L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation (III).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Première partie : avant-propos).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Deuxième partie : les faits de la vie).


Il est bien connu que les taux de natalité des blancs dans le monde ont subi un déclin catastrophique au cours des dernières décennies. Au cours de cette même période, notre société est devenue assurément la plus obsédée par le sexe dans l’histoire du monde. Il est peu probable que deux tendances aussi massives et concurrentes soient sans rapport. De nombreux conservateurs bien intentionnés sont d’accord pour déplorer la situation actuelle, mais ne sont pas d’accord pour décrire cette situation, ou la façon dont elle s’est produite. Un diagnostic correct est la première condition préalable à une stratégie efficace.

L’expression bien connue de « révolution sexuelle » doit, selon moi, être prise encore plus sérieusement que d’habitude. Comme la Révolution française, la révolution politique paradigmatique des temps modernes, la révolution sexuelle était une tentative de réaliser une utopie, mais une utopie sexuelle plutôt que politique. Et comme la Révolution française, elle a traversé trois phases : premièrement, une phase libertaire ou anarchique dans laquelle l’utopie était censée se produire spontanément une fois les anciennes méthodes balayées ; deuxièmement, un règne de terreur, dans lequel une faction s’est emparée du pouvoir et a tenté de réaliser ses plans de manière dictatoriale ; et troisièmement, une « réaction », dans laquelle la nature humaine s’est progressivement réaffirmée. Nous suivrons cet ordre dans le présent essai.

Deux utopies.

Considérons ce qu’est une utopie sexuelle, et commençons par les hommes, qui sont à tous égards plus simples.

La nature a joué un tour aux hommes : la production de spermatozoïdes se fait à un rythme plusieurs fois supérieur à celui de l’ovulation féminine. C’est un fait naturel et non moral. Chez les animaux inférieurs également, le mâle est grossièrement sur-approvisionné en quelque chose en comparaison de laquelle la femelle n’a qu’une demande limitée. Cela signifie que la femelle a un contrôle beaucoup plus important sur l’accouplement. La loi universelle de la nature est que les mâles se proposent et les femmes choisissent. Les paons mâles étendent leur queue, les femelles choisissent. Les mâles ont des cornes, les femelles choisissent. Chez les humains, les garçons essaient d’impressionner les filles – et les filles choisissent. La nature dicte que dans la danse de l’accouplement, le mâle doit attendre d’être choisi.

L’utopie sexuelle d’un homme est donc un monde dans lequel il n’existe pas de limite à la demande féminine. Il n’est pas nécessaire de recourir à la pornographie par exemple. Il suffit de considérer les films populaires destinés à un public masculin, comme la série des James Bond. Les femmes ne peuvent tout simplement pas résister à James Bond. Il n’est pas obligé de proposer un mariage, ni même de demander des rendez-vous. Il entre simplement dans la pièce et elles s’évanouissent. L’industrie du divertissement produit une infinité d’images irréalistes comme celle-ci. Pourquoi, se demandera peut-être un jour le spectateur masculin, la vie ne peut-elle pas être ainsi ? Pour certains, il est tentant de rejeter la faute sur l’institution du mariage.

Après tout, le mariage semble restreindre le sexe de manière assez radicale. Certains hommes pensent que si les relations sexuelles étaient autorisées à la fois dans le mariage et en dehors du mariage, elles seraient deux fois plus nombreuses qu’auparavant. Ils imaginent qu’il existe un grand réservoir inexploité de désir féminin jusqu’alors réprimé par la monogamie. Pour le libérer, ils ont cherché, au début de l’après-guerre, à remplacer le septième commandement par une approbation de toute activité sexuelle entre « adultes consentants ». Tout homme pouvait avoir un harem. Le comportement sexuel en général, et pas seulement la vie de famille, devait désormais être considéré comme une affaire privée. Les traditionalistes qui ne sont pas d’accord avec ce principe veulent « mettre un policier dans chaque chambre ». C’était l’époque du rapport Kinsey et de la première parution du magazine Playboy. Les rêveries oisives des hommes étaient devenues un mouvement social.

Cet utopisme sexuel typiquement masculin était un précurseur de la révolution sexuelle, mais pas de la révolution elle-même. Les hommes sont incapables d’apporter des changements fondamentaux dans les relations hétérosexuelles sans la coopération – le fameux « consentement » – des femmes. Mais les premiers prétendus révolutionnaires masculins n’ont pas compris la nature de l’instinct sexuel féminin. C’est pourquoi les choses ne se sont pas déroulées selon leur plan.

Quelle est la particularité du désir sexuel féminin qui le distingue de celui des hommes ?

On dit parfois que les hommes sont polygames et les femmes monogames. Une telle croyance est souvent implicite dans les écrits des conservateurs masculins : les femmes ne veulent que de bons maris, mais des hommes sans cœur les utilisent et les abandonnent. Certaines preuves semblent, à première vue, étayer ce point de vue. Une enquête de 1994 a révélé que « alors que les hommes prévoyaient qu’ils aimeraient idéalement avoir 6 partenaires sexuels au cours de l’année suivante, et 8 au cours des deux années suivantes, les femmes ont répondu que leur idéal serait de n’avoir qu’un seul partenaire au cours de l’année suivante. Et sur deux ans ? La réponse, pour les femmes, était toujours la même : 2 ». N’est-ce pas là une preuve que les femmes sont naturellement monogames ?

