Un marché sexuel déséquilibré.

Attention ! Cet article fait partie du projet TRP/SS. Vous consultez la section 4.1.3.

« Et nous découvrirons que les véritables victimes du féminisme moderne sont, bien sûr, les femmes elles-mêmes, qui se retrouvent encore plus seules et plus insatisfaites que jamais ».

Je trouve hilarant de voir que l’auteur de l’article décrit, en gros, la façon dont la femme typique traite l’homme moyen comme un tas de merde, puis conclut que dans leur arrogance ignorante et hostile, ce sont les femmes qui finissent par être les véritables victimes de la solitude.

Les hommes veulent toujours se battre pour les femmes, et cet état de fait me fait chier. Ce doit être génétique, ou un truc du genre, parce que je vois des hommes sur TRP faire la même chose : « Ne sois pas en colère contre les gonzesses, mec, t’as juste pas compris, OK ? Je baise beaucoup, moi, tu vois, tu dois juste aller à la salle de muscu et te comporter en homme, mec, arrête de te plaindre, mec ». J’en ai marre de ces conneries de débiles. Ces putains d’attardés qui soulèvent un peu de métal et baisent un peu de chatte ignorent totalement ce qui se passe, mais pensent qu’ils sont les boss du game parce qu’ils peuvent baiser et qu’ils sont constamment défoncés aux produits dopants et au choc d’adrénaline post-entraînement. Ce n’est pas parce que vous soulevez des gonzesses et que vous baisez que la société n’est pas défoncée. Leurs opinions sur la vie et les femmes sont en fait un peu comme un organigramme pour débiles mentaux :

  • Est-ce que tu soulèves du lourd à la salle de muscu, mec ? (Oui/Non) Si non, tu dois t’y mettre, mec.
  • Est-ce que tu t’envoies en l’air, mec ? (Oui/Non) – Si non, va baiser un coup, mec.

Tinder, ça ne fonctionne pas ? Fais du sport, mec. Tu fais déjà du sport ? Alors, Ya pas de souci, mec, tu vas y arriver, mec. SPORT et TINDER jusqu’à la mort ! 

Vous voyez, ces putains d’idiots qui pensent qu’être musclé et baiser, c’est tout ce dont tu as besoin pour être épanoui dans la vie, et c’est des putains de foutaises. Tous les hommes qui sont en dehors de la manosphère pourraient collectivement aller à la salle de muscu demain, et ça ne changerait pas le système juridique, ça ne nous débarrasserait pas du féminisme, ça ne réparerait pas le système d’éducation merdique ou l’économie, et ça ne donnerait pas aux hommes une conscience sociale. Cela ne changerait rien à la condition générale des hommes telle qu’elle est décrite dans ce putain d’article.

Pour une raison quelconque, il y a une sous-catégorie d’hommes qui veulent se battre pour les femmes, et plus l’homme typique obtient des chattes, plus il pense : « hé, vous savez quoi, les femmes sont bien, je passe de bons moments avec elles, c’est vous qui devez être le problème LES GARS, ça n’a rien à voir avec les femmes LES GAAARS, vous êtes le problème LES GAAAAARS ». Ils ne veulent pas vraiment explorer ce qui se passe. C’est juste la faute des mecs. C’est de l’étroitesse d’esprit. Allez explorez la vie, les gars, et il faut arrêter de blâmer les femmes, les mecs, après tout, les femmes sont de pauvres petites victimes innocentes, et en tant qu’hommes, c’est de votre faute si les femmes se comportent mal ! Cette vieille rengaine devient agaçante, à force (Les hommes sont responsables de tout, les femmes ne sont responsables de rien).

Écoutez, franchement… Si les femmes ne sont responsables de RIEN, et si RIEN n’est de leur faute, même si elles se comportent en énormes CONASSES, alors, nous ne pouvons pas les traiter d’égal à égal. On ne peut pas les respecter. Nous devons les considérer comme des enfants (d’où le fameux message sur r/TRP : « she’s the most responsible teenager in the room »).

Si nous les traitons d’égal à égal, alors nous devons leur demander des comptes et arrêter de blâmer les hommes pour le compte des femmes qui agissent comme des salopes. Et vous, l’auteur de l’article initial, portez vos couilles, et arrêtez de dire aux hommes qu’ils sont aigris alors qu’ils ont de véritables griefs contre les femmes. Oui, toi l’auteur, tu dois arrêter de prendre les hommes de haut, même quand ils ne suivent pas ton style de vie muscu/tinder, ton opinion, ça ne vaut rien. Tu n’es qu’un primate à la recherche de son prochain orgasme, c’est tout ce que tu es. Physiquement, tu incarnes peut-être la masculinité, mais mentalement, tu es aussi mauvais que le féministe David Futrelle.

