L’amour est irrationnel.

Attention ! Cet article fait partie du projet TRP/SS. Vous consultez la section 4.1.8.

Nous avons une relation « amour – haine » avec les femmes. Je veux dire, parlez pour vous, mais je n’aime pas les femmes. En les voyant pour ce qu’elles sont, j’apprécie ce qu’une minorité de femmes bien élevées peuvent apporter à ma vie et je peux voir à quel point les hommes sont des idéalistes romantiques qui ont besoin d’une femme dans leur vie pour « avoir cette connexion qu’ils ne peuvent pas avoir avec un autre homme », mais en même temps les femmes ne doivent pas faire l’objet d’un culte ou être adorées comme des déesses. Les femmes occidentales en général ne sont que des personnes de peu d’intérêt. Nous avons toutes les raisons du monde de les haïr, mais le fait d’être haineux ne vous aide pas à vous améliorer, alors vous devez dépasser cela pour le bien de votre propre santé mentale. Pour ce faire, vous devez être sélectif avec les femmes que vous fréquentez et vous devez des stratégies « pilule rouge » pour établir votre cadre, maintenir votre position dominante, profiter de leurs aspects positifs tout en atténuant leurs aspects négatifs et, si nécessaire, les laisser tomber comme de la merde quand elles franchissent la ligne rouge. Ce que beaucoup de femmes, voire presque toutes, feront un jour ou l’autre.

Je pense qu’aimer, vénérer les femmes ou même les préférer aux hommes, malgré le fait d’avoir lu beaucoup de choses sur la pilule rouge, ce n’est pas du tout « pilule rouge », c’est plutôt « pilule bleue » à fond. Cela ressemble à quelque chose comme ça : vous étiez « pilule bleue » parce que vous étiez ignorant. Ensuite, vous êtes passée à la pilule rouge et à l’amertume de cette réalisation. Puis vous avez pris la pilule violette et vous vous êtes volontairement replongé dans l’ignorance parce que les vérités de la pilule rouge étaient trop douloureuses. Mais maintenant, vous n’avez plus l’excuse de la pilule bleue, juste le fait que la réalité fait mal et que vous ne pouvez pas gérer la douleur qu’elle vous cause. Pour être honnête, je ne sais pas ce qui est le plus pathétique : un mec qui n’a jamais compris ou un mec qui a tout compris mais qui ne pouvait pas supporter la vérité. Je ne veux pas présenter une fausse dichotomie car elle peut certainement être plus nuancée, mais vous voyez ce que je veux dire, je n’essaie pas d’aller trop loin avec cette idée précise.

En fin de compte, je pense que nous combattons nos instincts. Nos instincts sont d’être romantiques les femmes, de prendre soin d’elles, de les entretenir et de les protéger, de rechercher des faveurs sexuelles en échange de la transmission de nos gènes. Entre-temps, notre culture a faussé nos instincts, ce qui est dangereux pour notre propre survie, enfermés que nous sommes par l’endoctrinement culturel marxiste qui nous rend davantage dépendants des femmes qui ont, elles, été formées à être moins empathiques, plus narcissiques et plus prédatrices dans leur vision des hommes et dans leur relation avec eux. Les femmes sont gérables lorsque leur ego est maîtrisé (c’est pourquoi le « negging » fonctionne), mais si on leur permet de se laisser aller, elles deviennent incroyablement narcissiques pour les choses les plus triviales et les plus stupides (comme faire un selfie). Ajoutez à cela la prédisposition naturelle de l’homme à être romantique et l’instinct machiavélique inhérent à la femme, et vous obtenez une catastrophe qui ne demande qu’à se produire. Ce dans quoi nous vivons ici, c’est une culture qui lave le cerveau des hommes pour qu’ils cèdent à leurs instincts romantiques au lieu de les utiliser de manière sélective et d’y céder sporadiquement ; tout en disséquant et en supplantant leur masculinité pour peupler leur psyché de points de vue féminins. Ces points de vue féminins se mêlent alors à l’instinct protecteur/prestataire masculin (le concept masculin intégré du romantisme), de sorte qu’il est difficile de distinguer ces points de vue les uns des autres. C’est en partie pour cette raison que les hommes se chamaillent parfois pathétiquement sur « ce qu’est l’homme Alpha », en particulier en ce qui concerne les femmes et les relations à long terme, le domaine qui est sans doute la sphère la plus délicate pour un homme, et en particulier pour un homme qui a pris la pilule rouge.

