L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation (VI).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Première partie : avant-propos).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Deuxième partie : les faits de la vie).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Troisième partie : deux utopies).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Quatrième partie : une révolution).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Cinquième partie : les retombées de la révolution, le « viol par une connaissance »).


De l’anarchie sexuelle à la terreur sexuelle.

C’est un cliché de la philosophie politique : moins les citoyens sont capables de se maîtriser, plus ils doivent être contraints de l’extérieur. La nécessité pratique d’un tel compromis peut être observée dans des bouleversements aussi extraordinaires que les révolutions française et russe. Tout d’abord, les anciens modèles et les vieilles normes et les comportements habituels sont rejetés au nom de la liberté. Lorsque le chaos qui s’ensuit devient intolérable, un groupe doté de l’ambition, de l’assurance et de « l’impitoyabilité » nécessaires parvient à imposer de force son propre ordre à la société affaiblie. C’est ce qui s’est produit progressivement dans le cas de la révolution sexuelle également, le rôle des Jacobins/Bolcheviks étant assumé par les féministes.

Les êtres humains ne peuvent se passer de certaines normes sociales pour les guider dans leurs relations personnelles. On ne peut attendre des jeunes femmes qu’elles élaborent un système personnel d’éthique sexuelle à la manière de Descartes, qui reconstruit l’univers dans son propre esprit. Si vous cessez de les préparer au mariage, elles chercheront des conseils partout où elles pourront en trouver. Au cours des trente dernières années, ils l’ont trouvée dans le féminisme, tout simplement parce que les féministes ont fait de l’ombre à tous les autres.

Après avoir contribué à encourager l’expérimentation sexuelle des jeunes femmes, le féminisme s’est trouvé en mesure de capitaliser sur le malheur qui en a résulté. Leur programme de réécriture des règles du comportement sexuel humain est, d’une part, une continuation du programme utopique des libérationnistes et, d’autre part, une réaction contre celui-ci. Les féministes approuvent la notion du droit de faire ce que l’on veut sans responsabilité envers les autres ; elles insistent simplement sur le fait que seules les femmes ont ce droit.

Cherchant autour d’elles une base juridique et morale pour faire valoir cette revendication nouvelle, elles tombent sur l’interdiction séculaire du viol.

Les féministes comprennent le viol, cependant, non pas comme une violation de la chasteté ou de la fidélité conjugale d’une femme, mais comme une violation de ses désirs personnels. Elles se servent de l’ancienne loi contre le viol pour imposer non pas le respect de la pudeur féminine mais l’obéissance aux caprices féminins. Leur idéal n’est pas l’homme dont la maîtrise de soi permet à la femme d’exercer la sienne, mais l’homme qui est soumis au bon plaisir de la femme – l’homme qui se comporte, non comme un gentleman, mais comme un godemiché.

Mais le simple mépris des souhaits personnels de la femme n’est manifestement pas la raison pour laquelle les hommes ont été déshonorés, emprisonnés, voire mis à mort dans certaines sociétés pour le crime de viol. Selon la nouvelle conception, dans laquelle le consentement, plutôt que les liens du mariage, sont en cause, le même acte sexuel peut être un crime le lundi ou le mercredi et un droit le mardi ou le jeudi, selon les changements d’humeur de la femme. Les féministes prétendent que le viol n’est pas suffisamment pris au sérieux ; peut-être serait-il préférable de se demander comment il pourrait être pris au sérieux une fois que nous commençons à le définir comme elles le font. Après tout, si les femmes veulent être libres de faire ce qu’elles veulent avec les hommes, pourquoi les hommes ne seraient-ils pas libres de faire ce qu’ils veulent avec les femmes ?

En fait, la campagne contre le viol ne doit son succès qu’à l’effet persistant d’anciennes idées. Les féministes elles-mêmes ne s’y trompent pas ; elles parlent ouvertement de « redefining rape »  (« redéfinir le viol »). Bien sûr, pour ceux d’entre nous qui parlent encore l’anglais traditionnel, cela revient à admettre qu’elles accusent faussement les hommes.

