Concentrez-vous d’abord sur vous-même. Et en deuxième, concentrez-vous sur… Et en troisième, concentrez-vous sur… et Bla bla bla… Les femmes ne viennent qu’en septième position.

Attention ! Cet article fait partie du projet TRP/SS. Vous consultez la section 3.14.2.

Beaucoup de gens (surtout les nouveaux arrivants) découvrent la pilule rouge en se demandant « que dois-je faire spécifiquement pour améliorer ma vie ? ». Ils ne sont pas à la recherche de théorie académique sur les femmes et sur le power-talk, ils ne cherchent pas à discuter sur le fait que les femmes sont merdiques et que tel ou tel homme est un homme Alpha ou un homme Beta. Ils recherchent une aide concrète. Des conseils qu’ils peuvent mettre en œuvre dès aujourd’hui pour améliorer leur vie.

Tout d’abord, inscrivez-vous à une salle de sport ou commencez à y aller si vous êtes déjà inscrit mais n’y allez pas régulièrement. Ou retournez-y si vous aviez l’habitude de faire de l’exercice et que vous avez arrêté. Prenez du temps pour cela. Tous les jours. Ou peut-être 6 jours par semaine. Ou tous les deux jours si vous avez des choses à faire. Mais au minimum 3 fois par semaine et même davantage si vous le pouvez. Faites de la musculation. Cherchez à faire du « stronglifts 5×5 » ou quelque chose de comparable, et faites-le, putain. Avec cardio entre les deux si vous y allez tous les jours. C’est votre moment. Ne parlez pas aux filles. Ne parlez pas aux mecs. Ne gâchez pas votre heure de gym. Entraînez-vous. Ça va être nul au début, mais ça deviendra plus facile. Voici la clef : peu importe si vous devenez plus fort ou si vous avez l’air différent après un mois. La façon dont vous marchez, dont vous parlez et la façon dont vous vous comportez s’améliorera, d’une manière que vous ne remarquerez pas mais que d’autres remarqueront, si vous savez que vous avez fait tout ce que vous pouviez pour préparer votre corps à affronter la journée, chaque jour. Et il est tout simplement bon pour vous de vous muscler un peu.

Deuxièmement, mangez bien et dormez suffisamment. Rester éveillé jusqu’à 4 heures du matin pour boire de la bière, c’est bien quand on a 19 ans et qu’on étudie pour un examen à l’université, mais on est une vraie personne maintenant, et on se réveille à 5 heures du matin pour faire de l’exercice. Alors, mangez de la vraie nourriture (pas des barres de protéine et des milk-shakes), arrêtez les boissons gazeuses, les boissons énergétiques et autres conneries, limitez l’alcool à la consommation sociale, apprenez à cuisiner et achetez de la vraie bouffe dans une vraie épicerie saine. Et dormez 8 à 9 heures par nuit. Vous n’avez rien à prouver à personne en restant debout jusqu’à minuit. Vous avez un travail, un régime d’entraînement et une vie à vivre. Le manque de sommeil entrave tout cela et fait de vous un être humain moins efficace et moins attirant.

Troisièmement, trouvez un emploi si vous n’en avez pas. Trouvez un bon emploi si vous avez déjà un emploi de merde. Prenez de l’avance sur votre travail si vous en avez déjà un. Vous pouvez consulter n’importe quel site d’emploi, mais soyez prévenu : chaque offre d’emploi que vous verrez sur Internet sera accompagnée d’un millier de CV. Faites une recherche générale sur les entreprises de votre secteur et envoyez-leur simplement des lettres et une copie de votre CV. Effectuez un suivi dans la semaine. Par téléphone, pas par courrier électronique. Parlez à toutes vos connaissances et rencontrez des personnes que vous n’auriez jamais pensé à approcher. La mise en réseau est le meilleur moyen de trouver un emploi, et le fait d’avoir un emploi de jour et un revenu régulier influe sur votre façon de marcher et de parler. Même si vous ne le remarquez pas, d’autres le feront. Même si vous êtes à l’école, trouvez un emploi à temps partiel en faisant quelque chose de cool. C’est un excellent sujet de conversation, et lorsque vous aurez enfin terminé vos études, le fait que vous ayez fait autre chose que d’aller à l’école ces quatre dernières années vous distingue des autres diplômés de l’enseignement supérieur qui commencent à envoyer leur CV aux employeurs.

Quatrièmement, parlez à des étrangers. Tout le temps, putain. Vous faites la queue quelque part ? Dans un café ? Le syndicat étudiant de votre université ? Êtes-vous dans une rue ou dans un bâtiment, ou à la salle de sport ou n’importe où ailleurs où d’autres personnes existent et ne sont pas occupées à travailler ? Discutez avec des étrangers. Vous n’essayez pas de vous faire un nouveau meilleur ami ou d’avoir un rendez-vous. Vous discutez simplement avec des gens, hommes et femmes, pendant 30 à 60 secondes maximum, peut-être 10 personnes par jour. La plupart de ces conversations n’aboutiront à rien et seront très maladroites, mais vous rencontrerez peut-être quelqu’un que vous pourrez ajouter à votre réseau et contacter plus tard. Mais surtout, vous surmontez la peur inhérente que nous avons tous du rejet. Vous parlez à des étrangers sans vous soucier de ce qu’ils vont dire ou penser, c’est gênant et stupide, c’est nul, vous avez l’air idiot et vous n’avez rien à dire. Mais dans six mois, vous vous rendrez compte que vous savez vraiment bien parler aux gens, que les étrangers ont aussi peur de vous que vous avez peur d’eux, et que vous avez développé un don pour amener les autres à rechercher votre approbation, plutôt que l’inverse. Cela se traduit par plus de succès dans les rencontres avec les femmes, plus de confiance dans les entretiens d’embauche et dans les fonctions commerciales/sociales, etc.

