L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation (I).

« L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation » traite du déclin de la vertu chez les femmes. Dans un langage plus contemporain, il traite du féminisme et de la révolution sexuelle : deux mouvements sociopolitiques liés qui sont à la fois l’expression et la cause de ce déclin.

Beaucoup de gens ont déjà écrit pour critiquer ces phénomènes sociaux, mais j’ai trouvé la plupart de ces écrits insatisfaisants. Le sexe est l’un des sujets les plus difficiles à traiter ; l’écrivain est trop proche de son sujet ; les impulsions limbiques (l’instinct protecteur masculin, notamment) se substituent à une observation attentive et interfèrent avec une analyse froide.

De plus, le sexe est avant tout le domaine dans lequel le discours normatif – « tu ne dois pas » et, parfois, « tu dois » faussent la réflexion, l’explication et la compréhension rationnelle. Cela est compréhensible : le sexe est essentiel à la survie de la race, mais il est aussi potentiellement destructeur. La pratique impose de maintenir les jeunes sur le chemin étroit qui est le meilleur pour eux et pour la société, de sorte que le discours d’autrefois sur le sexe se limitait à inculquer le mariage avec des sanctions religieuses (la crainte religieuse étant la seule force assez forte pour contrer quelque chose d’aussi primitif que l’instinct sexuel).

Mais une méthode autrefois efficace pour réguler le comportement sexuel est une chose, une compréhension rationnelle du sexe en est une autre, et aujourd’hui, une compréhension correcte est ce dont nous avons le plus besoin. La discussion normative traditionnelle sur le sexe et le mariage présuppose un ordre social dans lequel la monogamie de toute une vie bénéficie d’une sanction sociale et juridique ; l’éducation des jeunes était destinée à renforcer cet ordre déjà existant. Une fois la sanction morale et juridique retirée et l’ordre monogame détruit, les vieux conseils peuvent même être préjudiciables au jeune homme ou à la jeune femme qui les suit. En clair, le jeune homme ou la jeune femme qui « attend le mariage » dans l’Occident contemporain est susceptible soit d’attendre éternellement, soit de divorcer dans quelques années.

Le conseil est similaire au conseil de mettre de l’argent de côté pour les mauvais jours. Tant que l’on vit dans une économie raisonnablement saine, le conseil est bon ; mais dans un contexte d’inflation monétaire, où la valeur de l’argent s’érode plus vite qu’il ne peut être épargné, l’épargne devient contre-productive.

Comme l’inflation, la « libération » sexuelle bouleverse le marché sur le plan moral en punissant activement les vertueux et en récompensant les vicieux. Les jeunes s’en rendent compte peu à peu par une expérience douloureuse, et si les traditionalistes n’ont rien de mieux à leur offrir que la répétition des conseils de leurs grands-parents adaptés à un ordre disparu, ils perdront les lambeaux d’autorité qu’ils conservent encore.

J’expliquerai ce qui se passe réellement lorsque le sexe est « libéré », et pourquoi cela se produit. J’aime à penser que mon argumentation est inspirée d’une phrase de John Crowe Ransom, la défense de l’orthodoxie par les anorthodoxes. L’ancien ordre était, en effet, meilleur que ce que nous avons aujourd’hui ; mais ses défenses ont échoué. Les barbares ne sont plus aux portes – ils sont nous-mêmes. Continuer à défendre le « mariage traditionnel » dans le monde contemporain, c’est fermer la porte de la grange après que le cheval se soit enfui. En un mot, nous devons arrêter de penser comme des « conservateurs » et trouver comment reconstruire un ordre tolérable en nous basant uniquement sur les faits de la nature humaine primitive.

Dans ce qui suit, l’accent sera mis sur le récit que je fais de la sexualité féminine, avec tout ce qui est susceptible de surprendre et peut-être de provoquer le lecteur. Pour mémoire, je ne tiens pas de propos sur mon propre sexe, mais nos fautes sont déjà suffisamment connues et largement dénoncées par les féministes comme par les traditionalistes (souvent de façon sinistrement similaire). Les femmes ne sont pas soumises au même type de critiques parce que (1) elles sont plus compliquées et plus difficiles à comprendre que les hommes ; (2) elles sont maîtresses de la dissimulation, même si elles n’essaient pas consciemment de l’être ; et (3) les hommes ont l’instinct de les protéger – même contre les critiques. Si cette ces propos semble parfois unilatéraux, c’est parce qu’il cherche à corriger ce déséquilibre. Je ne suis pas un misogyne, mais un misanthrope qui s’intéresse tout particulièrement aux femmes.

