrétienne, ne voulaient naturellement pas croire que le Kali Yuga était terminé… On a donc tenté de prolonger la durée du Kali Yuga en convertissant 1 000 (ou 1 200) années humaines ordinaires en autant d’années divines, une seule année divine, ou une année des dieux, étant égale à 360 années humaines… cette solution de la difficulté fut universellement adoptée, et un Kali de 1200 années ordinaires fut aussitôt transformé, par cet ingénieux artifice, en un magnifique cycle d’autant d’années divines, soit 360 × 1200 = 432 000 années ordinaires ». (6)

Un cycle de Yuga de 24 000 ans.

Cependant, certains textes sanskrits importants, comme le Mahabharata (7) et les Lois de Manu (8), dont les spécialistes pensent qu’ils ont été composés avant les Puranas, conservent la valeur originale du cycle Yuga de 12 000 ans. Le Mahabharata mentionne explicitement que la durée d’un Yuga est basée sur les jours et les nuits des êtres humains. Les Zoroastriens croyaient également en un cycle des âges d’une durée de 12 000 ans. La Grande Année ou l’Année Parfaite des Grecs était diversement représentée comme ayant une durée de 12 954 ans (Cicéron) ou de 10 800 ans (Héraclite). Il est certain que le cycle du Yuga ne peut pas avoir des durées différentes selon les cultures.

Dans son livre The Holy Science (1894), Sri Yukteswar a expliqué qu’un cycle Yuga complet dure 24 000 ans et qu’il est composé d’un cycle ascendant de 12 000 ans au cours duquel la vertu augmente progressivement et d’un cycle descendant de 12 000 ans au cours duquel la vertu diminue progressivement. Ainsi, après avoir terminé un cycle descendant de 12 000 ans, du Satya Yuga au Kali Yuga, la séquence s’inverse et un cycle ascendant de 12 000 ans commence, allant du Kali Yuga au Satya Yuga. Yukteswar affirme que « Chacune de ces périodes de 12 000 ans apporte un changement complet, tant à l’extérieur dans le monde matériel, qu’à l’intérieur dans le monde intellectuel ou électrique, et est appelée l’un des Daiva Yugas ou Couple électrique ». (9) 

La durée de 24 000 ans du cycle complet du Yuga est très proche de l’année de précession de 25 765 ans, qui est le temps pris par le soleil pour « précéder », c’est-à-dire reculer, à travers les 12 constellations du Zodiaque. Il est intéressant de noter que le Surya Siddhanta spécifie une valeur de 54 secondes d’arc par an pour la précession, contre la valeur actuelle de 50,29 secondes d’arc par an. Cela se traduit par une année de précession d’exactement 24 000 ans ! Cela signifie que la valeur actuelle observée de la précession pourrait simplement être une déviation temporaire de la moyenne.

Le concept d’un cycle ascendant et descendant de Yugas est encore répandu chez les bouddhistes et les jaïns. Les Jaïns croient qu’un cycle temporel complet (Kalachakra) comporte une moitié progressive et une moitié régressive. Pendant la moitié progressive du cycle (Utsarpini), il y a une augmentation graduelle de la connaissance, du bonheur, de la santé, de l’éthique et de la spiritualité, tandis que pendant la moitié régressive du cycle (Avasarpini), il y a une réduction graduelle de ces qualités. Ces deux demi-cycles se suivent dans une succession ininterrompue pour l’éternité, tout comme les cycles du jour et de la nuit ou la montée et la descente de la lune. 

Les Grecs anciens semblent également avoir cru à un cycle des âges ascendant et descendant. Le poète grec Hésiode (vers 750 avant J.-C. – 650 avant J.-C.) avait donné un compte rendu des âges du monde dans Les travaux et les jours, dans lequel il insérait un cinquième âge appelé « âge des héros », entre l’âge du bronze et l’âge du fer. Dans Hesiod’s Cosmos, Jenny Strauss Clay écrit :

« S’inspirant du mythe de l’Homme d’État de Platon, Vernant a également affirmé que le cadre temporel du mythe hésiodique, c’est-à-dire la succession des races, n’est pas linéaire mais cyclique ; à la fin de l’âge du fer, qu’il divise en deux, le cycle des races recommence avec un nouvel âge d’or ou, plus vraisemblablement, un nouvel âge des héros, puisque la séquence s’inverse…Vernant lui-même offre une solution lorsqu’il remarque qu' » il n’y a pas en réalité un âge du fer mais deux types d’existence humaine » (10).

Ceci est très intéressant. Jean-Pierre Vernant, spécialiste renommé de la culture grecque antique, pense que le cycle des âges s’inverse comme le raconte Hésiode. De plus, il affirme que l’âge de fer comporte deux parties, ce qui correspond à l’interprétation de Yukteswar selon laquelle le Kali Yuga descendant est suivi du Kali Yuga ascendant. Nous pouvons supposer, dans ce contexte, que « l’âge des héros », qui a immédiatement suivi l’âge du bronze dans le récit d’Hésiode, doit être le nom attribué par Hésiode au Kali Yuga descendant.

