L’Amérique négrifiée.

On a appris il y a peu par les journaux que, selon certains calculs, la moitié de la population new-yorkaise de Manhattan sera de race noire d’ici 1970 et que, dans les cinq districts qui composent la ville de New-York, 28 % des habitants seront des hommes de couleur. Des prévisions allant dans le même sens ont pu être établies pour d’autres villes et régions des États-Unis. On assiste donc à une négrification, à un métissage et à un recul de la race blanche devant des races inférieures plus prolifiques.

Naturellement, du point de vue démocratique, il n’y a aucun mal à tout cela, bien au contraire. On connaît le zèle et l’intransigeance des fauteurs américains de l’« intégration raciale », laquelle ne peut que renforcer ce phénomène. D’ailleurs, ces derniers ne se contentent pas de prôner la promiscuité raciale complète, de souhaiter que les Noirs aient librement accès à n’importe quelle fonction publique et politique (si bien qu’on pourrait s’attendre à voir un jour un président noir des États-Unis) ; ils ne voient non plus aucun inconvénient à ce que les Noirs mêlent leur sang à celui de leur propre peuple de race blanche. Exemple typique de cette propagande le drame intitulé Si profondes sont les racines (sous-entendu du « préjugé » racial), que la radio italienne a cru bon de nous asséner à plusieurs reprises.

On sait que les « intégrationnistes », qui tirent ces conséquences aussi logiques qu’aberrantes du dogme de la démocratie égalitaire, sont partisans, bien qu’ils parlent de « liberté » à propos de tout et de n’importe quoi, d’un régime de véritable imposition . A eux s’opposent encore, surtout dans les États du Sud, certains groupes qui luttent contre l’avancée de la race noire et la « négrification » de leur pays. Mais ces groupes n’ont pas conscience de l’extension du phénomène, dont ils n’aperçoivent que les aspects les plus matériels et les plus tangibles ; ils ne voient pas que l’Amérique n’est pas seulement « négrifiée » sur le plan démographique et racial, mais aussi et surtout sur le plan de la culture, du comportement, des goûts, même quand on n’est pas en présence de métissage proprement dit.

Pour expliquer les États-Unis d’Amérique, on les a comparés, avec raison, à un creuset. L’Amérique est en effet un de ces cas où, à partir d’une matière première on ne peut plus hétérogène, a pris naissance un type d’homme dont les caractéristiques sont, dans une large mesure, uniformes et constantes. Des hommes des peuples les plus divers reçoivent donc, en s’installant en Amérique, la même empreinte. Presque toujours, après deux générations, ils perdent leurs caractéristiques originelles et reproduisent un type assez unitaire pour ce qui est de la mentalité, de la sensibilité et des modes de comportement : le type américain justement.

Mais, dans ce cas précis, des théories comme celles formulées par Frobenius et Spengler – il y a aurait une étroite relation entre les formes d’une civilisation et une sorte d’« âme » liée au milieu naturel, au « paysage » et à la population originelle – ne semblent pas pertinentes. S’il en était ainsi, en Amérique l’élément constitué par les Amérindiens, par les Peaux-Rouges, aurait dû jouer un rôle important. Les Peaux-Rouges étaient une race fière, possédant style, dignité, sensibilité et religiosité ; ce n’est pas sans raison qu’un auteur traditionaliste, F. Schuon, a parlé de la présence en eux de quelque chose « d’aquilin et de solaire ». Et nous n’hésitons pas à affirmer que si leur esprit avait marqué, sous ses meilleurs aspects et sur un plan adéquat, la matière mélangée dans le « creuset américain », le niveau de la civilisation américaine aurait été probablement plus élevé .

Mais, abstraction faite de la composante puritaine et protestante (qui se ressent à son tour, en raison de l’insistance fétichiste sur l’Ancien Testament, d’influences judaïsantes négatives), il semble que ce soit l’élément noir, avec son primitivisme, qui ait donné le ton à bien des traits décisifs de la mentalité américaine. Une première chose est, à elle seule, caractéristique : quand on parle de folklore en Amérique, c’est aux Noirs qu’on pense, comme s’ils avaient été les premiers habitants du pays. Si bien qu’on traite, aux États-Unis, comme un oeuvre classique inspirée du « folklore américain », le fameuxPorgy and Bess du musicien d’origine juive Gershwin, oeuvre qui ne parle que des Noirs. Cet auteur déclara d’ailleurs que, pour écrire son oeuvre, il se plongea pendant un certain temps dans l’ambiance des Noirs américains.