On pourrait avoir plus de sympathie pour les « victimes de viol » si elles voulaient que les hommes les épousent, craignaient d’être ruinées pour d’autres prétendants et étaient prêtes à assumer leurs propres obligations d’épouses et de mères. Mais ce n’est tout simplement pas le cas. Les militants de la campagne contre le viol, quand ce ne sont pas les jeunes femmes elles-mêmes, sont hostiles à l’idée même du mariage, et ne le proposent jamais comme solution. Elles veulent emprisonner les hommes, pas en faire des maris responsables. C’est bien pire que le mariage forcé, qui permettait au moins à l’homme d’agir en tant que père de l’enfant qu’il avait engendré.

Et quel bénéfice les femmes tirent-elles de l’emprisonnement des hommes en tant que violeurs, si ce n’est la satisfaction d’un désir de vengeance ? Le fait de voir les hommes punis peut même conforter les femmes moralement confuses dans leur sentiment erroné d’être des victimes – le ressentiment a tendance à se nourrir de lui-même, comme une démangeaison qui s’aggrave lorsqu’on la gratte. Les femmes sont confortées dans l’idée qu’elles ont le droit de laisser les hommes se comporter comme elles l’entendent. Elles deviennent moins enclines à traiter les hommes avec respect ou à essayer d’apprendre à les comprendre ou à faire des compromis avec eux. En un mot, elles apprennent à penser et à se comporter comme des enfants gâtés, s’attendant à tout et ne voulant rien donner.

Les hommes, quant à eux, réagissent à cette situation d’une manière qui n’est pas difficile à prévoir. Il se peut qu’ils ne refusent pas (dans un premier temps) les liaisons sexuelles avec ces femmes, car les défauts moraux de la femme n’ont pas trop d’effet sur l’acte sexuel lui-même. Mais, tout à fait rationnellement, ils éviteront toute implication plus profonde avec elles. Ainsi, les femmes vivent des mariages et des « relations » moins nombreuses, plus courtes et moins bonnes avec les hommes. Mais elles ne se blâment pas pour la situation difficile dans laquelle elles se trouvent ; elles refusent de voir un lien entre leur propre comportement et leur solitude et leur frustration. C’est ainsi que les hommes sont de plus en plus souvent qualifiés de violeurs et de prédateurs qui refusent mystérieusement de s’engager.

En fait, les seules personnes qui profitent de l’imposition de ces nouvelles normes sont les féministes qui les ont inventées. La survie de leur mouvement dépend d’un approvisionnement continu en femmes rancunières qui pensent que leurs droits sont violés ; on ne peut qu’admettre que les principes qui sous-tendent la campagne contre le viol sont admirablement conçus pour garantir un tel approvisionnement. Le féminisme est un mouvement qui se nourrit de ses propres échecs ; il est donc très difficile de le renverser.

Selon la 11e édition du Merriam-Webster’s Collegiate Dictionary, la première utilisation enregistrée de l’expression « date rape » remonte à 1975. En l’espace de quelques années, nous trouvons Thomas Fleming du Chronicles, par exemple, qui emploie l’expression avec le même manque de sens critique que n’importe quel zélateur féministe. Un deuxième instrument du règne féministe de la terreur sexuelle, le « harcèlement sexuel », a également fait sa première apparition en 1975. En moins d’une génération, il est devenu une industrie nationale permettant à de nombreuses personnes de vivre confortablement. Pourtant, une fois de plus, ce concept révolutionnaire est accepté sans broncher par de nombreux hommes traditionalistes. Ils se contentent d’accepter sans discuter qu’il existe un problème généralisé de « harcèlement » des femmes par les hommes et que « quelque chose doit être fait à ce sujet ». Ma première pensée serait : Qu’ont fait les Romains à ce sujet ? Qu’a fait l’Église chrétienne à ce sujet ? Et les Chinois ou les Aztèques ? La réponse évidente est qu’aucun d’entre eux n’a fait quoi que ce soit à ce sujet, car le concept ne s’est développé que récemment dans le contexte du mouvement féministe. N’y a-t-il pas là matière à suspicion ? Pourquoi les hommes sont-ils si prompts à adopter le langage de leurs ennemis déclarés ?