Les preuves provenant de différentes sources soutiennent la notion d’un cycle Yuga complet de 24 000 ans, composé d’un cycle ascendant et descendant de 12 000 ans chacun. Cela nous amène à la question des durées relatives des différents Yugas du cycle Yuga et des périodes de transition, qui se produisent au début et à la fin de chaque Yuga, et sont connues respectivement sous les noms de Sandhya (aube) et Sandhyansa (crépuscule). Les valeurs figurant dans le tableau suivant sont fournies par les textes sanskrits pour la durée des Yugas et leurs aubes et crépuscules respectifs :

Des Yugas de même durée ?

Puisque tant d’inexactitudes se sont glissées dans la doctrine des cycles, comme l’ont souligné Yukteswar et Tilak, nous devons également remettre en question l’exactitude des durées relatives des Yugas mentionnées dans les textes sanskrits. Bien que le cycle du Yuga soit mentionné dans les récits mythiques d’une trentaine de cultures anciennes, comme l’a décrit Giorgio de Santillana, professeur d’histoire des sciences au MIT, dans son livre Hamlet’s Mill (1969), nous trouvons très peu d’informations concernant les durées relatives des différents âges de ce cycle. 

Dans les rares récits où les durées des Yugas sont précisées, nous constatons que chaque âge du cycle Yuga a la même durée. Par exemple, les Zoroastriens croient que le monde dure 12 000 ans et qu’il est divisé en quatre âges égaux de 3 000 ans chacun. Une source mexicaine connue sous le nom de Codex Rios (également appelée Codex 3738 et Codex Vaticanus A) indique que chaque âge dure respectivement 4 008, 4 010, 4 801 et 5 042 ans, soit un total de 17 861 ans. Nous pouvons constater que dans ce cas également, la durée de chaque âge est presque la même. 

Par conséquent, les durées des quatre Yugas mentionnées dans les textes sanskrits (c’est-à-dire 4 800, 3 600, 2 400 et 1 200 ans) s’écartent de la norme. La durée de chaque Yuga, dans cette séquence, diminue de 1 200 ans par rapport au précédent. Il s’agit d’une progression arithmétique que l’on retrouve rarement, voire jamais, dans les cycles naturels. Se pourrait-il que les durées des Yuga aient été délibérément modifiées à un moment donné dans le passé afin de donner l’impression que la durée de chaque Yuga diminue en même temps que la diminution de la vertu d’un Yuga à l’autre ?

Voici le fait le plus surprenant : deux des astronomes les plus célèbres de l’Inde ancienne, Aryabhatta et Paulisa, croyaient que le cycle Yuga est composé de Yugas de durée égale ! Au 11e siècle, le savant médiéval Al-Beruni avait compilé un commentaire complet sur la philosophie, les sciences et la culture indiennes intitulé L’Inde d’Alberuni, dans lequel il mentionne que la doctrine du cycle du Yuga était basée sur les dérivations de l’astronome indien Brahmagupta, qui à son tour tirait ses connaissances des textes sanskrits Smriti. Il fait une déclaration intéressante à cet égard :

« De plus, Brahmagupta dit que « Aryabhatta considère les quatre yugas comme les quatre parties égales du caturyuga (cycle du Yuga). Ainsi, il diffère de la doctrine du livre Smriti, que nous venons de mentionner, et celui qui diffère de nous est un adversaire » (11).

Le fait qu’Aryabhatta croyait que les quatre Yugas étaient de durée égale est extrêmement pertinent ! Al-Beruni le réaffirme sans ambages : « Par conséquent, selon Aryabhatta, le Kali Yuga a 3 000 années divya…. chaque deux yugas a 6 000 années divya… chaque trois ans a 9 000 années divya. » Pourquoi Aryabhatta souscrirait-il à une telle croyance ? Avait-il accès à des sources d’information qui sont aujourd’hui perdues pour nous ?

Paulisa, un autre célèbre astronome de l’Inde ancienne, a également souscrit à l’idée de Yugas de durée égale. Alberuni dit que, lorsqu’il présente les calculs de la durée d’un kalpa, « il (Pulisa) n’a pas changé les caturyugas en yugas exacts, mais les a simplement changés en quatrièmes parties, et a multiplié ces quatrièmes parties par le nombre d’années d’une seule quatrième partie  » (12).