Le phénomène représenté par la musique légère et la danse est encore plus frappant. On ne peut pas donner tort à Fitzgerald, qui a dit que, sous un de ses principaux aspects, la civilisation américaine peut être appelée une civilisation du jazz, ce qui veut dire d’une musique et d’une danse d’origine noire ou négrifiée. Dans ce domaine, des « affinités électives » très singulières ont amené l’Amérique, tout au long d’un processus de régression et de retour au primitif, à s’inspirer justement des Noirs, comme si elle n’avait pas pu trouver, dans son désir compréhensible de création de rythmes et de formes frénétiques en mesure de compenser le côté desséché de la civilisation mécanique et matérielle moderne, rien de mieux. Alors que de nombreuses sources européennes s’offraient à elle – nous avons déjà fait allusion, en une autre occasion, aux rythmes de danse de l’Europe balkanique, qui ont vraiment quelque chose de dionysiaque. Mais l’Amérique a choisi les Noirs et les rythmes afro-cubains, et la contagion, à partir d’elle, a gagné peu à peu les autres pays.

Le psychanalyste C.-G. Jung avait déjà remarqué la composante noire du psychisme américain. Certaines de ses observations méritent d’être reproduites ici
« Ce qui m’étonna beaucoup, chez les Américains, ce fut la grande influence du Noir. Influence psychologique, car je ne veux pas parler de certains mélanges de sang. Les expressions émotives de l’Américain et, en premier lieu, sa façon de rire, on peut les étudier fort bien dans les suppléments des journaux américains consacrés au society gossip. Cette façon inimitable de rire, de rire à la Roosevelt, est visible chez le Noir américain sous sa forme originelle. Cette manière caractéristique de marcher, avec les articulations relâchées ou en balançant des hanches, qu’on remarque souvent chez les Américains, vient des Noirs . La musique américaine dort aux Noirs l’essentiel de son inspiration. Les danses américaines sont des danses de Noirs. Les manifestations du sentiment religieux, les revival meetings, les holy rollers et d’autres phénomènes américains anormaux sont grandement influencés par le Noir. Le tempérament extrêmement vif en général, qui s’exprime non seulement dans un jeu comme le base ball, mais aussi, et en particulier, dans l’expression verbale – le flux continu, illimité, de bavardages, typique des journaux américains, en est un exemple remarquable -, ne provient certainement pas des ancêtres d’origine germanique, mais ressemble auchattering de village nègre. L’absence presque totale d’intimité et la vie collective qui contient tout rappellent, en Amérique, la vie primitive des cabanes ouvertes où règne une promiscuité complète entre les membres de la tribu ».

Poursuivant des observations de ce genre, Jung a fini par se demander si les habitants du nouveau continent peuvent encore être considérés comme des Européens. Mais ses remarques doivent être prolongées.


Cette brutalité, qui est un des traits évidents de l’Américain, on peut dire qu’elle possède une empreinte noire. Aux jours bénis de ce qu’Eisenhower n’a pas craint d’appeler la « croisade en Europe », et au début de l’occupation américaine, on a pu observer des formes typiques de cette brutalité, on a même pu constater que, dans ce domaine, l’Américain « blanc » pouvait aller plus loin que son compagnon d’armes noir, avec lequel il partageait souvent, sous d’autres aspects, le même infantilisme.


D’une manière générale, le goût de la brutalité fait désormais partie de la mentalité américaine. II est exact que le sport le plus brutal, la boxe, est né en Angleterre ; mais il est tout aussi exact que c’est aux États-Unis qu’il a connu les développements les plus aberrants au point de faire l’objet d’un véritable fanatisme collectif, bien vite transmis aux autres peuples. En ce qui concerne la tendance à en venir aux mains de la façon la plus sauvage qui soit, il suffit d’ailleurs de songer à une quantité de films américains et à l’essentiel de la littérature populaire américaine, la littérature « policière » : les coups de poing y sont monnaie courante, parce qu’ils répondent évidemment aux goûts des spectateurs et des lecteurs d’outre-Atlantique, pour lesquels la brutalité semble être la marque de la vraie virilité. La nation-guide américaine a depuis longtemps relégué, plus que toute autre, parmi les ridicules antiquailles européennes, la manière de régler un différend par les voies du droit, en sui- vant des normes rigoureuses, sans recourir à la force brute et primitive du bras et du poing, manière qui pouvait correspondre au duel traditionnel. On ne peut que souligner l’abîme séparant ce trait de la mentalité américaine de ce que fut l’idéal de comportement du gentleman anglais, et ce, bien que les Anglais aient été une composante de la population blanche originelle des États-Unis.