Les garçons et les filles viennent au monde comme des sauvages, et la continuité de la vie civilisée dépend de l’enseignement qu’on leur donne pour contrôler leurs instincts avant qu’ils n’atteignent l’âge adulte. Aucun des deux sexes ne devrait être critiqué pour avoir des instincts naturels qui nécessitent d’être contrôlés, mais tous deux devraient être critiqués pour ne pas l’avoir fait. Ce que je dis à propos des instincts sexuels des femmes est censé s’appliquer à toutes les femmes, ou du moins à toutes les femmes normales ; mais ma critique du comportement féminin contemporain ne concerne que les femmes emblématiques de l’actuel Zeitgeist, celles qui se sont « libérées » des devoirs normaux qui incombent à leur sexe dans toute société saine. L’objection selon laquelle « toutes les femmes ne sont pas comme ça » est toujours valable, bien sûr, mais un peu comme la défense de la peste noire au motif qu’elle n’a pas, après tout, tué tout le monde.

En effet, lorsque je lis Theodore Roosevelt ou les sentimentalistes victoriens qui blablatent sur l’abnégation héroïque des épouses et des mères, je ne pense pas qu’il existe nécessairement une différence substantielle entre ma vision des femmes et la leur – plutôt, j’expliquerais nos différences par les différents ensembles de données historiques avec lesquels nous travaillons. La nature humaine et la nature féminine sont peut-être constantes, mais elles peuvent s’exprimer de manière radicalement différente dans des circonstances différentes. Nous avons échangé un ensemble d’incitations qui ont élevé le comportement des femmes au-dessus de celui de l’homme moyen en faveur d’un autre qui a permis aux femmes de se plonger dans des profondeurs jusqu’alors inimaginables.

En bref, l’Occident moderne doit faire face à son incapacité systématique à socialiser correctement ses jeunes, mais surtout ses filles. Pour cela, il faudra que beaucoup de personnes abandonnent leurs illusions les plus chères. Voici quelques-unes des choses que je tente d’expliquer dans les articles à venir :

  • Il n’y a pas plus de sexe disponible pour les hommes en général aujourd’hui qu’avant la révolution sexuelle ; c’est-à-dire que les hommes en général n’ont pas profité de la révolution sexuelle aux dépens des femmes.
  • Le sexe aujourd’hui, que ce soit sur les campus universitaires ou dans la société en général, n’est pas « libre pour tous ».
  • Les hommes ne « s’attaquent » pas aux femmes.
  • Les femmes ne sont pas naturellement monogames.
  • Les femmes ne recherchent pas naturellement des hommes « dignes » de se marier, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de composante morale à la sexualité féminine.
  • Nos problèmes actuels ne seraient pas résolus si seulement les hommes « acceptaient de prendre leur responsabilité » traditionnelles.

J’ai commencé à développer les points de vue présentés dans les essais suivants vers l’an 2000, en me basant d’abord sur les choses surprenantes que je commençais à trouver dans des coins obscurs de l’Internet – ce que l’on a appelé plus tard la « manosphère », alors à ses débuts. Pendant longtemps, la plupart de mes heures d’éveil ont été consacrées à réfléchir à ce que j’apprenais, à le retracer à partir de ses principes de base et à en étudier les ramifications dans différents domaines. C’était intellectuellement passionnant de découvrir une toute nouvelle façon de penser les relations entre les sexes ; en même temps, cela brisait le cœur d’un vieux romantique comme moi.

Vers la fin de l’année 2005, jetant la prudence aux orties, j’ai essayé d’exprimer le plus possible ma nouvelle pensée dans un seul essai. Le résultat a été « L’utopie sexuelle au pouvoir », le titre étant une combinaison de « l’Utopie au pouvoir », sur l’histoire de l’URSS de Heller et Nekrich en 1986, avec l’expression « utopie sexuelle », dont je me suis souvenu, ayant entendu un exposé du chroniqueur Joe Sobran. Je ne voyais pas de publication appropriée pour cet essai, mais ayant déjà contribué à The Occidental Quarterly, j’ai offert mon premier refus à cette revue. Je suis redevable au rédacteur en chef Kevin Lamb d’avoir pris le risque d’écrire un article provocateur que je n’avais aucune qualification professionnelle pour écrire.

Au cours des trois années qui ont suivi, j’ai développé mes idées dans les cinq articles suivants de ce recueil, dont trois prennent la forme modeste d’essais de revue. Le dernier essai a été écrit récemment.

