Soyez égoïste, méprisant, amusé, et communiquez moins. Les clefs du succès.

Attention ! Cet article fait partie du projet TRP/SS. Vous consultez la section 4.3.14.5.

Alors que j’échangeais des textes avec certains de nos bons amis concernant le « Purple Pill Debate », j’ai accidentellement trouvé un résumé en quatre points des principaux concepts que j’ai tirés de la pilule rouge et qui ont le plus amélioré mon mariage. En fait, cela semble assez simple quand on le résume : être égoïste, ne pas tenir compte des comportements indésirables, s’amuser de la colère d’autrui et communiquer moins plutôt que plus. Bien sûr, les enseignements conventionnels de la société nous disent que c’est une voie sûre vers le divorce et le malheur. Pourtant, à maintes reprises, dans toutes nos interactions avec les femmes, c’est exactement le contraire qui s’avère vrai. Si vous faites ces quatre choses, vous avez une bonne vie sexuelle et une bonne vie familiale. Si vous faites le contraire de ces quatre choses, comme la société vous dit de le faire, vous avez une relation sans sexe avec une salope irrespectueuse et vous vous faites tromper et larguer, ou vous subissez un divorce.

Soyez égoïste.

Aucune femme ne respecte un homme qui ne se respecte pas lui-même. Vous vous respectez vous-même en vous faisant passer en premier. En sachant ce que vous voulez et en prenant des mesures pour l’obtenir. En étant franc et honnête et en disant franchement ce que vous voulez. En faisant ce que vous voulez. En ne faisant aucun compromis sur ce que vous voulez.

Il est évident qu’être égoïste ne signifie pas être irrespectueux. Ne sautez pas la fête d’anniversaire de votre enfant pour aller à la gym. Ne prévoyez pas de boire des bières avec vos collègues le jour de votre anniversaire. Vous pouvez faire preuve d’un peu de souplesse. Vous êtes censé penser à votre femme de temps en temps. Et quand vous êtes un homme qui se met généralement en avant et fait ce qu’il veut, alors les rares fois où vous pensez à votre femme, c’est spécial pour elle et elle apprécie ce que vous avez fait pour elle. Inversement, si vous êtes généralement un type qui se sacrifie et qui fait toujours des conneries pour elle, alors rien de ce que vous faites n’est spécial ou valorisé. C’est ordinaire. En fait, si vous arrêtez un jour de faire toutes ces conneries pour elle ou si vous baissez légèrement votre comportement d’abnégation, vous ne « vous montrez pas à la hauteur » et elle se plaindra.

Ne demandez pas à votre femme la permission de faire quoi que ce soit. Dites-lui simplement ce que vous allez faire et quand. Il est normal qu’elle sache quand vous ne serez pas là/disponible. Alors, dites-lui. Mais ne lui demandez pas. Votre femme va se plaindre. Elle va délibérément planifier des choses en plus de votre heure de gym, de vos événements professionnels après le travail, de votre temps avec vos amis, et vous demander d’annuler et de reprogrammer des choses. Dites-lui non. Si elle se plaint, dites-lui que vous lui avez dit ce que vous faisiez et quand, et dites-lui de reprogrammer ou d’annuler ses conneries.

Soyez dédaigneux à l’égard des comportements indésirables.

Un conseil que les parents donnent toujours, c’est que lorsque votre enfant de 1 à 3 ans fait une crise de colère, il faut s’en aller. Ne vous engagez pas dans ce petit combat. Cela ne ferait que renforcer leur comportement de merde en le récompensant par l’attention qu’il recherche. Mais les parents ne se rendent souvent pas compte que ce même conseil s’applique également aux adultes.

Lorsque votre femme se plaint de quelque chose qui n’est pas une question de vie ou de mort, ou essaie de se disputer à propos de quelque chose, ne vous disputez jamais. Car, à l’exception de ces rares cas d’importance réelle qui sont faciles à reconnaître, elle n’est pas à la recherche d’une solution à sa plainte ou d’une résolution à son conflit. Elle cherche à obtenir une validation. Attention. Lorsque vous répondez à une plainte, vous la validez. Vous avez pris quelque chose de trivial et sans importance et vous l’avez traité comme un sujet de discussion légitime.

Mais ce conseil ne s’étend pas seulement aux comportements de salope. Si votre femme parle sans cesse d’une fille ennuyeuse au travail et que vous n’avez pas le temps d’écouter ou que cela vous ennuie, vous n’avez pas à le faire. Vous pouvez lui couper la parole si vous le souhaitez. Vous pouvez répondre par des grognements tout en faisant autre chose. Vous pouvez vous abstenir de valider ce comportement en retirant votre attention. Évidemment, vous devriez écouter votre femme la plupart du temps. Cet exemple, c’est juste pour illustrer que l’acte de mépris peut s’appliquer à tout comportement indésirable. Pas seulement le fait que votre femme se comporte en garce, le refus irrationnel d’avoir des relations sexuelles, le flirt ou le bavardage avec d’autres hommes, etc…

S’amuser de la colère d’autrui. 