Ainsi, deux des astronomes les plus respectés de l’Inde ancienne, Aryabhatta et Paulisa, croyaient en un cycle Yuga composé de 4 Yugas d’une durée égale de 3 000 années divines chacun. Cependant, leur opinion était éclipsée par le point de vue contradictoire de Brahmagupta. Ce dernier se déchaînait contre Aryabhatta et les autres astronomes qui avaient des opinions divergentes, et les malmenait même. Al-Beruni dit à propos de Brahmagupta :

« Il est grossier au point de comparer Aryabhatta à un ver qui, mangeant le bois, y décrit par hasard certains caractères sans les comprendre et sans avoir l’intention de les dessiner. « Lui, cependant, qui connaît ces choses à fond, s’oppose à Aryabhatta, Srishena et Vishnucandra comme le lion s’oppose aux gazelles. Ils ne sont pas capables de lui laisser voir leur visage. » En des termes aussi offensifs, il attaque Aryabhatta et le maltraite » (13). 

Nous pouvons maintenant comprendre pourquoi l’opinion de Brahmagupta a finalement prévalu sur celle des autres astronomes de son temps, et cela n’avait certainement rien à voir avec la solidité inhérente de sa logique, ou l’authenticité de ses sources.

Il est temps pour nous de cesser de nous opposer à Aryabhatta, Paulisa, Srishena, Vishnucandra et d’autres comme « le lion s’oppose aux gazelles », et de prendre connaissance de la possibilité très réelle que les Yugas du cycle Yuga soient de durée égale, et que la séquence 4:3:2:1 des Yugas ait pu être une manipulation mathématique qui s’est glissée dans la doctrine du cycle Yuga quelque temps avant l’an 500 de notre ère. Il est possible que cette manipulation ait été introduite parce que les gens étaient enclins à croire que la durée d’un Yuga devait diminuer en tandem avec la diminution de la vertu et de la longévité humaine d’un Yuga à l’autre. Une formule précise a été élaborée, selon laquelle la durée totale des Yugas s’élève à 12 000 ans. Cependant, il y avait un problème. Si le Kali Yuga est d’une durée de 1 200 ans, il aurait dû être achevé plusieurs fois, depuis son début proposé en 3102 avant notre ère. Afin de contourner cette situation potentiellement embarrassante, une autre complexité a été introduite. Chaque « année » du cycle du Yuga est devenue une « année divine » composée de 360 années humaines. Le cycle du Yuga fut gonflé à 4 320 000 ans (12 000×360) et le Kali Yuga devint égal à 432 000 ans (1 200×360). L’humanité fut condamnée à une durée interminable de ténèbres. 

Le cycle originel codé dans le calendrier Saptarshi.

La doctrine originale des cycles semble avoir été très simple : Un cycle Yuga d’une durée de 12 000 ans, chaque Yuga durant 3 000 ans. Ce cycle est codé dans le calendrier Saptarshi qui est utilisé en Inde depuis des milliers d’années. Il a été largement utilisé au cours de la période Maurya, au 4e siècle avant J.-C., et est toujours en usage dans certaines régions de l’Inde. Le terme Saptarshi fait référence aux « sept Rishis » ou aux « sept Sages », qui représentent les sept étoiles de la constellation de la Grande Ourse (Ursa Major). Ils sont considérés comme les rishis éclairés qui apparaissent au début de chaque Yuga pour diffuser les lois de la civilisation. Le calendrier Saptarshi utilisé en Inde avait un cycle de 2700 ans ; on dit que la constellation de la Grande Ourse reste 100 ans dans chacun des 27 Nakshatras (astérismes lunaires), ce qui donne un cycle de 2700 ans. (14) Le cycle de 2700 ans était également appelé ère Saptarshi ou Yuga Saptarshi. 

La constellation de la Grande Ourse (Ursa Major) est clairement visible dans le ciel boréal tout au long de l’année. Les sept étoiles proéminentes représentent les sept Sages (Saptarshi), chacun d’entre eux étant représenté dans le tableau.

Si le cycle de 2700 ans du calendrier Saptarshi représente la durée réelle d’un Yuga, alors les 300 années restantes sur la durée totale du Yuga de 3000 ans représentent automatiquement la « période de transition », avant que les qualités du Yuga suivant ne se manifestent pleinement. La durée totale du cycle Yuga, à l’exclusion des périodes de transition, est égale à (2 700×4), soit 10 800 ans, ce qui correspond à la durée de la « Grande Année d’Héraclite » dans la tradition hellénique ! Cela indique clairement que la base sous-jacente du cycle des âges mondiaux en Inde et en Grèce était le cycle Saptarshi de 2 700 ans.

Les historiens s’accordent à dire que le calendrier Saptarshi, utilisé pendant la période Maurya au 4e siècle avant notre ère, a commencé en 6676 avant notre ère. Dans le livre Traditions of the Seven Rsis, le Dr J.E. Mitchiner le confirme : 

« Nous pouvons conclure que la version plus ancienne et originale de l’ère des Sept Rsis a commencé avec les Sept Rsis de Krttika en 6676 avant notre ère… Cette version était en usage dans le nord de l’Inde depuis au moins le IVe siècle avant notre ère, comme en témoignent les déclarations d’écrivains grecs et romains ; c’était aussi la version utilisée par Vrddha Garga, vers le début de l’ère chrétienne » (15). 