L’idée qui sous-tend le mouvement du harcèlement sexuel est que les femmes ont droit à « un environnement exempt d’avances sexuelles non désirées ». Quelles sortes d’avances sont non désirées ? En clair, celles que font les hommes peu séduisants. Quiconque a été contraint de visionner une vidéo d’entreprise contre le harcèlement peut constater que ce qui est condamné n’est qu’un comportement traditionnel de séduction masculine.

L’introduction de la loi sur le harcèlement s’est accompagnée d’une campagne visant à informer les jeunes femmes de ce nouveau droit. Les collèges et lycées, par exemple, ont institué des comités sur le harcèlement dont l’un des objectifs déclarés était « d’encourager les victimes à se manifester ». (J’ai vu cela de près). Les agitateurs voulaient que le plus grand nombre possible de jeunes femmes accusent les prétendants malheureux de méfaits. Et ils ont eu un succès considérable ; beaucoup de femmes ont profité sans hésiter de la nouvelle dispense. Les jeunes hommes ont découvert qu’ils risquaient des visites de la police pour avoir flirté ou invité des femmes à des rendez-vous.

Cette intimidation féminine doit être mise en contraste avec la chevalerie masculine traditionnelle. Les hommes, du moins dans la civilisation occidentale, ont été socialisés pour être extrêmement réticents à utiliser la force contre les femmes. Il ne s’agit pas d’un principe absolu : rares sont ceux qui nieraient qu’un homme a le droit de se défendre contre une femme qui tente de le tuer. Mais de nombreux hommes refuseront de se venger d’une femme sous n’importe quelle menace moins grave. Cette attitude est très éloignée du principe féministe d’égalité entre les sexes. En effet, elle semble impliquer une vision des hommes comme naturellement dominants : c’est une forme de « noblesse oblige ». Et elle n’est pas, pour autant que je sache, réductible à un quelconque intérêt personnel à long terme de la part d’un homme ; en d’autres termes, il s’agit d’un principe d’honneur. Selon le code de la chevalerie, un homme n’a pas le droit moral d’utiliser la force contre les femmes simplement parce qu’il peut le faire.

Une difficulté évidente avec un tel code est qu’il est vulnérable aux abus de la part de ses bénéficiaires. J’avais une camarade de classe à l’école primaire qui avait entendu dire quelque part que « les garçons ne sont pas censés frapper les filles ». Malheureusement, elle a interprété cette phrase comme signifiant qu’il était acceptable pour les filles de frapper les garçons, ce qu’elle a ensuite fait. Elle s’est sentie vraiment indignée lorsqu’elle a constaté qu’ils ripostaient généralement.

Le caractère particulier de l’idée selon laquelle « noblesse oblige » est qu’elle n’implique pas de droit correspondant de la part du bénéficiaire. Selon la vision traditionnelle, un homme devrait en effet être réticent à utiliser la force contre les femmes, mais les femmes n’ont pas le droit de le présumer. La réticence est suscitée par la reconnaissance de la faiblesse des femmes, et non par la reconnaissance de leurs droits.

Peut-être parce que les femmes sont le sexe faible, elles n’ont jamais développé d’inhibitions similaires quant à l’usage de la force contre les hommes. Dans une société traditionnellement ordonnée, cela ne présente pas de difficultés, car les obligations de la femme envers son mari sont clairement comprises et socialement appliquées. Mais la situation change lorsque des millions de jeunes femmes gâtées et impressionnables sont convaincues que les hommes les « harcèlent » et que la réponse appropriée consiste à faire appel à la force de la loi et aux pouvoirs de police de l’État. Les hommes sont privés d’une procédure régulière, ruinés professionnellement et menacés de sanctions particulièrement sévères en cas de représailles contre les femmes qui les accusent d’un crime nouvellement inventé et délibérément mal défini. Ils peuvent, pour des raisons prudentielles, se conformer extérieurement aux nouvelles règles. Mais il est peu probable que la réticence traditionnelle in foro interno à utiliser la force contre les femmes puisse survivre longtemps au modèle actuel de comportement féminin. Les femmes feraient bien d’y réfléchir.


L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Septième partie : le retour du primitif.

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Huitième partie : la chevalerie moderne).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Neuvième partie : la révolution sexuelle détruit le sexe).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Dixième partie : les hommes oubliés).


Source : « Sexual utopia in power. The feminist revolt against civilization ». Francis Roger Devlin.

Illustration : Margerretta.