Calendrier des publications.

Prochainement, sur Les Trois Étendards :


L’utopie sexuelle au pouvoir : la révolte féministe contre la civilisation.

Comme beaucoup de révolutions politiques, la révolution sexuelle des années 1960 a commencé par un sentiment euphorique de libération. Mais lorsque des programmes utopiques se heurtent à des dissidents – et à la réalité elle-même – il en résulte un chaos que les révolutionnaires cherchent à étouffer par la répression et la terreur. Explorons la dystopie sexuelle d’aujourd’hui, avec ses mœurs lâches et ses rôles sexuels confus, ses taux de divorce, de célibat et de stérilité en hausse, et les tentatives de plus en plus arbitraires et punitives pour la réguler et la contrôler. L’effondrement de la monogamie se traduit par la promiscuité pour quelques-uns, la solitude pour la majorité et le malheur pour tous. Chaque révolution suscite une réaction. La dystopie sexuelle actuelle est tout autant ancrée dans la nature des femmes que dans celle des hommes, il convient donc d’explorer des sujets tabous tels que l’hypergamie féminine, le narcissisme, l’infidélité, la tromperie et le masochisme. 


La jeunesse d’extrême-droite : phénoménologie d’une pseudo-subversion.

The Chad Kali-Yuga VS the Virgin jeunesse nationaliste blanche.

Dans cette analyse de l’extrême-droite du point de vue masculiniste, je me montrerai très critique à l’égard des réactions conservatrices dominantes à la révolution sexuelle, qui font souvent sinistrement écho aux plaintes féministes concernant les « femmes innocentes qui sont la proie des hommes méchants qui doivent être grondés et punis ». En montrant leur fondement biologique, il est possible de proposer une défense non traditionnelle des morales et institutions sexuelles traditionnelles. Il existe une voie à suivre pour sortir de la dystopie sexuelle actuelle. Éventuellement, des études et enquêtes plus détaillées sur certaines « personnalités » de ce milieu.


Les confessions d’un ex-Incel.


Testostérone et civilisation.

Le sexe. La vie. La mort. Qu’est-ce qui nous pousse vers le sexe, qui alimente la vie et qui rend la mort inévitable ? …il s’avère que c’est la même chose : la testostérone. Non seulement la testostérone alimente la passion de la reproduction et joue un rôle essentiel dans la durée de notre vie, mais elle fait partie intégrante du mécanisme de la civilisation humaine – ses triomphes et ses tragédies. Afin de comprendre les forces qui animent les cycles de vie des cultures humaines et qui forment le moteur de l’histoire, ces articles s’intéresseront aux éléments les plus fondamentaux des neurosciences humaines. Nos hormones sont le moteur de notre histoire. Les profondes transformations de « l’humeur sociale » qui entraînent l’essor et la chute des civilisations sont causées par des cycles biologiques et dirigées par les hormones. Les hormones régulent et contrôlent la façon dont l’esprit humain perçoit le monde, comprend la nature du bien et forme les organisations sociales et les ordres politiques en conséquence. À une époque où le cours de la civilisation semble plus incertain que jamais, poussé au pessimisme et même au désespoir, il est éclairant d’adopter une nouvelle approche pluridisciplinaire pour étudier l’histoire de la civilisation occidentale, grâce au masculinisme, qui est une praxéologie qui intègre différentes disciplines – évolution, biologie, neurosciences, psychologie, histoire et philosophie.