En fait, la chronologie enregistrée des rois indiens remonte à plus de 6676 avant notre ère, comme en témoignent les historiens grecs et romains Pline et Arrien. Pline affirme que « depuis le Père Liber [Bacchus romain ou Dionysos grec] jusqu’à Alexandre le Grand (m. 323 avant J.-C.), les Indiens comptent 154 rois, et ils comptent (le temps comme) 6 451 ans et 3 mois ». (16) Arrian place 153 rois et 6 462 ans entre Dionysos et Sandrokottos (Chandragupta Maurya), à la cour duquel une ambassade grecque a été envoyée en 314 avant J.-C. (17) Les deux indications donnent une date approximative de 6776 avant J.-C., soit 100 ans avant le début du calendrier Saptarshi en 6676 avant J.-C.

Il est évident, d’après les récits de Pline et d’Arrian, qu’ils ont dû identifier un roi spécifique dans la liste des rois indiens qui correspondait au Dionysos grec ou au Bacchus romain, et dont le règne avait pris fin vers 6776 avant notre ère. Qui cela pouvait-il être ? Selon le célèbre érudit et orientaliste Sir William Jones, Dionysos ou Bacchus n’était autre que le monarque indien Rama. Dans son essai « Sur les dieux de la Grèce, de l’Italie et de l’Inde » (1784), Sir William Jones 

« considère que Rama est le même que le grec Dionysos, qui aurait conquis l’Inde avec une armée de satyres, commandée par Pan ; et Rama était aussi un puissant conquérant, et avait une armée de grands singes ou satyres, commandée par Maruty (Hanuman), fils de Pavan. On trouve également que Rama ressemble, sur d’autres points, au Bacchus indien » (18).

Sir William Jones fait également remarquer que, 

« Les Grecs disent que Meros était une montagne de l’Inde, sur laquelle leur Dionysos est né, et que Meru est aussi une montagne près de la ville de Naishada, ou Nysa, appelée par les géographes grecs Dionysopolis, et universellement célébrée dans les poèmes sanskrits » (19).

L’identification de Dionysos à Rama nous offre de nouvelles perspectives. Selon la tradition indienne, Rama a vécu vers la fin du Treta Yuga (âge d’argent), et le Dwapara Yuga (âge de bronze) a commencé peu après sa disparition. Cela implique que la date de 6676 avant J.-C. pour le début du calendrier Saptarshi, soit 100 ans après Dionysos, c’est-à-dire Rama, indique le début du Dwapara Yuga dans le cycle descendant.

Un calendrier Saptarshi ultérieur, toujours utilisé en Inde, commence en 3076 avant notre ère. Mais, comme le souligne le Dr Subhash Kak, « le nouveau compte qui remonte à 3076 avant J.-C. a été commencé plus tard pour être aussi proche que possible du début de l’ère Kali ». (20) Dans le livre Traditions of the Seven Rsis, le Dr Mitchiner dit que le calendrier Saptarshi pour le Kali Yuga (le Laukika Abda du Cachemire) a commencé lorsque les Saptarshis étaient à Rohini. Puisque les Saptarshis étaient à Rohini en 3676 avant notre ère, cela implique que le cycle du Kali Yuga a dû commencer en 3676 avant notre ère. 

Retrouver la véritable date de fin du Kali Yuga actuel.

C’est là que ça devient intéressant. Une ère Saptarshi a commencé en 6676 avant Jésus-Christ, et un autre cycle a commencé exactement 3 000 ans plus tard, en 3676 avant Jésus-Christ. Mais le cycle Saptarshi est d’une durée de 2 700 ans. Pourquoi l’ère Saptarshi pour le Kali Yuga a-t-elle commencé 3 000 ans après le cycle précédent ? Cela signifie qu’une « période de transition » de 300 ans a dû être ajoutée à la fin du cycle précédent ! Cela prouve clairement l’hypothèse selon laquelle le cycle Saptarshi de 2 700 ans, accompagné d’une période de transition de 300 ans, était la base calendaire originale du cycle. 

Si nous utilisons la date de 6676 avant J.-C. comme le début du Dwapara Yuga dans le cycle descendant, et le cycle Saptarshi de 2700 ans avec une période de transition de 300 ans comme base du cycle Yuga, alors la chronologie entière du cycle Yuga est démêlée.

Cette chronologie du cycle Yuga situe le début de l’âge d’or en 12 676 avant J.-C., soit plus de 14 500 ans avant aujourd’hui, lorsque la Grande Ourse se trouvait dans le nakshatra Shravana (la Grande Ourse avance de 3 nakshatras dans chaque Yuga en raison de la période de transition de 300 ans). Cela concorde parfaitement avec la tradition indienne, puisque le Mahabharata mentionne que, dans l’ancienne tradition, le Shravana nakshatra occupait la première place dans le cycle des nakshatras.