Non, ce n’est pas le cas. Les femmes savent que leurs propres pulsions sexuelles sont indisciplinées, mais elles ont traditionnellement eu assez de bon sens pour se taire à ce sujet. Le fait qu’un mari pense que sa femme est naturellement monogame lui permet de se rassurer. Il n’est pas non plus à l’avantage de la femme que son mari la comprenne trop bien : la connaissance est le pouvoir. En bref, nous avons ici une sorte de « noble mensonge » platonicien, une croyance salutaire, bien que fausse.

Il serait plus exact de dire que l’instinct sexuel féminin est hypergamique. Les hommes peuvent avoir tendance à rechercher la variété sexuelle, mais les femmes ont des goûts simples à la manière d’Oscar Wilde : elles se contentent toujours du meilleur. Par définition, un seul homme peut être le meilleur. Ces différentes « orientations sexuelles » masculines et féminines sont clairement visibles chez les primates inférieurs, par exemple dans une meute de babouins. Les femelles rivalisent pour s’accoupler au sommet, les mâles rivalisent pour arriver au sommet.

Les femmes, en fait, ont une utopie sexuelle distincte correspondant à leurs instincts hypergames. Dans sa forme purement utopique, elle comporte deux parties : (1) elle s’accouple avec son partenaire idéal, l’homme parfait imaginaire, et (2) celui-ci « s’engage », ou cesse de s’accoupler avec toutes les autres femmes. C’est la formule de la plupart des romans d’amour en fascicules. Le fantasme est strictement utopique, en partie parce qu’il n’existe pas d’homme parfait, mais aussi parce que même s’il en existait un, il lui est logiquement impossible d’être le compagnon exclusif de toutes les femmes qui le désirent.

Il est cependant possible de permettre aux femmes de s’accoupler de manière hypergamique, c’est-à-dire avec les hommes les plus attirants sexuellement (beaux ou socialement dominants). Dans Lysistrata d’Aristophane, les femmes d’Athènes mettent en scène un coup d’État. Elles occupent l’assemblée législative et barricadent leurs maris. Elles promulguent ensuite une loi qui oblige les hommes les plus séduisants de la ville à s’accoupler avec chaque femme à tour de rôle, en commençant par les moins séduisants. C’est l’utopie sexuelle féminine au pouvoir. Aristophane avait une meilleure compréhension de l’esprit féminin que le mari moyen.

L’hypergamie n’est pas la monogamie au sens humain du terme. Bien qu’il puisse n’y avoir qu’un seul « mâle alpha » en tête du peloton à un moment donné, celui-ci change au fil du temps. En termes humains, cela signifie que la femme est inconstante, qu’elle ne s’est pas entichée de plus d’un homme à la fois, mais qu’elle n’est pas naturellement fidèle à un mari au cours de sa vie. Autrefois, il était permis de signaler l’inconstance naturelle de la femme. Consultez, par exemple, l’histoire humoristique de Ring Lardner « I Can’t Breathe » – le journal intime d’une jeune fille de dix-huit ans qui veut épouser un jeune homme différent chaque semaine. Si on lui demandait de préciser le nombre de « partenaires sexuels » qu’elle préfère, elle répondrait probablement un seul ; cela ne signifie pas qu’elle a une idée de qui il est.

Un aspect important de l’hypergamie est qu’elle implique le rejet de la plupart des hommes. Les femmes ne sont pas tant naturellement modestes que naturellement vaniteuses. Elles sont enclines à croire que seul le « meilleur » homme (le plus attirant sexuellement) est digne d’elles. C’est là un autre thème commun de l’amour populaire (la belle princesse, entourée de prétendants haletants, se languissant désespérément d’un « vrai » homme – jusqu’à ce que, un jour… etc…).

Cela ne peut être objectivement vrai, bien sûr. Un homme moyen semble être assez bien pour une femme moyenne par définition. Si les femmes devaient s’accoupler avec tous les hommes « dignes » d’elles, elles n’auraient guère de temps pour autre chose. Je le répète, l’hypergamie est distincte de la monogamie. C’est un instinct irrationnel, et l’utopie sexuelle féminine est une conséquence de cet instinct.

La révolution sexuelle en Amérique a été une tentative des femmes de réaliser leur propre utopie, et non celle des hommes. Les utopistes féminines ont présenté publiquement leurs plans quelques années après Kinsey et Playboy. « Sex and the Single Girl », d’Helen Gurley Brown, paraît en 1962, et elle reprend le magazine Cosmopolitan trois ans plus tard. Notoirement hostile à la maternité, elle encourage explicitement les femmes à utiliser les hommes (y compris les hommes mariés) pour leur plaisir.


L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Quatrième partie : une révolution).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Cinquième partie : les retombées de la révolution, le « viol par une connaissance »).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Sixième partie : de l’anarchie sexuelle à la terreur sexuelle).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Septième partie : le retour du primitif.


Source : « Sexual utopia in power. The feminist revolt against civilization ». Francis Roger Devlin.

Illustration : Margerretta.