Faire face à la solitude que vous ressentirez pendant que vous travaillerez à faire partie du top 10 % des hommes.

Attention ! Cet article fait partie du projet TRP/SS. Vous consultez la section 3.14.5.

Grâce à la pilule rouge, j’ai enfin pu me consacrer à mettre ma vie en ordre. Style de vie, musculation et sport, mode et habillement, argent, etc… Me consacrer à devenir un homme qui se situe dans le haut du classement des self-made men(je dis « self-made » parce que si vous êtes sur ce subreddit, votre situation de vie ne vous a probablement pas mis dans cette position par défaut). Me consacrer à faire partie des hommes qui, entre autres, obtiennent le meilleur de ce que la vie a à offrir, ainsi que les meilleures filles, celles dont les autres hommes (95 %) ne font que rêver.

Mais pour devenir un tel homme, il faudra des années d’efforts intenses, suivies d’une vie entière d’entretien. Il n’y a pas de raccourcis. Il existe deux types d’amélioration de soi, et devenir un homme de haut niveau implique d’atteindre le second type.

  1. L’amélioration dont vous êtes le témoin.
  2. L’amélioration que tout le monde peut constater.

Disons que vous êtes un putain de maigrichon et que vous commencez à aller à la salle de sport tous les jours pour la première fois de votre vie. Chaque semaine, vous verrez une version légèrement améliorée de vous-même dans le miroir. Fantastique ! Continuez comme ça ! Dans 6 mois, les amis qui ne vous ont pas vu depuis un moment seront époustouflés. Mais en réalité, ce n’est que la première sorte d’amélioration de soi.

Ce n’est pas parce que vous et vos amis reconnaissez et célébrez vos améliorations que le monde entier le fera également. En fait, si vous ne faites que commencer, il est presque certain que le monde en général ne remarquera même pas votre réussite (pas encore). Un maigre qui a réalisé plus de six mois d’efforts laborieux à la salle de sport, en changeant son alimentation, c’est maintenant un type dont le corps est à peine inférieur à la moyenne.

Vous vous demandez pourquoi les filles canons ne réagissent pas bien, alors que vous avez fait tant de progrès et que vous êtes régulièrement validé par votre groupe de pairs ? C’est parce que les filles ne vous comparent pas à vous-même tel que vous étiez il y a six mois. Elles vous comparent à leur monde à elle. Aux mecs sexy, qui ont réussi, qui sont amusants et cool, qu’elles convoitent et avec qui elles s’entendent depuis l’âge de 12 ans.

Ça vous semble injuste ? Bien sûr. Mais si vous avez adopté la pilule rouge, et je veux dire vraiment adopté, vous en êtes venu à accepter que personne ne vous doit rien, et certainement pas des filles canons. Pour moi, c’était la partie la plus dure à comprendre. Encore plus difficile que les vérités de l’hypergamie.

Pour obtenir des résultats et faire partie du top 5% des hommes, vous devez payer votre dû avec une intensité d’effort que seuls le top 5% hommes est prêt à exercer. Pour jouer dans ce domaine, vous devez devenir l’un d’entre eux. Pour devenir l’un d’entre eux, vous devez investir si férocement en vous-même sur une période de temps si longue, que vos résultats doivent parler d’eux-mêmes non seulement à vous-même, mais aussi à la population en général.

Je ne dis pas que le premier type d’amélioration de soi n’est pas important. Et je ne dis pas que l’amélioration de soi ne doit être faite que pour obtenir l’approbation du monde, ou que votre approbation de vous-même n’est pas importante. Je fais seulement cette distinction entre les deux types pour que vous ne commettiez pas l’erreur d’attendre du monde qu’il vous réponde comme si vous aviez atteint le second type d’amélioration de soi, alors qu’en fait vous n’avez atteint que le premier type.

Car si vos résultats irréalistes ne se concrétisent pas, vous serez dégonflés, vidés et démotivés. Le premier type d’amélioration de soi est une condition préalable, et ce n’est qu’en appréciant vos propres résultats que vous conservez la motivation pour parvenir à avancer sur le long terme.

Pour s’améliorer au point de se retrouver dans le peloton de tête des hommes, il faudra des années. Franchement, beaucoup d’entre nous ici ne vont pas s’envoyer en l’air aujourd’hui. Certains d’entre vous n’ont peut-être pas baisé depuis des mois, voire des années. Beaucoup d’entre vous sont peut-être en surpoids, voire obèses. D’autres peuvent être répugnants de maigreur. Certains d’entre vous n’ont peut-être pas d’amis, peu de confiance en eux ou aucune estime de soi.

Bien. Nous sommes ici sur un article « pilule rouge », où nous acceptons la situation actuelle afin de pouvoir y travailler.

Ceci étant dit, venons-en à l’essentiel.

Si vous êtes ce genre de type que je viens de décrire, comment pouvez-vous atténuer l’aiguillon de la solitude que vous ressentez en suivant le chemin qui vous mènera à devenir un homme de haut niveau ? Vous en êtes peut-être à ce premier niveau d’amélioration personnelle où vous voyez les résultats vous-même et où vous vous sentez bien, ce qui est déjà une grande victoire. Mais le monde ne l’a pas encore constaté, et ne le fera pas avant un certain temps. Vous n’avez donc toujours pas de filles et vous n’avez pas le genre d’amis et d’expériences de vie que vous souhaitez. Vous êtes toujours seul.

