Les 8 règles de la paternité.

Attention ! Cet article fait partie du projet TRP/SS. Vous consultez la section 4.3.14.6.

  1. Faites un bon mariage. Cela devrait être évident. Le QI est hautement héréditaire. La stabilité émotionnelle est basée sur le fait que les enfants se modèlent eux-mêmes et construisent leurs interactions avec les autres d’après ce qu’ils voient. Si la mère est une hystérique dépressive, même si vous êtes un génie du niveau d’Einstein, la mère va déteindre d’une certaine manière sur vos enfants. Choisissez judicieusement. Si vous ne trouvez jamais quelqu’un qui soit à la hauteur, ne vous mariez pas et appliquez la théorie des assiettes.
  2. Enseignez la causalité à vos enfants. Cause et effet. Vous agissez comme une merde, vous perdez quelque chose ou quelqu’un. Vous agissez bien, vous récupérez ce que vous avez perdu. « Si tu me désobéis, tu en payeras le prix ». Tu te comportes comme on te le demande et tu auras ce que tu souhaites. Cela commence à partir du moment où les enfants peuvent interagir verbalement. Ils vont faire des crises, mais vous devez les traiter comme n’importe quelle autre individu en étant calme et ferme et en ne bougeant pas sur vos positions, une fois que la discipline a été transmise par l’un des parents.
  3. Ce que vous faites déteint sur vos enfants. Une discussion presque constante que j’ai avec mon fils commence toujours par la phrase : « c’est tout ce que tu as ? » Il s’énerve. Il fait des efforts. Vous ne pouvez lui demander cela que si vous pouvez personnellement faire mieux, quelle que soit la chose en question. Ce n’est pas toujours une bonne idée dans toutes les situations (je ne sais pas dessiner et mon fils a gagné des prix pour cela) mais je lui demande s’il a pris son temps et ce qu’il pense pouvoir améliorer. En lui inculquant très tôt l’analyse, l’évaluation et la logique, on obtient un enfant qui s’autoévalue sans se soucier de ce que font les autres enfants. Si votre fils entend que vous évaluez votre propre travail de manière critique, il commencera à le faire avec son propre travail. « J’ai bien fait sur cette partie, l’autre partie semble bien. La prochaine fois, je pense que je ferai X, Y ou Z différemment. La vie est un processus d’apprentissage ». C’est drôle d’entendre votre enfant dire ce genre de choses, mais si vous faites cela, ils le feront.
  4. Ne félicitez pas trop vos enfants. Ce n’est pas que vous ne devez jamais faire l’éloge de vos enfants, c’est qu’ils doivent comprendre dès leur plus jeune âge qu’il y a des normes à respecter pour mériter un « bien joué » ou un « je suis fier de toi ». Les enfants font constamment des tests dès la naissance. Ils cherchent sans cesse des limites. La cohérence est l’essentiel, et il faut toujours être cohérent. Applaudir pour n’importe quoi, c’est des conneries. Arrêtez de le faire. En cas d’échec, faites-leur plutôt une critique. Ensuite, quand ils font vraiment ce qu’on leur demande, donnez-leur le renfort qu’ils recherchent.
  5. Il est tout à fait normal de montrer de l’affection. Être Alpha ne signifie pas que vous êtes distant, du moins en ce qui concerne vos enfants. Les câlins, c’est bien. Les enfants en ont besoin. Ne vous sentez pas bizarre. Je vois beaucoup d’affection maladroite de la part de papas – c’est comme s’ils ne savaient pas si c’est bien ou pas. C’est bien. Vous n’arriverez jamais au niveau d’attachement que les enfants ressentent avec leur mère, mais cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas être gentil et aimant.
  6. Il faut l’avouer quand vous merdez. Vos enfants sont humains, et ils feront d’énormes erreurs. Si vous faites une erreur et que vous leur expliquez ensuite non seulement pourquoi vous avez merdé, mais aussi comment vous allez corriger l’erreur, ils seront mieux préparés à faire face à leurs propres conneries. Le cadre est relatif lorsqu’il s’agit d’enfants. Ils vont gérer les émotions et l’échec en se basant sur la façon dont vous gérez vos émotions et vos échecs. Soyez celui qui accepte ce qu’il ne peut pas réparer, mais qui fait de son mieux pour corriger les problèmes et aller de l’avant en expliquant que c’est ce que vous faites.
  7. Ne leur mentez pas sur le monde. L’instinct naturel des parents est de protéger les enfants de la laideur du monde. Vous ne pouvez pas le faire. Il y a des choses qui sont dégoûtantes dans la vie humaine. Je ne dis pas que vous devez les effrayer avec la laideur du monde, mais ils entendront des choses et ils vous poseront des questions. En étant honnête avec vos enfants, vous vous assurez qu’ils ne seront pas surpris de rencontrer des gens terribles dans la vie réelle lorsque vous n’êtes pas là. S’ils vous demandent pourquoi quelqu’un a fait quelque chose de mal, répondez-leur du mieux que vous pouvez, même si cette réponse est « Je ne sais pas fils, mais ce n’est pas quelque chose que je voudrais que tu fasses un jour ».
  8. Débranchez ! Faites des choses avec eux. Réduisez la télévision au minimum. Encouragez l’activité. Pas de putain de smartphones. Si vous êtes sur un long trajet, une vidéo est bien, bien sûr, mais cela ne devrait pas être l’occupation par défaut le lundi soir, à moins que tous les autres devoirs, activités, etc. soient faits et qu’ils aient nettoyé leur chambre.


Source : commentaire sous l’article « The Red Pill Handbook – an free e-book of TRP posts » publié le 22 décembre 2014 par FetusFeces.

Illustration : Magda Ehlers.