On peut comparer l’homme occidental moderne, qui est dans une large mesure un type humain régressif, à un crustacé : il est d’autant plus « dur » dans son comportement extérieur d’homme d’action, d’entrepreneur sans scrupules, qu’il est « mou » et inconsistant sur le plan de l’intériorité. Or, cela est éminemment vrai de l’Américain, en tant qu’il incarne le type occidental dévié jusqu’à l’extrême limite. On rencontre ici une autre affinité avec le Noir. Un sentimentalisme fade, un pathos banal, notamment dans les relations sentimentales, rapprochent bien plus l’Américain du Noir que de l’Européen vraiment civilisé. L’observateur peut à ce sujet tirer aisément les preuves irréfutables à partir de nombreux romans américains typiques, à partir aussi des chansons, du cinéma et de la vie privée courante.

Que l’érotisme de l’Américain soit aussi pandémique que techniquement primitif, c’est une chose qu’ont déplorée aussi et surtout des jeunes filles et des femmes américaines. Ce qui ramène une fois de plus aux races noires, chez lesquelles l’importance, parfois obsessionnelle, qu’ont toujours eu l’érotisme et la sexualité, s’associe, justement, à un primitivisme ; ces races, à la différence des Orientaux, du monde occidental antique et d’autres peuples encore, n’ont jamais connu un ars amatoria digne de ce nom. Les grands exploits sexuels, si vantés, des Noirs, n’ont en réalité qu’un grossier caractère quantitatif et priapique.


Un autre aspect typique du primitivisme américain concerne l’idée de « grandeur ». Werner Sombart a parfaitement vu la chose en disant : they mistake bigness for greatness, phrase qu’on pourrait traduire ainsi : ils prennent la grandeur matérielle pour la vraie grandeur, pour la grandeur spirituelle. Or, ce trait n’est pas propre à tous les peuples de couleur en général. Par exemple, un Arabe de vieille race, un Peau-Rouge, un Extrême- Oriental ne se laissent pas trop impressionner par tout ce qui est grandeur de surface, matérielle, quantitative, y compris la grandeur liée aux machines, à la technique, à l’économie (abstraction faite, naturellement, des éléments déjà occidentalisés de ces peuples). Pour se laisser prendre par tout cela; il fallait une race vraiment primitive et infantile comme la race noire. Il n’est donc pas exagéré de dire que le stupide orgueil des Américains pour la « grandeur » spectaculaire, pour les achievements de leur civilisation, se ressent lui aussi d’une disposition du psychisme nègre.

On peut aussi parler d’une des bêtises que l’on entend souvent répéter, à savoir que les Américains seraient une « race jeune », avec pour corollaire tacite que c’est à eux qu’appartient l’avenir. Car un regard myope peut facilement confondre les traits d’une jeunesse effective avec ceux d’un infantilisme régressif. Du reste, il suffit de reprendre la conception traditionnelle pour que la perspective soit renversée. En dépit des apparences, les peuples récemment formés doivent être considérés comme les peuples les plus vieux et, éventuellement, comme des peuples crépusculaires, parce qu’ils sont venus en dernier justement, parce qu’ils sont encore plus éloignés des origines. Cette manière de voir les choses trouve d’ailleurs une correspondance dans le monde des organismes vivants . Ceci explique la rencontre paradoxale des peuples présumés « jeunes » (au sens de peuples venus en dernier) avec des races vraiment primitives, toujours restées en dehors de la grande histoire ; cela explique le goût de ce qui est primitif et le retour à ce qui est primitif. Nous l’avons déjà fait remarquer à propos du choix fait par les Américains, à cause d’une affinité élective profonde, en faveur de la musique nègre et sub-tropicale ; mais le même phénomène est perceptible aussi dans d’autres domaines de la culture et de l’art. On peut se référer, par exemple, au culte assez récent de la négritude qu’avaient fondé en France des existentialistes, des intellectuels et des artistes « progressistes ».