Pendant que vous passez votre week-end à bien manger, à faire de la musculation, à acheter de plus beaux vêtements et à participer à une ou deux activités sociales intéressantes qui remettent en question votre zone de confort, vous vous sentez bien, mais vous ne pouvez pas vous empêcher de vous rappeler à quel point vous êtes vraiment seul. Partout, on vous rappelle que les gens vivent actuellement la vie que vous souhaitez. Il y a des filles sexy avec des mecs sympas qui se fréquentent lors de rendez-vous, il y a des groupes d’amis au restaurant, il y a de beaux couples profitant l’un de l’autre partout où vous regardez. C’est littéralement partout autour de vous.

Cela peut faire mal de savoir qu’alors que tant d’autres personnes profitent de cette soirée, de ce week-end, il ne vous reste plus qu’à espérer que votre avenir sera meilleur. Ce qui sera certainement le cas si vous devenez un homme de qualité. Néanmoins, l’aiguillon de la solitude existe toujours aujourd’hui.

Comme beaucoup d’hommes ayant pris la pilule rouge travaillent déjà pour devenir ce genre d’homme, j’aimerais savoir comment vous faites face aux réalités de la solitude alors que vous investissez fortement en vous-même. Vous avez peut-être des amis, mais c’est peut-être le genre de personnes avec lesquelles vous êtes uniquement parce que l’alternative est l’isolement. Peut-être avez-vous une fille que vous fréquentez, mais elle vous attire à peine et ne vaut guère mieux que la masturbation.

Vous êtes en train de vous développer et vous vous sentez capable d’avoir un nouveau but et de vous maîtriser, mais vous savez qu’il vous faudra beaucoup de temps avant de pouvoir faire une vraie différence dans votre situation. Avant que vous n’atteigniez ce deuxième niveau d’amélioration personnelle où vous êtes perçu par le monde comme un homme de qualité.

La pilule rouge est un voyage, pas une destination, mais cela ne veut pas dire que vous devez vous limiter à une vie de solitude en vous engageant dans une vie d’amélioration personnelle.

Comment garder l’objectif final en vue et ne pas laisser votre solitude actuelle ou votre manque de succès immédiat faire dérailler vos efforts ?

Commentaire en vedette, par « chivalry_augustus » :

Je sais que c’est démoralisant, mais … cela ne sert à rien de poursuivre ce style de vie et ce rêve si vous n’en voulez pas vraiment. Pour moi, avaler la pilule rouge a été une prise de conscience de la vérité. Je ne veux pas faire partie des 10 % d’hommes les plus importants, dans le sens où les femmes me percevront comme faisant partie des 10 % les plus importants. Ce que je veux dire par là, c’est que je ne veux pas travailler dur pour augmenter ma VMS juste parce que cela va augmenter ma VMS, surtout parce qu’être un « célibataire riche » n’a jamais été la façon dont j’ai prévu que ma vie se développerait.

En réalité, avaler la pilule rouge a été une prise de conscience et une acceptation de la futilité et de la réalité du vide de l’existence. Si, en effet, je deviens riche, ou si je deviens étonnamment séduisant, ou si je deviens ceci ou cela ou quoi que ce soit d’autre, ce sera parce que j’ai voulu faire cela pour moi. Je deviendrai grand pour mon propre bien, si c’est le cas. Mais en ce qui concerne les femmes, quel sens cela a-t-il pour moi de m’élever au-dessus des autres hommes, juste pour que la moitié insipide de la population humaine puisse m’apprécier à un niveau superficiel ?

C’est là que j’ai vraiment du mal avec certains des éléments de la pilule rouge. Ma vie telle que je la vois maintenant est dépourvue de pression ou d’ambition. J’ai envie de m’amuser pendant une décennie et de voir le monde. Je ne me soucie pas particulièrement de savoir si je vis ou si je meurs. Je suis plus heureux que je ne l’étais, mais je le suis encore plus parce que j’ai adopté le sentiment absolu de solitude qui prévaut inévitablement lorsque l’on réalise qu’en réalité, tous les hommes sont des îles. La solitude est la réalité qui prévaut et vous devez déterminer ce que vous allez faire exactement en sachant que vous êtes seul.

Je sais que le fait de considérer la solitude comme un contexte peut sembler pervers à certains, mais c’est, selon moi, la nature nihiliste des choses. C’est pourquoi s’engager à s’améliorer me semble être une idée folle, à moins d’en avoir vraiment envie. Pour moi, il faut d’abord accepter et embrasser la solitude, et de là, progresser jusqu’à décider si, et comment, finalement, vous allez y faire face. Mais je ne comprends pas cette obsession constante qui consiste à « être un homme de qualité ». En fin de compte, vous allez payer votre cotisation encore et encore pour gagner un prix qui, à la fin de tout, n’est pas du tout un prix. C’est juste une vie de labeur dans l’espoir de compenser une vie de frugalité.


Source : « Dealing with loneliness as you work toward becoming a top 10% man » publié le 21 septembre 2014 par nowboarding.

Illustration : Magda Ehlers.