Pourquoi une femme qui couche est une salope ?

Les Trois Étendards se donne notamment pour mission de fournir un accès universel à toutes les connaissances de l’Androsphère. Le contenu masculiniste publié sur le web est éphémère – contrairement à d’autres contenus, personne ne le sauvegardait. 

Identifier les pages web importantes, et sauvegarder des copies dans des collections spéciales, ce sont les « Archives de l’Androsphère ». 

« Pourquoi une femme qui couche est une salope » a été publié par l’équipe « MGTOW France » le 12 mars 2017 sur le site « Le Roi de la Jungle (Revival) ».


LA FEMME DOIT ÊTRE SÉLECTIVE

Biologiquement parlant, une femme n’a pas le droit à l’erreur car sa période de fertilité est courte. Son objectif est de sélectionner et sécuriser, pour son enfant, le meilleur patrimoine génétique possible. C’est donc dans son intérêt d’être exclusive et de rigoureusement choisir son partenaire. Sa libido est naturellement moins élevée que celle de l’homme pour limiter sa promiscuité, et elle augmente en période d’ovulation pour lui rappeler son rôle de pondeuse.

LA PUTAIN

Une femme qui couche avec beaucoup d’hommes a une faible valeur, car cela signifie, sur le plan de l’évolution, qu’elle est incapable de juger la valeur génétique d’un homme, et surtout inapte à assurer à l’homme que l’enfant sera bien le sien. L’homme doit avoir des garanties sur sa progéniture pour accepter de partager ses ressources.

C’est la putainLes hommes sont ravis de coucher avec elle, mais n’en veulent pas comme femme.

LA MÈRE

Une femme qui a peu de partenaires sexuels a une forte valeur, car cela signifie que l’homme qui couchera avec elle sera assuré que son enfant sera le sien. L’hymen n’est certainement pas non plus là par hasard, c’est Dieu qui offre une garantie à l’homme que la femme qu’il choisit est pure. Les femmes étant naturellement beaucoup plus vulnérables aux MST et autres infections, limiter son nombre de partenaires ne peut être que bénéfique. La nature fait bien les choses n’est-ce pas ?

C’est la mère. Celle que l’homme peut aimer et surtout celle avec qui il acceptera de partager ses ressources.

L’HOMME DOIT MULTIPLIER LES CONQUÊTES

L’homme a tout le temps envie de baiser. Ses chances d’avoir un enfant sont moindres, car la grossesse et l’accouchement ne dépendent pas de lui. Il lui faut donc coucher avec un maximum de femmes, pour maximiser ses chances d’avoir un enfant. À moins de trouver une femme fidèle.

L’HOMME BÊTA

Un homme incapable d’attirer plusieurs femmes a une valeur faible. Elles l’ont jugé comme ayant un mauvais patrimoine génétique. Si les autres femmes n’en veulent pas, pourquoi en voudrai-je ? Le puceau est pitoyable aux yeux d’une femme.

Vous connaissez certainement la chanson. Le mec qui se met en couple ou qui se marie devient subitement attirant auprès de femmes qui l’ignoraient auparavant.

Une femme est comme une entreprise. Un chômeur est vu comme un loser, personne n’en veut. Mais débaucher un employé à un concurrent direct est jouissif. Si d’autres entreprises veulent ce mec, c’est qu’il doit être bon non ?

L’HOMME ALPHA

Un homme qui a couché avec des tas de femme a une valeur forte. Après tout, si les autres femmes choisissent de se reproduire avec lui, c’est que son patrimoine génétique doit être intéressant. Voilà pourquoi les femmes sont aussi généralement des suiveuses. Car la valeur de quelque chose à leurs yeux est déterminée en fonction de ce qu’en pense le reste du monde..

Même si elles savent qu’ils ne voudront sûrement pas d’elles (car pouvant faire mieux), elles rêvent de ce type de mec. C’est l’éternel problème : les femmes sont attirées par les mecs « inaccessibles ».

IDÉOLOGIE POUR MAINTENIR LA PAIX SOCIALE

Les femmes sont les gardiennes du sexe, et les hommes les gardiens des relations.

La relation à long terme n’est bénéfique à l’homme que s’il obtient du sexe régulièrement et l’exclusivité de sa partenaire afin d’assurer sa descendance. Pourquoi se mettrait-il en couple sinon ? Alors qu’il pourrait essayer de coucher avec un tas d’autres femmes et ainsi maximiser les chances de se reproduire.

Le sexe n’est bénéfique à la femme que si elle obtient une relation à la clé, afin que l’homme la protège ainsi que son enfant, pour maximiser ses chances de survie. Pourquoi coucherait-elle sans rien en retour en risquant de se retrouver seule le temps de la grossesse et pour élever son enfant ?

LE SALAUD ET LA SALOPE

Une femme qui couche avec un homme qui ne rappelle jamais, se sent instinctivement trahie. Pourtant cet homme n’a violé personne, le sexe était consentant. Oui, mais le contrat implicite est que la femme qui offre son sexe à l’homme doit obtenir une relation à long terme avec lui.

Le salaud, c’est l’homme qui couche avec les femmes, sans offrir de relation.

La salope, c’est la femme qui couche avec des hommes sans rien en retour. Elle dévalorise ce qu’elle a de plus cher et qui lui sert de monnaie d’échange : son sexe. C’est souvent les autres femmes qui la qualifie de salope, car elle fait baisser la valeur de toutes ses consœurs.Cela réduit donc le nombre d’hommes prêts à se mettre en couple. C’est aussi la raison pour laquelle la prostitution est bannie par la religion.