S’il vous plaît, Messieurs, choisissez un putain de camp, parce que je suis fatigué de lire ces raisonnements qui ne visent qu’à justifier les comportements des femmes. Faire croire aux hommes qu’ils doivent prendre leurs responsabilités vis-à-vis d’une chose sur laquelle ils n’ont aucun contrôle, c’est du n’importe quoi.

Les femmes ont toujours besoin d’obtenir la première place aux Jeux Olympiques des victimes, n’est-ce pas ? Et les hommes ET les femmes permettent collectivement cela. La société doit décider : est-ce qu’on traite les femmes comme des êtres incapables d’avoir un contrôle sur elle-même, et qui sont donc incapables d’être tenus pour responsables de leurs propres actions, ou alors, est-ce qu’on traite les femmes comme des êtres humains, c’est-à-dire comme des gens qui doivent être responsables de ce qu’ils font ? Cela implique qu’il faut arrêter de se battre en faveur des femmes et de valider leurs conneries en disant : « c’est la faute des hommes si les femmes se comportent mal, c’est aux hommes qu’il revient de faire quelque chose pour empêcher cela. C’est à vous, messieurs, de vous comporter d’une telle sorte que les femmes puissent s’épanouir. Une femme se comporte en fonction des hommes ». Mais oui, bien sûr. Parce que vous savez, le fait qu’elle ait « des problèmes avec papa » et que le féminisme lui ait appris que tout ce qui a une bite est une incarnation symbolique de Satan est sans importance, c’est DE VOTRE FAUTE si ça ne marche pas avec les femmes. Et donc la masculinité continue d’être humiliée et blâmée, de façon épique, comme jamais auparavant.

Regardez autour de vous, putain : ce sont les hommes ET les femmes qui ne vont pas bien en ce moment, en fait, c’est toute la société qui va mal. Les femmes sont trop violentes et trop sauvages, c’est le pire de leur féminité : se mettre tout le temps en colère. Les hommes sont trop confus, trop passifs et sans orientation. C’est là qu’intervient la pilule rouge, mais les hommes ne devraient assumer que la responsabilité de leur propre destin, et ils ne devraient pas prendre les responsabilités de quelqu’un d’autre, en particulier des femmes modernes. Je n’ai jamais souscrit à l’idée selon laquelle « si vous êtes un homme, c’est de votre faute si les femmes sont malheureuses », et je n’adhèrerai jamais à cette idée. Certaines femmes ne sont que des salopes, purement et simplement, et vous êtes un idiot si vous pensez pouvoir rendre le poison potable, ou apprivoiser le serpent indomptable. Il faut toute une putain de société pour mettre les salopes au pas, et la société nous a tous laissé tomber.

C’est des grosses conneries, tout ça : « la femme n’est pas responsable quand elle joue la carte de la victime, mais la femme doit être considérée comme votre égale en termes de représentation dans la société et en termes de respect ». Ce sont des messages contradictoires qui font vraiment chier. Et qui fait chier les jeunes hommes en particulier, et encore plus les jeunes hommes qui cherchent une relation à long terme. Voilà pourquoi je comprends les jeunes qui se disent « oh et puis merde ! » et qui cherchent des échappatoires. Je ne les blâme pas, ils font ce qu’ils perçoivent comme étant rationnel, ils veulent juste être heureux. La plupart des hommes sont simples. Ils n’ont pas besoin de toutes les manipulations et de toutes les mesquineries qui vont avec une relation de nos jours.

Quoi qu’il en soit, en mettant de côté les diatribes intentionnelles et provocatrices, j’ai trouvé que c’était un très bon article. Mais les femmes sont les vraies victimes, vraiment ? Putain, s’il vous plaît. Pour elles, la période 15-30 ans, c’est une fête non-stop. Après cela, soit elles font l’expérience de ce que les jeunes hommes ont vécu, mais dans l’équivalent du monde des filles, soit elles trouvent un homme Beta qui paie pour tout, elles se font baiser par l’un des derniers alphas de cette société efféminée, puis elles trompent l’homme Beta et l’escroquent par le biais du divorce/des pensions alimentaires, etc… Et je suis certain qu’il y en aura toujours un pour répondre : « ah mais c’est super ça ! C’est une chatte en plus pour moi, mec ! ».

Bref, merci pour le partage, j’ai vraiment apprécié la lecture.

J’espère que j’ai énervé quelques personnes qui ont lu ça, vous les connards qui ne font qu’aller à la salle de muscu, vous savez qui vous êtes. Un homme avec le corps d’un demi-dieu et l’esprit d’une fourmi est une caricature de la masculinité, vous me rendez malade, bande de connards. Si vous soulevez du très lourd, vous feriez mieux de lire aussi, putain (c’est l’équivalent mental de soulever) et arrêtez de dire des conneries du genre : « tout est la faute de l’homme ».


Source : commentaire sélectionné sous l’article « The Sexodus, Part 1: The Men Giving Up On Women And Checking Out Of Society » publié le 4 décembre 2014 par IllimitableMan.

Illustration : Magda Ehlers.