L’homme trop mûr (VII). SDS – La maladie féminine du siècle.

СДС / SDS – (сука, дура, стерва) / (« Femme facile », « Folle », « Salope »).

Un ensemble de termes qui visent à définir rapidement les femmes qui sont arrogantes, consuméristes, et qui ont des attitudes malveillantes envers les hommes. Le « syndrome SDS » a été développé par Vis Vitalis, dont on traduit ici un court article. Pour plus d’information, consultez le dictionnaire des termes et abréviations masculinistes russes.

 


« Les femmes accablées par le pouvoir ont plus de conflits internes et de problèmes que les hommes ».

Анастасия Заворотнюк

(Anastasia Zavorotnyuk est une actrice russe).

On ne divise pas les maladies mentales selon le sexe, bien que la psychiatrie ait depuis longtemps observé certains types de schizophrénies qui sont plus fréquentes chez les femmes, et d’autres plus fréquentes chez les hommes. Ainsi, sur la base de nombreuses conclusions et observations, il est possible de créer en toute sécurité une classification des principales caractéristiques inhérentes à la pensée des citadins modernes.

Le rythme rapide de la vie moderne, le stress constant, la course sans fin à la survie, les comportements concurrentiels, l’incertitude face à l’avenir et les expériences quotidiennes causées par des centaines de facteurs (de l’influence négative de la vie urbaine sur la vie publique jusqu’aux problèmes domestiques et privés) – tout cela défigure fortement la psyché féminine. Le féminisme a invité les femmes à entrer en territoire masculin, ce qui a conduit à un changement universel et rapide de la psyché féminine, laquelle s’est refaçonnée selon le modèle masculin. Mais les femmes, qui cherchent désormais à imiter et maitriser les qualités masculines, tentent toujours également de rester elles-mêmes, et c’est cette tentative qui consiste à combiner différents traits de caractères incompatibles qui engendre de bien tristes résultats. 

Cependant, nous vivons dans le monde tel qu’il est et non tel qu’on voudrait qu’il soit, et comme les femmes sont très réceptives aux influences modernes, il devient de plus en plus difficile de trouver une femme qui ne soit pas atteinte du « syndrome SDS ». 

Ce syndrome complexe se compose de trois parties, et voici comment nous pourrions les décrire : 

  1. СУКА (С) / (« femme facile » – S) :
  • Attitude désobligeante et méchante envers les hommes ; 
  • Répression subconsciente du complexe d’infériorité féminine et recherche de responsables ;
  • Accuser les hommes de tous les péchés du monde et tenir les hommes pour responsables des échecs des femmes ; 
  • Vindicte, nocivité et malveillance trop développées.
  1. ДУРА (Д) / (« Folle » – D) : 
  • Surévaluation de soi-même et de son rôle dans la société et dans la vie d’un homme ; 
  • Faible niveau de perception critique du monde ; 
  • Suggestibilité accrue au milieu de l’inhibition générale ; 
  • Tendance à utiliser des stéréotypes, réticence à penser de façon indépendante ; 
  • Absence d’esprit « mondain », même avec un niveau élevé d’instruction. 
  1. СТЕРВА (С) / (« Salope » – S) : 
  • Super-consommatrice : « Je veux tout, maintenant, et pour rien ».
  • Super-égoïste : « Tout le monde me doit quelque chose, mais je ne dois rien à personne ».
  • Complexe de la reine : « aimez-moi pour ce que je suis, je vais commander et régner ». 
  • Complexe de césar : « il n’y a que moi qui ai le droit de décider et de juger, d’autres personnalité n’ont aucun droit en général – et il n’y a pas d’autres personnalité que la mienne ».
  • Complexe « de la guillotine » : « je suis infaillible, je suis stable et résiliente, j’ai inconditionnellement raison, et toute dissension doit être détruite ». 

Les trois souches qui composent ce syndrome contagieux représentent près le même danger et sont le plus souvent fusionnées ensembles. En les citant dans cet ordre, je n’ai certainement pas cherché à les placer selon le degré de danger ou de prévalence, mais seulement pour la commodité de la prononciation. (Note Les Trois Étendards : en russe, les termes сука, дура, стерва sont effectivement plus faciles à dire dans cet ordre-là).

Bien que, peut-être, il est facile de distinguer le qualificatif le plus apparemment inoffensif parmi les autres – le terme дура (« folle »). C’est là le terme principal, c’est sur ce terme que les deux autres qualificatifs s’appuient. Les femmes intelligentes ne souffrent pas du « syndrome SDS », mais… il y a si peu de femmes intelligentes :-).

En fait, une grande partie des caractéristiques que j’ai décrites ci-dessus ne sont pas uniquement féminine, et sont peut-être inhérentes à de nombreuses personnes, quel que soient leur sexe et leur âge. Mais puisque dans cet article, nous parlons des femmes, et parce que c’est celles à qui on applique ce syndrome, nous allons considérer que ce syndrome ne s’applique uniquement qu’aux femmes. De plus, à notre époque, être tenue pour une « garce » n’est plus une insulte pour les jeunes filles, c’est même devenu une sorte de fierté. 

… j’ai essayé une fois de faire comprendre à une fille, de lui expliquer qu’il n’était pas correct de se comporter en garce, et en réponse, voilà ce que j’ai entendu : « eh bien oui, je suis une chienne et une garce, et je ne vais rien faire à ce sujet, j’aime ça et je m’aime comme ça »… 


Source : « СДС – женская болезнь века ».

Auteur : « Vis Vitalis » (Вис Виталис).