Chronologie du cycle Yuga basée sur le calendrier Saptarshi. Selon cette interprétation, le Kali Yuga se termine en 2025, et sera suivi d’une période de transition de 300 ans qui mènera au Dwapara Yuga ascendant.

La ligne du temps indique également que le Kali Yuga ascendant, qui est l’époque actuelle dans laquelle nous vivons, se terminera en 2025 de notre ère. La manifestation complète du prochain Yuga – le Dwapara Yuga ascendant – aura lieu en 2325 de notre ère, après une période de transition de 300 ans. Le Dwapara Yuga ascendant sera ensuite suivi de deux autres Yugas : le Treta Yuga ascendant et le Satya Yuga ascendant, qui complètent le cycle ascendant de 12 000 ans. 

Le texte sanskrit Brahma-vaivarta Purana décrit un dialogue entre le Seigneur Krishna et la Déesse du Gange. Krishna y déclare qu’après les 5 000 ans du Kali Yuga, un nouvel âge d’or se lèvera et durera 10 000 ans. Ceci peut être immédiatement compris dans le contexte de la chronologie du cycle du Yuga décrit ici. Nous terminons actuellement le Kali Yuga, près de 5 700 ans après son début en 3676 avant notre ère. Et la fin du Kali Yuga sera suivie de trois autres Yugas d’une durée de 9 000 ans, avant la fin du cycle ascendant. 

Preuves archéologiques et historiques.

Selon la doctrine des cycles, les périodes de transition entre les Yugas sont associées à un effondrement des civilisations et à des catastrophes environnementales (pralaya), qui effacent pratiquement toute trace de civilisation humaine. La nouvelle civilisation qui émerge dans le nouveau Yuga est guidée par quelques survivants du cataclysme, qui portent avec eux les connaissances techniques et spirituelles de l’époque précédente. De nombreuses sources anciennes nous parlent de l’énigmatique groupe des « Sept Sages » (« Saptarshi ») qui apparaîtrait au début de chaque Yuga et promulguerait les arts de la civilisation. Nous les retrouvons dans les mythes du monde entier – à Summer, en Inde, en Polynésie, en Amérique du Sud et en Amérique du Nord. Ils possédaient une sagesse et un pouvoir infinis, pouvaient voyager sur terre et sur l’eau, et prenaient diverses formes à volonté. Le calendrier Saptarshi de l’Inde ancienne semble avoir été fondé sur leur apparition périodique au début de chaque Yuga.

Comme nous le verrons, la chronologie du cycle Yuga proposée ici présente une très forte corrélation avec les événements cataclysmiques majeurs qui frappent périodiquement notre planète, ainsi qu’avec un certain nombre de dates importantes consignées dans divers calendriers et écritures anciennes. 

La première période de transition dans le cycle descendant de 12 000 ans du Yuga est la période de 300 ans à la fin de l’âge d’or, de 9976 à 9676 avant notre ère. C’est à cette époque que la dernière période glaciaire a pris fin soudainement ; le climat est devenu très chaud assez brusquement, et il y a eu une inondation mondiale catastrophique. De nombreuses légendes anciennes font référence à cette période. Dans le Timée, Platon nous parle de l’île mythique de l’Atlantide qui a été engloutie par la mer en « un seul jour et une seule nuit de malheur », vers 9600 avant notre ère. Les Zoroastriens croient que le monde a été créé par Ahura Mazda vers 9600 avant notre ère (soit 9000 ans avant la naissance de leur prophète Zoroastre, vers 600 avant notre ère).

Cet événement a également été rapporté dans les mythes du déluge de nombreuses cultures anciennes, qui parlent presque tous d’énormes murs d’eau qui ont submergé toute la terre jusqu’aux plus hauts sommets des montagnes, ainsi que de fortes pluies, de boules de feu tombées du ciel, d’un froid intense et de longues périodes d’obscurité. L’archéologue Bruce Masse, du Laboratoire national de Los Alamos au Nouveau-Mexique, a examiné un échantillon de 175 mythes du déluge provenant de différentes cultures du monde et a conclu que les aspects environnementaux décrits dans ces événements, ce qui est également cohérent avec les données archéologiques et géophysiques, n’auraient pu être précipités que par un impact destructeur de comète océanique en eau profonde (21).

Ces dernières années, une équipe de scientifiques internationaux a trouvé des preuves irréfutables que la Terre a été bombardée par de multiples fragments d’une comète géante il y a près de 12 800 ans, déclenchant le début d’une période de refroidissement rapide et intense appelée Younger Dryas, qui a duré près de 1 200 ans jusqu’à environ 9700 avant notre ère. La force de l’impact de la comète, combinée à la vague de froid vicieuse qui a suivi, a entraîné l’extinction d’un grand nombre de mégafaunes nord-américaines, dont les mammouths laineux et les paresseux géants, et a mis fin à une civilisation préhistorique appelée culture Clovis – les premiers habitants humains du Nouveau Monde (22).

