La pilule rouge est encore plus difficile à avaler pour les filles.

Attention ! Cet article fait partie du projet TRP/SS. Vous consultez la section 4.2.1.

Vous connaissez ce goût amer et rude de la pilule rouge que les hommes doivent avaler :

  • L’amour éternel n’existe pas. Au moment où vous cessez de vous améliorer et où vous avez perdu l’admiration de votre copine, c’est fini.
  • Les femmes se moquent que vous soyez quelqu’un de bien. Ce qui leur importe, c’est que vous ayez des traits dominants, alpha, pour leur donner des frissons et les féconder ; ou des traits de fournisseurs, d’homme Beta, pour les soutenir et subvenir à leurs besoins et à ceux de leur progéniture.
  • Les femmes ne sont attirées que par des hommes de plus grande valeur qu’elles, et elles sont hypergames. Tant qu’elles peuvent se mettre en toute sécurité sur un mec de plus grande valeur, la plupart d’entre elles le feront. Elles vous quitteront sans la moindre arrière-pensée pour un autre homme qu’elles considéreront comme « mieux », et elles rationaliseront ce comportement en se disant qu’elles sentaient, de toute façon, que l’amour a disparu entre vous deux.
  • Ne faites pas confiance aux femmes. Le mensonge et la manipulation sont aux femmes ce que la détermination et le travail acharné sont aux hommes.
  • Vous êtes aussi important que ce que vous apportez : alors, musclez-vous, grandissez, devenez meilleur. Aucun homme n’a le droit à l’erreur.

C’est une pilule rouge (très succincte) difficile à avaler, mais quel que soit l’âge que vous avez quand vous l’avalez, vous pouvez toujours grandir et vous améliorer, obtenir de meilleures femmes, vous occupez de vos intérêts, essayer de construire la vie que vous voulez.

Les femmes, de l’autre côté, ont aussi une pilule rouge très dure à avaler :

  • Depuis toujours, la vie a été géniale : les gens vous aiment, vous traitent bien, les opportunités se présentent, vous n’êtes jamais seule. Vous n’avez aucune raison de croire que cette situation va changer un jour. Eh bien, ça changera. Et ça changera brusquement lorsque vous atteindrez 30 ans. Personne ne vous dit cela, et vous n’êtes pas préparée.
  • Vous pensez que vous êtes attirée par les mecs sympas, mais en fait vous ne l’êtes pas. Vous aimez les hommes charismatiques, forts, que vous ne pouvez pas manipuler – des hommes qui sont socialement au-dessus de vous et qui vous traitent en conséquence. Malheureusement, beaucoup de ces hommes sont des connards. Faites avec.
  • Vous pensez que vous avez une belle personnalité parce que tout le monde vous le dit, et que vous avez le sens de l’humour parce que tout le monde rit à vos blagues, mauvaise nouvelle : les gens ne se comportent ainsi que parce que vous êtes jeune et sexy. Dans dix ans, les gens commenceront à vous traiter comme de la merde (comme les gens traitent les hommes tout le temps).
  • Personne ne se soucie de votre diplôme. Vous pouvez gravir les échelons de l’entreprise en tant que femme célibataire et indépendante, et penser que vous êtes heureuse, et vous le serez pendant quelques années, mais vous finirez probablement seule, ou dans une relation insatisfaisante, et vous serez malheureuse. Vous souhaiterez avoir épousé ce gentil garçon que vous avez refusé quand vous étiez jeune et qui est devenu un homme extraordinaire. Maintenant, il ne vous regarde même plus.
  • Peu importe ce que les féministes vous disent, vous ne vous sentirez pas épanouie si vous n’avez pas de foyer ou de famille à vous. Vous ne le réalisez pas maintenant parce que vous êtes jeune et que tout tourne autour de vous, mais quand vous serez plus âgée, vous remarquerez que votre vie vous semble vide. Il suffit de regarder ces femmes de 50 ans sans enfants ou sans un mari aimant, elles sont vraiment malheureuses et s’ennuient à mourir.
  • Vous êtes jeune et vous avez tout le pouvoir du monde, mais ce pouvoir vous est accordé pour un temps limité. Ne le gaspillez pas en de multiples aventures sans intérêt. Trouvez un homme bon, utilisez votre amour et vos connaissances pour le pousser à devenir grand. Construisez un foyer avec lui. Vous n’avez qu’un temps limité pour trouver le prince charmant et construire la vie qui vous rendra heureuse.

Un type qui trouve la pilule rouge dans la trentaine, la quarantaine, voire la cinquantaine, peut encore changer sa vie pour le mieux. Pour une fille, ce n’est pas toujours le cas, il y a des erreurs qui ne peuvent être réparées. Elles peuvent aller à la salle de sport à 40 ans et changer d’attitude, mais pour beaucoup d’entre elles, cela ne changera rien, et le fait de réaliser qu’elles ont fait de mauvais choix leur fera du tort. C’est pourquoi les femmes n’avalent pas leur propre pilule rouge.

