Les féministes sont hystériques au sujet du viol parce qu’aucun homme ne veut les violer

Nous devons nous demander pourquoi il y a tant d’hystérie au sujet du viol quand nous vivons dans des pays, et quand nous avons une culture, dans laquelle les chances qu’à une femme d’être violée s’élèvent à environ 0,0060 % (statistiques australiennes). Je crois que cela va plus loin que l’attaque flagrante contre les hommes que nous sommes en train de vivre.

La raison pour laquelle ces types de femmes sont catégoriques sur la fabrication d’histoires sur les agressions sexuelles et sur le viol, c’est parce qu’elles essaient de prouver qu’elles sont désirables. Cela satisfait leurs Egos de penser qu’il pourrait exister un certain barbare, ici ou là, bien alimenté en testostérone, qui les trouveraient assez appropriées pour subir une séance forcée. Ces femmes veulent punir les hommes, non pas par crainte d’être attaquées, mais justement par amertume de ne pas être approchées, considérées, reconnues, et à plus grande échelle, draguées, et enfin… parce qu’elles ne sont justement pas une cible pour du sexe forcé.

Il n’y a pas beaucoup d’explications qui peuvent justifier l’irrationalité absurde du mouvement #metoo, dont les femmes de l’Ouest aiment parler pendant qu’elles portent un chapeau en forme de vagin. Tous les types introspectifs savent que lorsque nous sommes confrontés à quelque chose qui nous déstabilise — dont nous avons peur irrationnellement — nous devons regarder vers l’intérieur, vers nous-même, et c’est là que nous devons chercher la vérité, le fondement de cette peur, aussi inconfortable soit-elle.

J’ai une jeune sœur qui est au lycée et je lis souvent ses devoirs et / ou ses examens quand je la vois. Pour une raison quelconque, nos systèmes d’éducation ont décidé que c’est une bonne idée de présenter des chiffres gonflés, à propos des agressions sexuelle, à nos jeunes filles, comme vérité absolue, et de fonder un programme d’études autour de ça. Je suis sûre que cela à quelque chose à voir avec le fait de s’assurer qu’elles deviennent craintives et méfiantes vis-à-vis des hommes à mesure qu’elles grandissent – les soirées de lycéens sont sur le point de devenir des lieux dans lesquels tout le monde est très maladroit. Les mensonges et les peurs inculquées commencent tôt.

Vous êtes un descendant de violeurs.

Revenons à l’époque des Vikings, des conquêtes du monde et des croisades, où le viol et le pillage étaient communs. Quand ces Vikings ou ces pillards envahissaient, ils violaient sans discernement les femmes. Maintenant, aussi brutale et aussi terrifiante que l’époque ait pu être, cela a aidé ces femmes à réaliser indirectement leur impératif biologique, qui est de transmettre les gènes les plus forts possibles à la progéniture. Ces gènes leur ont été imposés par les hommes, plus grands, plus forts et plus intelligents qui ont probablement décimé des hommes locaux, plus faibles, qui ont été exclus du potentiel reproductif de l’humanité.

Les femmes ont été soit prises et absorbées dans les tribus des envahisseurs où elles ont probablement eu des vies longues et réussies — biologiquement parlant —, soit elles ont été laissées à elles-mêmes à la suite de l’invasion, devant faire face aux dures réalités qui consistent à élever potentiellement un enfant avec peu ou pas de soutien familial, et des structures sociales effondrées.

Si nous retournons à aujourd’hui, ces féministes et ces grosses femmes (indésirables) auraient été l’équivalent des femmes « mal nées » et paysannes des temps jadis. Mais ces femmes anciennes auraient encore été exposées à des hommes de haut niveau, la meilleure génétique, que la rencontre ait été soit consensuelle ou non (non).

Les indésirables d’aujourd’hui n’ont pas cette « option », si nous pouvons dire les choses ainsi. Vous pensez que des gens comme Chris Hemsworth ou Brad Pitt font la queue pour baiser une femme comme Lena Dunham ? Jamais, même dans un million d’années. Les femmes de haut niveau d’aujourd’hui sont les seules femmes qui sont exposées aux hommes de haut niveau. Les tas de graisses et les féministes ne peuvent pas satisfaire leurs impératifs biologiques directement (séduire un homme de haut niveau) ou indirectement (être violées par un homme agressif et dominant).

Le marché sexuel d’aujourd’hui est discriminatoire à l’égard de la paresse et de la répugnance que provoque les femmes grasses et les féministes, tandis que le marché sexuel des hordes envahissantes était aveugle, poussé uniquement par des émotions déchaînées et des pulsions charnelles.

Reconnaître et intérioriser cette information est sans doute trop demander à la maturité émotionnelle de la féministe moderne. Mais si nous pouvions réduire le féminisme à ses quelques forces motrices, ce serait sûrement la frustration sexuelle. Les féministes méprisent les mâles-féministes, les hommes « soja », les cocus qui les orbitent ! La preuve en est le manque de succès sexuel de ces hommes-là. Alors, comment les femmes trouvent-elles accès aux hommes de haut niveau ?

Les femmes indésirables souhaitent que nous puissions revenir à un moment où les hommes les voyaient comme un objet à piller, mais ce jour-là est révolu depuis longtemps. Je vous implore tous, face aux divagations irrationnelles de ces féministes indésirables, d’être gentils et rassurants. Regardez-les dans les yeux et dites : « Ne t’inquiète pas, aucun homme ne voudra jamais te violer ».

Les femmes doivent laisser le féminisme derrière elles pour embrasser la vie qui les mènera aux hommes qu’elles veulent, et donc à la vie qu’elles veulent. Quel autre appel aux armes peut-il y avoir !? Féministes ! Restez dans votre vie de merde, soyez amères et misérables, allez dans la rue pour marcher et crier, restez ignorantes des vérités biologiques qui façonnent votre subconscient, ou alors, prenez la responsabilité de votre vie et construisez-vous comme des femmes qui savent provoquer le respect chez des hommes bons. 


Source : « Feminists are hysterical about rape because no man wants to rape them » publié par Len Goddard le 28 mars 2018.