Il ne s’agit en fait que d’un sous-ensemble du point 2 ci-dessus, mais comme les tentatives de disputes, de plaintes et de bagarres à la chaîne sont le premier choix de test de la plupart des femmes, cela justifie son propre point de vue. La meilleure façon d’être dédaigneux est de trouver quelque chose de divertissant et d’amusant. Elle essaie de vous secouer, de vous énerver, de vous mettre à son niveau, et au lieu de cela, vous tirez profit de ses actions, et réagissez comme vous le feriez avec un enfant – en réagissant au fait qu’elle communique et à la manière dont elle communique, plutôt qu’en abordant la question feinte qu’elle soulève.

Si vous devenez en colère, sur la défensive, blessé, etc… alors le message que vous avez envoyé à votre femme est : « tu es plus puissante que moi. Tu as le pouvoir d’affecter mon état émotionnel. Je ne décide pas de ce que je ressens. C’est toi qui décides. Je ne prends pas ma vie en main. Je ne fais que réagir à tes émotions. Je suis un spécimen masculin indigne et faible. S’il te plaît, abstiens-toi de faire l’amour avec moi et trouve-toi un vrai homme ». En fait, si vous abordez le problème, vous dites : « Tu contrôles ce qui est important et ce qui ne l’est pas dans nos vies. Tu fixes mes priorités simplement en parlant. Tu es mon patron ».

Votre femme ne veut pas que vous vous mettiez en colère. Elle veut que vous restiez un rocher solide, sur lequel elle peut compter. Malgré ce que la société essaie de vous dire, votre travail consiste à être le rocher sur lequel elle pose ses fondations, et votre « job » ne consiste pas à aborder chaque problème avec toute votre attention et à communiquer vos sentiments constamment. Votre femme peut parler de ces choses avec ses amies. Elle a besoin que vous soyez un homme.

Le bonus supplémentaire est que si vous êtes toujours amusé, stoïque et inébranlable, alors les rares fois où vous élevez la voix ou que quelque chose vous exaspère, votre femme saura que vous exprimez votre colère intentionnellement, et avec un grand dessein, parce que le problème est important. Les rares fois où vous vous mettez en colère, elles sont spéciales et vous attirerez son attention.

Communiquez moins, pas plus.

La solution proposée par le monde entier aux problèmes relationnels est la communication. Et si cela ne fonctionne pas, le conseil, où la conseillère, peut vous faire communiquer un peu plus.

Mais lorsque votre femme rentre à la maison après sa journée de travail (ou de repos, selon sa situation) et commence à se plaindre d’un collègue ou d’un ami, et qu’elle discute sans arrêt pendant 45 minutes de cette autre personne que vous connaissez à peine et dont vous ne vous souciez pas, elle ne veut pas que vous lui offriez des solutions ou des conseils. Elle veut juste que vous restiez assis et que vous l’écoutiez. Que vous communiquiez moins. Que vous disiez simplement « mmhh » et que vous hochiez la tête. Elle veut que vous écoutiez ses sentiments, mais elle ne veut pas que vous lui disiez ce que vous pensez.

Et lorsque vous avez des difficultés au travail et que vous risquez d’être licencié à la fin de la semaine, c’est la dernière chose qu’elle veut entendre de votre part. Si vous lui parlez de vos soucis, elle s’inquiétera aussi, et elle ne pourra rien faire pour résoudre le problème. Donc, en communiquant, vous l’avez rendue triste. Elle ne vous larguera pas parce que vous n’aurez pas de salaire dans 5 jours. Elle te largue en réalité parce que tu la rends triste, surtout quand tu lui exprimes des choses qui donnent l’impression que tu n’as pas de quoi t’occuper.

Le plus grand test sera lorsqu’elle vous dira que vous ne parlez jamais de vous ou que vous ne lui exprimez jamais ce que vous ressentez et qu’elle vous demandera de lui faire part de vos sentiments. Mais rappelez-vous, les gars, c’est un test, et la bonne réponse est : acceptez et amplifiez. « Voyons voir. Je me sens affamé. Et excité. Définitivement excité. Mais surtout affamé. Si tu avais porté une jupe plus courte, on aurait peut-être pu inverser les deux, mais je vais aller chercher à manger ». Son moi intérieur hochera la tête en signe d’approbation quand vous direz ça. « Ouais. Toujours un homme ».

Être égoïste. Être dédaigneux des comportements indésirables. Être amusé par la colère d’autrui. Communiquer moins, et non pas plus.


Source : « Be selfish, dismissive, amused, and communicate less — the keys to success » publié le 13 juin 2014 par Archwinger.

Illustration : Magda Ehlers.