Commentaire en vedette, par IllimitableMan : 

Les femmes brillent davantage mais s’épuisent plus vite.

Les hommes commencent comme des bougies qui s’éteignent au gré du vent, mais finissent par devenir le putain de soleil lui-même (s’ils s’appliquent à s’améliorer eux-mêmes avec suffisamment de rigueur).

Il est peut-être plus difficile d’être un homme que d’être une femme à bien des égards, les hommes assument, dans la vie, la plus grande partie des responsabilités, mais je préfère infiniment endurer les épreuves que les hommes doivent affronter, plutôt que de vivre dans la médiocrité inhérente au genre féminin. Il est clair que beaucoup de femmes conviennent qu’être une femme est ennuyeux, parce que les plus grandes féministes prennent toujours des qualités masculines et deviennent ainsi complètement inintéressantes. Elles sont totalement et complètement jalouses de ne pas être nées hommes, car elles défient la féminité par leurs comportements, et il est plus simple de rejeter toute responsabilité que d’avoir le courage de, de graviter vers le masculin. Ce sont généralement des femmes qui possèdent un taux élevé de testostérone, mais le féminisme, en tant qu’idéologie, impose même aux femmes qui ont un faible taux de testostérone de vivre comme des femmes qui possèdent un taux élevé de testostérone.

C’est là la plus grande énigme philosophique pour les femmes :

Est-ce que je veux être attirante pour les hommes, ou est-ce que je veux faire carrière ?

Parce qu’on ne peut pas avoir les deux. Bien sûr, une femme carriériste peut avoir un homme, mais pas un homme de qualité, pas un homme dont elle veut ou dont elle sera « amoureuse ». Alors qu’est-ce qui est le plus important pour elle ? L’amour ou l’argent ? Un engagement de qualité tout au long de sa vie ou la réussite scolaire et professionnelle ? Les hommes qu’elle veut ne s’intéressent pas à elle. Les femmes pensent toujours qu’elles peuvent avoir le meilleur des deux : « Je suis une mère et un PDG ! », mais elles ne le peuvent pas. Les mères carriéristes élèvent des enfants mal foutus et attendent du père qu’il assume un rôle maternel. S’il ne le fait pas, les enfants sont élevés par de parfaits inconnus (c’est l’histoire de tous les enfants riches de l’ère moderne).

La plupart des femmes laissent libre cours au pouvoir de leur beauté dans leur jeunesse, puis commencent à développer une véritable personnalité vers 35 ans, une fois que leur apparence s’estompe et qu’elles doivent trouver d’autres moyens pour conserver leur pouvoir dans la société. Malheureusement, tout ce que les femmes peuvent faire, les hommes peuvent le faire mieux. Leur beauté est leur plus grand « argument de vente », de sorte que la personnalité qu’elles se créent pour compenser la perte de leur apparence est rarement aussi développée que celle d’un homme, qui a dû développer une forte personnalité dès son plus jeune âge juste pour s’en sortir dans le monde. Le fait que les femmes soient dorlotées, flattées et servies à ce point est en réalité ce qui les rend, à bien des égards, aussi faibles, nécessiteuses et inférieures qu’elles le sont. Je crois que les femmes peuvent être bien meilleures/mieux élevées qu’elles ne le sont, mais il faudrait qu’elles trouvent la pilule rouge dès leur plus jeune âge. Être une vieille sorcière qui a passé le mur, ou une salope réformée, ne vous donnera pas un homme 9/10 ou 10/10 sauf si vous avez un coup de chance et de hasard. Les femmes qui ont dépassé la date d’expiration doivent accepter qu’un homme prenne d’autres maîtresses s’il est alpha, et si elle a attendu d’avoir passée le mur pour devenir sérieuse, une femme peut toujours monopoliser l’attention d’un homme Beta dont elle ne sera jamais vraiment « amoureuse ». Chaque femme veut monopoliser un homme alpha, mais très peu ont la qualité pure nécessaire (beauté, intelligence, bonne disposition) pour justifier l’engagement d’un homme d’alpha (ce qui est fondamentalement le but d’une femme ayant pris la pilule rouge).

Ai-je de la peine pour les femmes ? Non. Elles ont droit à 15 ans de bonheur pendant que nous transpirons et travaillons dur. Nous méritons nos louanges, alors qu’elles se contentent de naître avec un vagin dans un pays développé. Elles n’en ont rien à foutre de vos luttes non plus, votre sympathie ne vous apportera rien d’autre que l’exploitation des femmes. Ne les plaignez pas trop, elles récoltent ce qu’elles sèment. Il est facile de voir les femmes comme des victimes, je crois qu’en tant qu’hommes, nous sommes instinctivement enclins à percevoir les femmes comme telles. Mais elles jouent sur ce point et vous entubent quand il devient évident que vous êtes un faible. Alors s’il vous plaît, dans votre propre intérêt, ne plaignez pas les femmes.


Source : « The Red Pill is even tougher to swallow for girls » publié le 30 décembre 2014 par Popeman79.

Illustration : Magda Ehlers.