L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation (II).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation (Première partie : avant-propos).


Introduction : les faits de la vie.

De nombreuses sciences tirent de grands ensembles de résultats surprenants à partir de quelques principes simples : la géométrie d’Euclide à partir de sa poignée de postulats et de définitions, ou l’économie, à partir de la loi de l’offre et de la demande. En étudiant également le comportement des deux sexes, on peut presque tout ramener à une seule cause fondamentale : la différence de quantité de production de gamètes. Les gamètes sont les cellules sexuelles, les ovules et les spermatozoïdes, qui fusionnent lors de la fécondation. Dans chaque espèce sexuellement reproductrice, un sexe produit plus de gamètes que l’autre. La différence peut être extrêmement importante : chez les humains, douze millions de spermatozoïdes par heure chez les hommes contre quatre cents ovules au cours d’une vie chez les femmes. Une production de gamètes plus élevée est, en effet, la définition biologique du terme « mâle » ; lorsque les biologistes découvrent une nouvelle espèce exotique, ils déterminent quel sexe est lequel en comparant leur taux de production de gamètes.

Il existe un compromis entre le nombre et la taille des gamètes : un organisme peut produire plus de gamètes si chacun d’eux est petit et simple. Ainsi, les spermatozoïdes sont non seulement plus nombreux, mais aussi beaucoup plus petits et plus faciles à produire que les ovules. Les ovules comptent parmi les plus grandes cellules humaines.

La reproduction sexuelle est un processus plus risqué et un processus qui consomme plus d’énergie que la reproduction asexuée. Nous ne savons pas comment elle est apparue. Mais nous savons pourquoi elle est restée après son apparition : la reproduction sexuée permet la propagation rapide de mutations bénéfiques dans le « bassin » de reproduction. En effet, il n’y a pratiquement rien qui mérite le nom d’évolution avant l’apparition de la reproduction sexuée, à savoir des mutations aléatoires occasionnelles.

Les premiers organismes se reproduisant par voie sexuelle étaient probablement des hermaphrodites, dotés des organes reproducteurs des deux sexes. Ainsi, alors que les organes mâles de A fécondaient les organes femelles de B, les organes femelles de A pouvaient également être fécondés par un tiers C. En effet, il existe encore des créatures primitives de ce type.

Il est également possible que les premiers organismes se reproduisant par voie sexuelle n’aient pas différé de manière substantielle dans la quantité ou la taille des gamètes qu’ils ont produits. Mais de légères différences de taille et de quantité ont dû se produire, ne serait-ce que par hasard au début. Et une fois ce processus enclenché, les différences se seront rapidement accentuées. En effet, l’approche « petit et beaucoup » (mâle) et l’approche « grand et peu » (femelle) présentent toutes deux des avantages. Les hommes et les femmes émergeants sont tous deux poussés par les pressions de l’évolution à capitaliser sur les avantages de leur propre stratégie particulière, ce qui fait que la différence entre les deux se renforce d’elle-même. En d’autres termes, au fil de l’évolution, les gamètes femelles ont tendance à devenir de plus en plus gros et de plus en plus rares, tandis que les gamètes mâles deviennent de plus en plus petits et de plus en plus nombreux pour maximiser les chances que l’un d’entre eux trouve et s’accouple avec les ovules, de plus en plus rares. D’où les différences considérables de taille et de quantité des gamètes que l’on trouve chez l’homme.

En raison de la rareté des gamètes qui les définit, les femmes sont le facteur limitant de la reproduction humaine. Une société composée de mille hommes et d’une seule femme serait condamnée, incapable de produire suffisamment de descendants de la seule femme pour survivre. Mais dans une société composée de mille femmes et d’un seul homme, alors que le pauvre homme pourrait avoir du pain sur la planche, il pourrait éventuellement engendrer des enfants via toutes les femmes. En d’autres termes, alors que les deux sexes sont essentiels au processus de reproduction, un homme individuel a une valeur bien moindre qu’une femme individuelle. Dans le langage de l’économie, les femmes ont une valeur marginale (à des fins de reproduction) supérieure à celle des hommes. C’est pourquoi on attend des hommes qu’ils protègent les femmes, jusqu’au sacrifice de leur vie ; c’est pourquoi ce sont des femmes plutôt que des hommes qui ont rempli les canots de sauvetage du Titanic. Selon les termes de Warren Farrell, les hommes sont « le sexe sacrifié » (le sexe dont on peut disposer).

Il reste à expliquer pourquoi des organismes plus complexes comme nous ne sont plus hermaphrodites – pourquoi il n’y a pas seulement deux sortes d’organes sexuels mais deux sexes, chaque organisme n’étant que d’un seul sexe. Cette énigme semble avoir été résolue au début des années 1990 par un ingénieur en informatique nommé Wirt Atmar, qui a expérimenté la modélisation informatique des processus biologiques. Mon récit est tiré de la popularisation de ces idées par Steve Moxon dans The Woman Racket.

La fonction de l’évolution est de perpétuer et de répandre des mutations précieuses pour la reproduction, qui sont extrêmement rares, tout en se débarrassant des mutations nocives, qui sont plutôt plus courantes. Comme la plupart des mutations sont nocives, les expérimenter est une entreprise dangereuse. La nature ne gaspille pas les femelles de valeur reproductive pour une telle tâche ; elles doivent être gardées en sécurité et consacrées à la tâche de perpétuer l’espèce. En ce qui concerne les mâles, en revanche, la nature peut se permettre d’expérimenter et d’en perdre quelques-uns (plutôt beaucoup, en fait).

La façon la plus simple d’isoler les mutations des femelles serait qu’elles se produisent directement sur le chromosome Y, mais c’est un cas rare car le chromosome Y est si petit : il n’a littéralement pas assez de place pour contenir des gènes pour beaucoup plus que les caractéristiques sexuelles masculines. De manière quelque peu contre-intuitive, les mutations peuvent également être isolées chez les femmes lorsqu’elles se produisent sur le chromosome X. C’est ce qui se produit dans le cas des troubles liés au sexe qui touchent essentiellement les hommes, notamment le daltonisme rouge-vert, l’hémophilie et certaines formes de dystrophie musculaire. Les femmes héritent de ces mutations aussi facilement que les hommes, mais leurs effets sont presque toujours masqués par le gène correspondant dans le chromosome X qu’elles héritent de leur mère. Cela ne fonctionne que si la mutation impliquée est récessive.

La plupart des mutations, bien sûr, se produisent sur l’une des 23 autres paires de chromosomes. Dans ce cas, les mutations sont plus exposées au processus de sélection naturelle chez les hommes que chez les femmes. Les hommes, bien plus que les femmes, testent leurs propres limites de manière à mettre en évidence toute faiblesse de leur constitution génétique ou à révéler clairement toute force inhabituelle, par exemple dans l’activité physique telle que la chasse et les combats. Les effets de ces différences sont largement multipliés par la sélection sexuelle féminine en faveur des hommes ayant de meilleurs gènes. Même de légères différences entre les aptitudes génétiques des hommes peuvent être perçues par les femmes, qui sont naturellement habituées à faire de telles comparaisons, et elles se traduisent par de grandes différences dans le succès de la reproduction masculine. Cela est particulièrement vrai dans une société polygame, mais les mêmes effets se produisent de manière plus discrète dans un système de monogamie, les hommes perçus comme aptes ayant tendance à se marier plus tôt avec des femmes (en moyenne) plus fertiles.


L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Troisième partie : deux utopies).


Source : « Sexual utopia in power. The feminist revolt against civilization ». Francis Roger Devlin.

Illustration : Margerretta.