Cinquièmement, rejoignez certaines associations professionnelles, des groupes de loisirs, commencez à prendre des cours de guitare ou d’art martial, ou quelque chose qui vous intéresse, sans rapport avec votre travail quotidien. Vous avez besoin de faire autre chose que travailler, préparer le dîner et dormir. Sinon, vous êtes une petite merde ennuyeuse. Intéressez-vous à quelque chose. Cuisiner ? Faire du savon ? Faire des explosifs ? Aller au stand de tir ? Je m’en fiche. Mais si vous êtes un homme, vous avez au moins été intéressé passivement par beaucoup de choses au fil des ans. Choisissez quelques articles qui vous intéressent le plus et examinez-les. Vous ne vivrez pas éternellement.

Sixièmement, étudier le jeu de séduction. Peu importe que vous soyez en forme, en bonne santé, que vous réussissiez, que vous soyez sociable et que vous soyez intéressant. Les femmes et l’art de les convaincre de vous baiser, c’est quelque chose de différent de tout ça. Si vous ne savez pas comment parler aux filles de manière sexuelle, vous mourrez en homme riche et vierge, super canon, très intéressant et sans jeu de séduction. Vous devez apprendre à traiter les femmes comme n’importe qui d’autre, à être indépendant des résultats, à parler subtilement de sexualité, à les toucher de manière non maladroite et à escalader la situation jusqu’à une rencontre sexuelle. C’est une compétence acquise, et non quelque chose qui « arrive » naturellement, comme les femmes vous le diront. Pour elles, cela arrive tout simplement. Pour vous, c’est une compétence pratiquée, et faire en sorte que cela arrive est quelque chose qui est complètement indépendant de l’apparence/la forme physique, du succès, des passe-temps et des compétences sociales. Avoir tout cela rend le jeu de séduction beaucoup plus facile (c’est pourquoi la séduction vient en sixième position sur cette liste), mais tout cela sans le jeu ne vous permettra pas de vous envoyer en l’air, et le jeu sans tout cela vous rendra la vie beaucoup plus difficile.

Enfin, commencez à sortir tous les week-ends, et/ou peut-être un soir par semaine, et approchez les femmes. Constamment, de la même manière que vous avez parlé aux étrangers. Notez que c’est le septième point de ma liste, et ce n’est pas si important que ça. Les femmes n’ont pas d’importance si vous n’avez pas fait les étapes 1 à 6. Et vous pouvez être heureux et réussir en faisant les étapes 1 à 6 et en oubliant tout ce qui concerne les femmes. C’est en fait la clef. Si vous n’êtes pas heureux, tout seul, avec ce que vous êtes, ce que vous avez fait et ce dont vous êtes capable, alors vous n’arriverez jamais à décrocher une femme (qui n’en vaut pas la peine de toute façon). Si vous êtes en bonne forme physique ou au moins confiant dans votre programme de sport, en bonne santé et bien reposé, si vous avez réussi professionnellement, si vous n’êtes pas maladroit socialement, si vous avez des passe-temps et des centres d’intérêt, et si vous êtes au moins décemment compétent dans le jeu de séduction, vous avez enfin une chance de ne pas être rejeté par la femme moyenne. Comme indiqué ci-dessus, traitez les femmes comme si elles étaient des étrangers. Il suffit de leur parler comme à n’importe qui d’autre, d’une manière non maladroite, et vous êtes déjà différent de tous les autres mecs, qui n’ont pas le courage de se lever et de parler (et quand ils le font, c’est maladroit). Le simple fait de parler aux femmes et de se présenter comme un homme non maladroit vous place dans le quart supérieur des hommes. Le fait d’être subtilement sexuel et d’intensifier la relation par le toucher vous place dans le top 20 %, à peu près. Ne pas se soucier de savoir si on vous refuse ou non et passer à la femme suivante comme celle qui vient de vous rejeter ne compte pas, cela vous place dans le top 15 %. Le fait d’être en bonne santé, de réussir, d’être socialement apte et intéressant, en plus d’un bon jeu de séduction, cela vous place dans le top 10 %.

Les 10 % des meilleurs baisent tous les week-ends. Peut-être pas par toutes les femmes qu’ils approchent, mais à la fin de la nuit, vous aurez un plan cul disponible. Mais cela vient après quelques semaines ou quelque mois de travail acharné. La clé, c’est d’être heureux sans les femmes. Si vous êtes en bonne santé, que vous réussissez, que vous êtes socialement apte et que vous possédez des compétences et des passe-temps utiles et intéressants, vous devriez pouvoir mener une vie décente sans femmes. Les femmes préfèrent faire la queue pour être l’accompagnement de votre vie géniale plutôt que d’être le plat principal d’un menu vide par ailleurs. 


Source : « Focus on you first. And second. And third. And…blah blah…Worry about women seventh » publié le 24 juillet 2014 par Archwinger.

Illustration : Magda Ehlers.