Aphorismes masculinistes (V).

Aphorismes 1 à 25.

Aphorismes 26 à 50.

Aphorismes 51 à 75.

Aphorismes 76 à 100.


101 – Le charme d’une femme vient de son bonheur, le charme d’un homme, de sa confiance. Une femme inconsolable est aussi peu attirante qu’un homme timide.

102 – Les hommes doivent gagner de la valeur, les femmes doivent la préserver. C’est pour cette raison que l’âge d’une femme est une question taboue, alors que l’âge d’un homme n’a pas d’importance. Le passage du temps sert mieux l’homme que la femme.

103 – Si vous courez après une fille, abandonnez aussitôt. Vous avez déjà perdu, car c’est elle qui devrait vous courir après. Soyez le produit, par l’acheteur. 

104 – Les femmes se jouent des hommes comme Mozart joue du Piano. Les hommes manipulent la nature, les femmes manipulent les hommes. La civilisation, c’est la création de l’homme ; l’homme, c’est la création de la femme. 

105 – Le narcissisme va bien à un homme, mais cela ne rend pas la femme plus belle. Le narcissisme masculin est attrayant pour les femmes, mais le narcissisme féminin n’est pas attirant pour l’homme.

106 – Un homme se doit d’être plus narcissique qu’une femme pour l’attirer. Dans les cultures qui adorent les femmes, la femme moyenne est plus narcissique que son homologue masculin, et lorsque cela se produit, de grandes quantités d’hommes sont considérés comme peu séduisants.

107 – Une différence dans le narcissisme (la gratitude féminine et l’arrogance masculine) est le grand égalisateur entre la beauté de la forme féminine, et l’absence de beauté commune des hommes. Quand les femmes sont toute aussi, sinon plus narcissiques que les hommes, un tel égalisateur disparaît. Etre « grandiose » n’a jamais entravé les chances de baiser d’un homme.

108 – Donnez à une femme moins d’attention qu’elle n’en réclame, et elle désirera plus d’attention. Donnez-lui toute l’attention qu’elle réclame, et elle n’en voudra pas. Les femmes dévalorisent rapidement l’attention d’un homme qui s’occuperait de ses moindres caprices, alors devenez frugal ; en matière d’attention, il est facile pour un homme d’être trop généreux, mais presque impossible pour lui d’être trop frugal.

109 – En ce qui concerne les femmes, la valeur affichée et la valeur réelle est une question de fausse équivalence ; la valeur qu’elle prétend avoir dépasse presque toujours sa valeur réelle. 

110 – Si une femme peut trouver un moyen de blâmer un homme pour les décisions qu’elle a pourtant prise elle-même, elle le fera. Si elle peut trouver un moyen d’éviter une culpabilité, elle le fera. Bien sûr, entre ces deux phénomènes, les femmes sont allergiques à la responsabilité et détestent être tenues pour responsables.

111 – Les femmes ont une propension à vous distraire de votre mission, ne permettez pas cela.

112 – La différence entre les filles et les femmes n’est pas aussi grande que la différence entre les garçons et les hommes.

113 – La façade morale d’une femme n’est rien d’autre qu’un mécanisme d’humiliation conçu pour manipuler les hommes. Soyez sans vergogne dans vos convictions, de peur que vous ne lui permettiez de vous dominer avec de la culpabilité.

114 – Les femmes ne peuvent ressentir de l’attraction envers la faiblesse masculine, mais l’homme est attiré par la vulnérabilité du féminin. En tant que tel, sexuellement, il ne peut y avoir d’égalité, car la base même de l’attraction féminine nécessite que le fardeau de la force, de la confiance et de la domination tombe sur l’homme.

115 – Chaque fois qu’il y a un problème entre un homme et une femme, la faute est toujours supposée se trouver du coté de l’homme et jamais de la femme. Et donc à cause de cela, il incombe à l’homme, et non à la femme, de régler le problème. Même quand il est évident qu’une partie, sinon la totalité d’un problème incombe à une femme, la société polie rejettera tout bon sens et insistera sur le fait que la responsabilité est à porter sur l’homme. Serait-il alors exagéré de supposer que même au plus subconscient des niveaux, les gens croient qu’il est plus facile de contraindre un homme qu’une femme avec la raison ?

116 – Les femmes se définissent par leurs relations, les hommes par leurs réalisations. Consultez l’aphorisme 104.

117 – L’impuissance féminine est un atout incitant à la charité et la sympathie, l’impuissance masculine est une responsabilité incitant le dégoût et l’aversion. Les femmes sont indépendantes par choix, les hommes n’ont pas le choix.

118 – Tout homme qui a besoin d’une femme n’est pas un homme qu’une telle femme peut désirer. Les femmes veulent se sentir désirées, elles ne veulent pas qu’un homme ait besoin d’elles, elles ne peuvent pas supporter d’être nécessaires à un homme. Avoir besoin d’une femme équivaut à la perdre, les femmes sont repoussées par le désir qui s’est transformé en besoin.

119 – Les femmes sont le sexe qui a le plus besoin de l’autre, être dans le besoin est une position de faiblesse, une position de faiblesse nécessite une grande duplicité. 

120 – La logique est le royaume des hommes, la ruse est le royaume des femmes, tandis que la stratégie est le royaume de l’ingéniosité masculine.

121 – Le sex-appeal d’une femme est le pivot par lequel elle obtient tout, d’où la misère des femmes laides. C’est l’instinct de la femme de tirer parti du désir de l’homme pour répondre à ses besoins matériels et émotionnels. Inversement, les hommes ne font que tirer parti du désir des femmes pour leurs besoins sexuels. Consultez l’aphorisme 119.

122 – Les femmes détestent être sexuellement objectivées par des hommes de moindre importance, de moindre valeur, cela les dégoûte, et elles transforment cette objectification sexuelle en combat féministe. Pourtant, derrière ce dégoût-là, il y a un désir d’être objectifiées par un homme puissant, de grande valeur. L’homme faible n’obtient rien, l’homme fort profitera de toutes les perversions d’une femme. 

123 – Chercher un homme de grande valeur est le but des femmes, même si elles ne sont jamais tout à fait sûres de faire la meilleure affaire possible. Consultez aphorisme 116. 

124 – Un balcon semble plus impressionnant vu de la rue que lorsqu’on se tient dessus, mais l’hypergamie ne s’en rend pas compte. 

125 – Les femmes d’aujourd’hui pensent que les hommes ne sont pas assez virils, et les hommes d’aujourd’hui pensent que les femmes ne sont pas assez féminines. Les deux ont raison, l’androgynie domine notre époque. 


Aphorismes 126 à 150.

Aphorismes 151 à 175.

Aphorismes 176 à 200.


Source : Fifty more shades of red.

Illustration : Алексей Васильев.