Ce graphique de température montre le refroidissement soudain au début du Younger Dryas et un réchauffement tout aussi soudain à la fin du Younger Dryas.

Le Younger Dryas s’est terminé aussi brusquement qu’il avait commencé, pour des raisons qui ne sont pas entièrement comprises. Des géologues de l’Institut Niels Bohr (NBI) de Copenhague ont étudié les données des carottes de glace du Groenland et ont conclu que la période glaciaire s’est terminée exactement en 9703 avant notre ère. Le chercheur Jorgen Peder Steffensen a déclaré que « dans la transition entre l’ère glaciaire et la période chaude et interglaciaire actuelle, le changement climatique est si soudain que c’est comme si on avait appuyé sur un bouton ». (23) La date de 9703 avant J.-C. pour le changement climatique soudain se situe dans la période de transition de 300 ans à la fin de l’âge d’or, de 9976 à 9676 avant J.-C., et en tant que telle, elle fournit la première validation importante de la chronologie du cycle Yuga identifiée ici.

Catastrophe de la mer Noire et inondations mondiales.

La période de transition de 300 ans entre le Treta Yuga (âge d’argent) et le Dwapara Yuga (âge du bronze), qui s’étend de 6976 à 6676 avant notre ère, coïncide également avec un événement environnemental important, la catastrophe de la mer Noire, récemment datée de 6700 avant notre ère. La mer Noire était autrefois un lac d’eau douce. Jusqu’à ce que la mer Méditerranée, gonflée par les eaux de fonte des glaciers, rompe un barrage naturel et traverse l’étroit détroit du Bosphore, inondant la mer Noire de façon catastrophique. Le niveau des eaux de la mer Noire a alors augmenté de plusieurs centaines de pieds, inondé plus de 60 000 miles carrés de terres et considérablement étendu le littoral de la mer Noire (d’environ 30 %). (24) Cet événement a fondamentalement changé le cours de la civilisation en Europe du Sud-Est et en Anatolie occidentale. Les géologues Bill Ryan et Walter Pitman de l’Observatoire terrestre Lamont-Doherty de New York, qui ont été les premiers à proposer l’hypothèse de la catastrophe de la mer Noire, sont allés jusqu’à la comparer au déluge de Noé. 

La catastrophe de la mer Noire, avant et après. L’eau de la mer Égée a traversé une gorge étroite (le détroit du Bosphore) et a plongé dans la mer Noire, créant une gigantesque chute d’eau. 

Des inondations majeures similaires ont eu lieu dans de nombreuses régions du monde, lorsque des lacs glaciaires massifs, gonflés par les eaux de la fonte des glaces, ont brisé leurs barrières de glace et se sont précipités dans les zones environnantes. Entre 6900 et 6200 avant notre ère, l’inlandsis laurentidien s’est désintégré dans la baie d’Hudson et une énorme quantité d’eaux glaciaires provenant du lac Agassiz/Ojibway s’est déversée dans la mer du Labrador. Il s’agit probablement de la « plus grande inondation de l’ère quaternaire », qui a pu à elle seule élever le niveau global des mers d’un demi-mètre. (25) La période comprise entre 7000 et 6000 avant notre ère a également été caractérisée par des tremblements de terre gigantesques en Europe. Dans le nord de la Suède, certains de ces séismes ont provoqué des « vagues au sol » de 10 mètres de haut, appelées « tsunamis rocheux ». Il est possible que la chaîne mondiale d’événements cataclysmiques survenus pendant cette période de transition ait été déclenchée par une seule cause sous-jacente, qu’il nous reste à découvrir.

La période de transition entre le Dwapara Yuga et le Kali Yuga, de 3976 à 3676 avant notre ère, a de nouveau été marquée par une série de cataclysmes environnementaux, dont la nature exacte reste un mystère. En géologie, on l’appelle « the 5.9 kiloyear event », et il est considéré comme l’un des événements d’aridification les plus intenses de la période holocène. Il s’est produit vers 3900 avant notre ère, mettant fin au sous-pluvial néolithique et initiant la plus récente dessiccation du désert du Sahara. Au même moment, entre 4000 et 3500 avant notre ère, les plaines côtières de Sumer ont subi de graves inondations, qui « ont été l’effet local d’un épisode mondial d’inondations rapides et de relativement courte durée, connu sous le nom de transgression flandrienne, qui a eu un impact significatif non seulement sur les rives du Golfe, mais aussi dans de nombreuses autres régions d’Asie ». (26) Cette inondation catastrophique a entraîné la fin de la période oubaid en Mésopotamie et a déclenché une migration mondiale vers les vallées fluviales. Peu après, nous constatons l’émergence des premiers peuplements des vallées fluviales en Égypte, en Mésopotamie et dans la vallée de l’Indus, vers 3500 avant notre ère.