Une autre conclusion à tirer de tout cela, c’est que les Européens et les représentants de civilisations supérieures non européennes font preuve, à leur tour, de la même mentalité de primitif et de provincial lorsqu’ils admirent l’Amérique, lorsqu’ils se laissent impressionner par l’Amérique, lorsqu’ils s’américanisent avec stupidité et enthousiasme, croyant ainsi marcher au pas du progrès et témoigner d’un esprit « libre » et « ouvert ».

La marche du progrès concerne aussi l’« intégration » sociale et culturelle du Noir, qui se répand en Europe même et qui est favorisée, même en Italie, par une action sournoise, notamment au moyen de films importés (où Blancs et Noirs remplissent ensemble des fonctions sociales : juges, policiers, avocats, etc.) et par la télévision, avec des spectacles où danseuses et chanteuses noires sont mélangées à des blanches, afin que le grand public s’accoutume peu à peu à la promiscuité des races, perde tout reste de conscience raciale naturelle et tout sentiment de la distance. Le fanatisme collectif qu’a provoqué en Italie, lors de ses exhibitions, cette masse de chair informe et hurlante qu’est la Noire Ella Fitzgerald, est un signe aussi triste que révélateur. On peut en dire autant du fait que l’exaltation la plus délirante de la « culture » nègre, de la négritude, soit due à un Allemand, Janheinz Jahn, dont le livre Muntu, publié par une vieille et respectable maison d’édition allemande (donc dans le pays du racisme aryen ! ), a été immédiatement traduit et diffusé par un éditeur italien de gauche bien connu, Einaudi. Dans cet ouvrage invraisemblable, l’auteur en arrive à soutenir que la « culture » nègre serait un excellent moyen de relever et de régénérer la « civilisation matérielle » occidentale…

Au sujet des affinités électives américaines, nous ferons allusion à un dernier point. On peut dire qu’il y a eu aux États-Unis d’Amérique quelque chose de valable, vraiment prometteur : le phénomène de cette jeune génération qui prônait une sorte d’existentialisme révolté, anarchiste, anticonformiste et nihiliste ; ce qu’on a appelé la boat generation, les beats, les hipsters et compagnie, sur lesquels nous reviendrons d’ailleurs. Or, même dans ce cas, la fraternisation avec les Noirs, l’instauration d’une véritable religion du jazz nègre, la promiscuité affichée, y compris sur le plan sexuel, avec les Noirs, ont fait partie des caractéristiques de ce mouvement. Dans un essai célèbre, Norman Mailer, qui a été un des principaux représentants de la boat generation, avait même établi une sorte d’équivalence entre le Noir et le type humain de la génération en question ; il avait carrément appelé ce dernier the white Negro, le « nègre blanc ». A ce propos, Fausto Gianfranceschi a écrit très justement : « En raison de la fascination exercée par la ‘culture’ nègre, sous la forme décrite par Mailer, on ne peut s’empêcher d’établir immédiatement un parallèle – irrespectueux – avec l’impression que fit le message de Friedrich Nietzsche au début du XIX siècle. Le point de départ, c’est le même désir de rompre tout ce qui est fossilisé et conformiste par une prise de conscience brutale du donné vital et existentiel ; mais quelle confusion lorsqu’on met le Noir, comme on l’a fait de nos jours, avec le jazz et l’orgasme sexuel, sur le piédestal du ‘surhomme’ !


Pour la bonne bouche nous terminerons par un témoignage significatif dû à un écrivain américain particulièrement intéressant, James Burnham (dans The struggle for the world) : « On trouve dans la vie américaine les signes d’une indiscutable brutalité. Ces signes se révèlent aussi bien dans le lynchage et le gangstérisme que dans la prétention et la goujaterie des soldats et des touristes à l’étranger. Le provincialisme de la mentalité américaine s’exprime par un manque de compréhension pour tout autre peuple et toute autre culture. Il y a, chez de nombreux Américains, un mépris de rustre pour les idées, les traditions, l’histoire, un mépris lié à l’orgueil pour les petites choses dues au progrès matériel. Qui, après avoir écouté une radio américaine, ne sentira pas un frisson à la pensée que le prix de la survie [d’une société non communiste] serait l’américanisation du monde ? ».


Ce qui, malheureusement, est déjà en train de se produire sous nos yeux.



Julius Evola. L’arc et la massue.