Ces pièces ne représentent qu’une petite fraction de ce que j’ai publié au fil des ans, mais elles ont reçu plus d’attention que toutes les autres réunies. Il est clair que les questions dont je parle touchent une corde sensible chez de nombreux lecteurs. Le plus intéressant pour moi a été le schéma générationnel des réponses que j’ai reçues. Les hommes plus âgés qui sont sortis et se sont mariés dans les années 1960 ou avant étaient plus susceptibles de condamner mon point de vue et de supposer que je dois être un misogyne amer. Mais les mêmes essais ont attiré un public de fans parmi les hommes, jeunes pour la plupart, sur Internet. Certains de ces jeunes hommes m’ont approché pour me remercier de leur avoir expliqué le comportement féminin mystérieux et irrationnel qu’ils ont vu toute leur vie mais qu’ils n’avaient jamais compris auparavant.

Une réponse que j’ai reçue est si remarquable que je dois la citer. À plusieurs reprises au cours de ces essais, j’ai fait référence à Thomas Fleming comme étant un bon représentant du traditionalisme chrétien. Une fois, j’ai tenté à contrecœur d’introduire poliment certaines de mes idées sur un fil de discussion du site web Chronicles, en suggérant que lui et d’autres auteurs similaires pourraient tirer profit de l’étude directe de la sexualité féminine sans contrainte (par opposition aux prises de position théologiques sur la moralité sexuelle ou le droit familial historique). On m’a dit que j’étais un « misogyne » en raison de mes « difficultés personnelles avec les femmes », que j’étais coupable d' »avilir le caractère des femmes » et de « me livrer à des fantasmes sur la sexualité féminine » et que « ce n’est pas le lieu pour exprimer mes griefs ». Plus loin, il a ajouté :

Je sais trop bien combien d’androgynes du Mouvement (pour le droit) des hommes cherchent une raison de se venger des femmes qui ont ruiné leur vie. Je les avertis dès le départ que leur ego meurtri, leur vanité blessée et leurs exaltations pleurnichardes sur la suprématie masculine n’ont pas leur place dans cette discussion

… etc., etc. Même ses admirateurs reconnaissent que Fleming est un peu cinglé, mais cette bizarrerie de réaction ad hominem exagérée reflète les faiblesses de trop de conservateurs traditionnels.

Sur internet, j’ai entendu des histoires d’hommes chassés de leurs églises, et de leurs paroisses, pour avoir discuté des idées contenues dans mes essais. Des blogs comme Dalrock et Patriactionary ont fait un bon travail de catalogage de l’ignorance des pasteurs chrétiens et même de leur collusion pour pervertir les enseignements traditionnels afin de les rendre plus acceptables pour les Cosmo-girls assises sur les blancs de leurs paroisses.

Mais parmi la jeune génération, quelque chose est en train de changer. Des idées comme celles qui sont exposées ici touchent un large public. Je n’avais pas beaucoup de compagnie quand j’ai commencé le voyage intellectuel qui a produit ces essais. Aujourd’hui, je ne suis qu’une voix parmi d’autres. Toute une soi-disant manosphère (…) a grandi sur internet en réponse au féminisme et au comportement actuel des femmes contemporaines. Même l’ennemi a commencé à s’en rendre compte. Le consensus féministe et traditionaliste selon lequel les hommes sont les premiers responsables des problèmes des femmes et des mauvaises relations entre les sexes a été remis en question, et il n’y a pas de retour en arrière.

Enfin, je tiens à souligner que je ne me considère pas comme un « militant des droits des hommes ». Ce label, que j’ai vu plus d’une fois s’appliquer à moi-même, reflète une sensibilité morale commune à notre époque, mais que je ne partage pas. Les hommes ne devraient pas être encouragés à se considérer comme un autre groupe d’identité lésé parmi tant d’autres. Si je dois être étiquetée, un meilleur choix de mots pourrait être « activiste des devoirs des femmes ». Je partage aussi de tout cœur le point de vue de Stephen Baskerville selon lequel ce que l’on appelle les « droits des hommes » dans notre langage politique actuel avilissant sont en réalité des devoirs d’hommes : notre devoir de faire preuve de leadership moral pour le bénéfice à long terme de nos descendants, hommes et femmes. 


L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Deuxième partie : introduction – les faits de la vie).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Troisième partie : deux utopies).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Quatrième partie : une révolution).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Cinquième partie : les retombées de la révolution, le « viol par une connaissance »).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Sixième partie : de l’anarchie sexuelle à la terreur sexuelle).

L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation. (Septième partie : le retour du primitif.


Source : « Sexual utopia in power. The feminist revolt against civilization ». Francis Roger Devlin.

Illustration : Margerretta.