Cette période de transition entre les Yugas est également enregistrée dans les calendriers anciens. Pendant très longtemps, la croyance selon laquelle le monde a été créé en 4004 avant notre ère a prévalu dans le monde occidental. Cette date nous vient des généalogies de l’Ancien Testament. Cette date précède de 28 ans seulement la fin du Dwapara et le début de la période de transition. L’année de la création du monde dans le calendrier religieux juif est 3761 avant notre ère, ce qui se situe au milieu de la période de transition.

Âges sombres et grands bouleversements en Grèce.

Selon les anciennes traditions, le Kali Yuga descendant, appelé par Hésiode « l’âge des héros », a pris fin avec la bataille livrée dans les plaines de Troie. La chronologie du cycle du Yuga indique que la période intermédiaire de 300 ans entre le Kali Yuga descendant et le Kali Yuga ascendant s’étendait de 976 à 676 avant notre ère. Il est très intéressant de noter que cette période chevauche la période de 300 ans allant de 1100 à 800 avant notre ère, que les historiens appellent l’âge des ténèbres grec ! 

Les historiens considèrent l’âge des ténèbres grec comme une période de transition entre l’âge du bronze tardif et le début de l’âge du fer. Robert Drews écrit que : 

« En l’espace de quarante à cinquante ans, à la fin du treizième et au début du douzième siècle (vers 1200 – 1100 avant notre ère), presque toutes les villes importantes du monde méditerranéen oriental ont été détruites, et beaucoup d’entre elles ne seront plus jamais occupées » (27).

Carte de l’effondrement de l’âge du bronze tardif en Méditerranée orientale avec les mouvements de population. 

Cette perturbation soudaine et violente a plongé l’ensemble du Proche-Orient, de l’Afrique du Nord, du Caucase, de la mer Égée et des Balkans dans un âge des ténèbres qui a duré trois cents ans et a été caractérisé par de grands bouleversements, la famine, le dépeuplement et des mouvements massifs de population. Presque toutes les villes entre Pylos et Gaza ont été violemment détruites, et beaucoup ont été abandonnées. Les économies de palais de Mycènes et d’Anatolie s’effondrent, et les gens vivent dans de petits établissements isolés. 

En Égypte, la période allant de 1070 à 664 avant J.-C. est connue sous le nom de « troisième période intermédiaire », au cours de laquelle l’Égypte a été envahie par des souverains étrangers. La désintégration politique et sociale et le chaos ont régné, accompagnés d’une série de sécheresses dévastatrices. En Inde, la civilisation de la vallée de l’Indus a finalement pris fin vers 1000 avant J.-C., et après un intervalle de près de 400 ans, nous assistons à l’émergence des 16 grands royaumes (Mahajanapadas) dans les plaines du Gange vers 600 avant J.-C. C’est également à cette époque qu’une catastrophe a frappé la civilisation olmèque de Méso-Amérique. Une destruction massive de nombreux monuments de San Lorenzo a eu lieu vers 950 avant notre ère et le site a été abandonné vers 900 avant notre ère. Les chercheurs pensent que des changements environnementaux radicaux ont pu être à l’origine de ce déplacement des centres olmèques, certaines rivières importantes ayant changé de cours.

Lorsque le Kali Yuga ascendant a commencé en 676 avant notre ère, une grande partie des connaissances, traditions et compétences du Kali Yuga descendant ont été oubliées. Peut-être en réponse à cette grave crise sociale, un certain nombre de philosophes et de prophètes sont apparus à cette époque, essayant de redécouvrir la sagesse perdue et de la diffuser parmi les masses ignorantes. Parmi eux, citons Bouddha (623 avant J.-C.), Thalès (624 avant J.-C.), Pythagore (570 avant J.-C.), Confucius (551 avant J.-C.), Zoroastre (600 avant J.-C.) et Mahavir Jain (599 avant J.-C.). Mais une grande partie du savoir sacré a été irrémédiablement perdue. Par exemple, les Vedas originaux comprenaient 1 180 sakhas (c’est-à-dire des branches), dont on ne se souvient plus que de 7 ou 8 sakhas (moins de 1%). Diverses erreurs, omissions et interpolations se sont également glissées dans les textes anciens lors de leur révision et de leur rédaction. Les erreurs dans la doctrine du cycle Yuga en font partie. 

La chronologie des cycles proposée ici reflète avec précision les catastrophes environnementales mondiales qui accompagnent les périodes de transition entre les Yugas. Tous les 2700 ans, notre planète est touchée par une série d’événements cataclysmiques pendant une période de quelques centaines d’années, ce qui entraîne un effondrement total ou quasi total des civilisations à travers le monde. Dans tous les cas, cependant, la civilisation redémarre immédiatement après la période de destruction. Les quatre périodes de transition clés, depuis la fin de l’âge d’or, sont résumées dans le tableau ci-dessus.