Le féminisme, aussi institutionnalisé qu’il soit dans la société, est responsable de l’exacerbation du narcissisme féminin, encourageant les femmes à être narcissiques et à manifester leurs pires traits de caractère (hypergamie, « entitlement » et solipsisme) pour faire de nous (les hommes) des boucs émissaires collectifs, pour leur propre amélioration matérielle. En fait, la génération actuelle de femmes a été formée à utiliser les hommes plutôt que d’apprendre à les aimer et à travailler avec eux malgré nos différences sexuelles monumentales. Cela a été facilité en partie par le fait que les femmes ne peuvent plus aimer/se confier/se lier à un seul homme, parce qu’on les encourage à être « sexuellement positives », c’est-à-dire à être d’énormes salopes. C’est très bien si vous voulez du sexe occasionnel, mais c’est mauvais si vous voulez vraiment être amoureux. Plus une femme a eu de partenaires, moins elle est capable de tomber amoureuse. Une femme qui a eu beaucoup de bites et de relations, quelle que soit la raison, est presque incapable de se mettre en couple. Ces femmes sont souvent amères et elles se sentent redevables de leur chaîne de prétendants, ce qui est un symptôme de leur narcissisme latent. En conséquence, elles considèrent les hommes collectivement comme un segment de la population qui peut être exploité pour leurs propres profits.

Alors qu’on incitait traditionnellement les femmes à dépendre des hommes, on diabolise la dépendance d’une femme envers un homme aujourd’hui. Au lieu de cela, les femmes dépendent maintenant de plus en plus des hommes indirectement, par le biais des efforts de redistribution du gouvernement. En optant pour la dépendance directe des hommes, les femmes choisissent des méthodes insidieuses (manipulation délibérée et « gold digging ») plutôt que des méthodes cohésives et fonctionnelles (une promesse de loyauté sexuelle et une union axée sur la création/le maintien de la famille). En tant qu’espèce, nous sommes peut-être naturellement polygames, mais notre civilisation est basée sur la monogamie, nous sommes donc dans une impasse où nous devons choisir ce qui est le plus important pour nous. Liberté sexuelle hédoniste ou famille ? Vous profitez du déclin ou vous vous efforcez de reconstruire la civilisation, une relation à long terme à la fois. La plupart des hommes semblent avoir renoncé à l’espoir de fonder une famille, d’autres s’accrochent naïvement. Certains sont raisonnablement compétents pour « maintenir une femme » à long terme malgré toutes les difficultés qui se dressent contre eux, mais la situation est sinistre.

Sans une société patriarcale en place pour faire respecter l’honneur, notre capacité à aimer les femmes est diminuée parce qu’elles ont la capacité de nous détruire et de s’en sortir. En raison de quelques différences fondamentales : leur manque de logique, leur manque d’honneur et leur capacité exceptionnelle à rationaliser et à se faire croire que les mauvaises choses qu’elles font sont nécessaires à leur propre bien-être émotionnel et  sont donc « justes » et parfaitement acceptables (ceci est aidé par une logique faible et c’est un instinct qui l’emportera même sur les femmes qui possèdent étrangement une forte logique), les femmes ne se tiennent tout simplement pas comme responsables, comme le ferait un homme. La société non plus. En faisant d’elles nos égales juridiques et sociales (en fait, nos supérieures) sans qu’elles soient nos égales logiques et spirituelles, nous avons rompu l’équilibre entre le leader et le suiveur, le capitaine et le second, et nous nous sommes rendus vulnérables à l’impulsivité de leurs caprices émotionnels. Qu’est-ce que cela a engendré ? Une déstabilisation totale de la société. Cela a entraîné des divorces, des suicides et tout un tas d’autres emmerdes que ne compense pas le toucher doux, la voix douce, les cheveux longs et les baisers doux d’une fille sexy. Malgré toute la critique qu’ils reçoivent, les MGTOW sont les plus rationnels ici. Ils sont rationnels dans la poursuite de leur propre bonheur, mais d’un point de vue évolutionniste, ils sont irrationnels pour avoir effectivement consenti à mettre fin à leur propre lignée génétique. S’il n’y a jamais eu une guerre entre la nature et l’éducation, c’est celle-là.

Oui, nous sommes peut-être biologiquement programmés pour être romantiques afin de transmettre notre ADN, mais non, il n’est pas rationnel d’« aimer les femmes » d’un point de vue contemporain. Je crains que les hommes qui se livrent à l’irrationalisme soient condamnés, quoi qu’ils sachent sur les femmes, parce qu’ils sont prêts à ignorer toutes sortes de signaux d’alarme au nom de l’« amour ». Les femmes sont vraiment l’ultime faiblesse de l’homme, aussi répugnant que cela soit de le reconnaître. Ce que tous les hommes doivent savoir, c’est que vous ne pouvez jamais « tomber amoureux d’une femme » et céder au désir romantique le plus profond qui est en vous. C’est un privilège réservé aux femmes. En tant qu’homme, vous ne devez pas laisser l’amour vous consumer. Vous devez toujours le gérer dans votre intérêt à tous les deux et pour le succès de la relation. Si elle ne cède pas ou ne vous permet pas de faire ce qui doit être fait, vous devez vous retirer de la relation. C’est probablement l’une des pilules les plus amères à avaler qui soient. Vous ne pouvez jamais « juste être amoureux ». Jamais. Vous ne l’êtes pas. On ne peut pas se reposer sur ses lauriers.


Source : commentaire sous l’article « Woman wins highest prize in mathematics », publié le 12 août 2014 par IllimitableMan.

Illustration : Magda Ehlers.