LE MARIAGE COMME STRUCTURE FAMILIALE

Le mariage n’est pas une preuve d’amour mais c’est un contrat entre l’homme, la femme et l’état, pour être sûr qu’il soit respecté.

La femme est censée se marier jeune et vierge (mariage en blanc), offrir à l’homme ce qu’il veut (du sexe régulièrement avec une belle femme et des enfants qui seront bien les siens). La nuit de noce est culturellement faite pour coucher et faire un enfant le soir même. Le contrat de mariage pouvait historiquement être annulé en cas de découverte d’un vice caché (pas de relation le soir même ou femme qui n’est pas vierge).

L’homme s’engage à la protéger financièrement, ainsi que les enfants, et à ne jamais la quitter, même quand elle ne sera plus désirable pour lui.

Si il divorce (et a un salaire plus élevé, ce qui est encore le cas la majorité du temps), il doit payer des prestations compensatoires et autres allocations à sa ex-femme. Car il n’a pas respecté le contrat et a utilisé la femme pour le sexe sans la protéger une fois que son désir pour elle s’est dissipé.

A l’époque, une femme qui ne se mariait pas ou qui divorçait était vu comme une salope, car si elle n’était pas exclusive à un homme, elle couchait forcément avec plusieurs. La société la méprisait, c’était la honte de la famille. Maintenant on estime que c’est une femme libérée.

Le mariage permettait donc à tout le monde d’avoir un partenaire, et d’élever les enfants dans des conditions stables.

LES TEMPS MODERNES

CONTRACEPTION ET INFIDÉLITÉ

Preuve que notre cerveau n’est toujours pas adapté à la vie moderne, personne ou presque ne supporte l’infidélité. Grâce aux préservatifs, à la pilule, et même à l’avortement, pas de risque d’enfant. Donc en quoi le fait que notre partenaire couche et prenne du plaisir avec quelqu’un d’autre nous impacte-t-il? Car notre cerveau est le résultat de millions d’années d’évolution. Nous avons encore nos instincts primitifs du temps des cavernes. Voilà pourquoi la salope est toujours méprisée et le baiseur respecté.

LA MAJORITÉ DES FEMMES SONT PERDANTES

La femme est libérée sexuellement et économiquement. Elle peut est obligée de travailler et n’a plus vocation à se marier. Elle peut choisir son partenaire et n’a plus besoin de lui pour survivre ni élever son enfant. Elle va donc, comme toutes les femmes, vouloir le beau gosse Alpha. Problème : elles le veulent toutes. Une petite poignée de vainqueurs vont donc baiser toutes les femmes, mais ne pourront finalement n’en satisfaire qu’une (être en couple).

Beaucoup de ces femmes vont rester sur le carreau. Ayant couché avec des tas de mec de valeur, elles pensent réellement qu’elles ont la capacité d’en attirer un, mais ce n’est pas le cas. Car coucher avec un homme n’a rien à voir avec le fait d’être en couple avec lui. Une génération de femmes frustrées nourries aux fausses promesses est donc née. La trentaine dépassée, elle finira par se caser avec un mec qu’elle méprise, faute de mieux, entre urgence et désir maternel. L’amour envers cette roue de secours sera inexistant mais simulé du début à la fin. Leur enfant devenu autonome et demandant moins de travail, elle finira par divorcer, lassée de son donneur de sperme.

Imaginez-vous conduire des grosses bagnoles de location pendant 10 ans puis subitement devoir rouler en Twingo. C’est mieux que d’être à pied vous me direz. Mais c’est frustrant.

LA MAJORITÉ DES HOMMES SONT PERDANTS

Vous avez déjà eu cette impression que toutes les femmes autour de vous sont en couple ou indisponibles alors que tous les hommes sont célibataires ? Sachant que la répartition homme/femme en France est proche du 50/50, la conclusion est simple : selon le principe de Pareto20% des hommes de 15-30 ans se tapent 80% des femmes.

Le destin d’un mec banal est d’être frustré toute sa vie par manque de femmes. Il devient donc un loser aigri (le misogyne), ou soumis à la moindre possibilité de baiser (le mec gentil). Puis finalement, il obtiendra à ses 30 ans, une femme indésirable pour le prix fort : un produit usé, en déclin, qui le considèrera comme la Twingo précedemment évoquée, avec un bagage émotionnel important et peut être même des petits bâtards de ces précédentes aventures. Et ce gentil mec, ayant fait des études, travailleur, va payer pour tous les mecs qui l’auront baisée gratuitement avant.

Ce loser se dira tout de même qu’il a eu de la chance de trouver une femme après tant d’années de misère sexuelle. Donc il acceptera tout.

BILAN DES COURSES

Voilà ce qui se passe, quand on donne la soi-disant égalité aux femmes en allant à l’encontre des processus logiques et naturels. La femme étant naturellement sexuellement supérieure, l’égalité d’opportunités sexuelles n’existe plus. Les femmes ont maintenant le pouvoir de jouir sur tous les plans, en toute liberté, pendant une dizaine d’années. Au détriment des hommes.

« En système économique parfaitement libéral, certains accumulent des fortunes considérables; d’autres croupissent dans le chômage et la misère. En système sexuel parfaitement libéral, certains ont une vie érotique variée et excitante; d’autres sont réduits à la masturbation et la solitude. Le libéralisme économique, c’est l’extension du domaine de la lutte, son extension à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la société. De même, le libéralisme sexuel, c’est l’extension du domaine de la lutte, son extension à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la société. »

Michel Houellebecq – Extension du domaine de la lutte.


Illustration : Alexander Krivitskiy.