Il est évident que le cycle du Yuga était suivi à l’aide du calendrier Saptarshi. Il était d’une durée de 12 000 ans, composé de quatre Yugas d’une durée égale de 2 700 ans chacun, séparés par des périodes de transition de 300 ans. Le cycle complet du Yuga, d’une durée de 24 000 ans, se composait d’un Yuga ascendant et d’un Yuga descendant, qui se succédaient pour l’éternité comme les cycles du jour et de la nuit. Au cours des 2700 dernières années, nous avons traversé le Kali Yuga ascendant, et ce Yuga prendra fin en 2025. 

Les périodes de transition entre les Yugas.

Conformément à la convention, la période de transition de 300 ans qui suivra 2025 peut être divisée en deux périodes de 150 ans chacune. La première période de 150 ans – le « crépuscule de Kali » – correspond au moment où les structures du Kali Yuga risquent de s’effondrer en raison d’une combinaison de guerres, de catastrophes environnementales et de changements cosmiques, tandis que la seconde période de 150 ans – l' »aube de Dwapara » – correspond au moment où les systèmes et les philosophies spirituellement évolués du Dwapara Yuga peuvent commencer à émerger. Il est probable, cependant, que les processus jumeaux d’effondrement et d’émergence progresseront simultanément tout au long de la période de transition de 300 ans, bien qu’à des intensités différentes. 

La recrudescence actuelle des activités tectoniques et des phénomènes météorologiques extrêmes d’une part, et les premiers signes de l’éveil d’une conscience supérieure parmi l’humanité d’autre part, peuvent indiquer que les effets de la période de transition sont déjà en cours. Nous devons être conscients de ces grands cycles du temps qui régissent la civilisation humaine, et des changements qui se profilent à l’horizon.

Bibhu Dev Misra.


Références :

1. Krishna-Dwaipayana Vyasa, Le Mahabharata, trans. Kisari Mohan Ganguli (1883-1896) livre 3, chapitre CXLVIII, via l’Internet Sacred Texts Archive, http://www.sacred-texts.com. 

2. Aryabhatiya, Kalakriyapada, verset 10.

3. D.C. Sircar, Indian Epigraphy, Motilal Banarsidass Publ. 1965, 318.

4. Richard Salomon, Indian Epigraphy : A Guide to the Study of Inscriptions in Sanskrit, Prakrit, and the other Indo-Aryan Languages, Oxford University Press, 1998, 181.

5. Surya-Siddhanta : A Text-Book of Hindu Astronomy, tr. Ebenezer Burgess, Phanindralal Gangooly, Motilal Banarsidass Publ. 1989, chapitre 1, 41.

6. Lokamanya Bâl Gangâdhar Tilak, The Arctic Home in the Vedas, Messrs. TILAK BROS, 1903

7. Le Mahabharata, tr.Kisari Mohan Ganguli, Livre 12 : Santi Parva, Section CCXXXI

8. Lois de Manu, tr. G. Buhler, Chapitre 1 versets 69, 70, 71

9. Sri Yukteswar, La Science Sacrée, 1894, xi

10. Jenny Strauss Clay, Hesiod’s Cosmos, Cambridge University Press, 2003, 83

11. L’Inde d’Alberuni (AD 1030), trans. Edward C. Sachau, Londres, 1910, chapitre XLII 373-374.

12. Ibid, 375

13. Ibid, 376

14. Subhash Kak,  » On the Chronological Framework for Indian Culture « , Indian Council of Philosophical Research (2000), 1-24.

15. J.E. Mitchiner, Traditions des sept Rishis, Motilal B, 1982, 163

16. Pline, Naturalis Historia, 6.59-60

17. Arrian, Indica 9.9

18. Encyclopaedia Londinensis Vol 21 (1826) 677

19. Sir William Jones, « On the Gods of Greece, Italy and India », Asiatic Researches vol. 1 (1788), 221-75

20. Subhash Kak, « On the Chronological Framework for Indian Culture », Indian Council of Philosophical Research (2000), 1-24.

21. Luigi Piccardi et Bruce Masse, Myth and Geology, Geological Society of London Special Publication, 2007, 273. 

22.  » Nanodiamond-Rich Layer across Three Continents Consistent with Major Cosmic Impact at 12,800 Cal BP « , The Journal of Geology, 2014, volume 122, 475-506.

23.  » Danish Arctic research dates Ice Age « , 11 déc. 2008, politiken.dk/newsinenglish/article611464.ece.

24. « Geologists Link Black Sea Deluge To Farming’s Rise « , New York Times, 17 décembre 1996.

25. Graham Hancock, Underworld : The Mysterious Origins of Civilization, Three Rivers Press, 2002, 82-83

26. Ibid, 31

27. Robert Drews, The End of the Bronze Age : Changes in Warfare and the Catastrophe ca. 1200 B.C., Princeton University Press, 1993, 4