La « valeur sur le marché sexuel » est-elle réelle ?

Je n’ai jamais reblogué un article auparavant, mais à la lumière de toute l’attention que mon graphique sur les VMS comparative des hommes et des femmes a reçu récemment, c’était trop beau pour ne pas le faire. La raison pour laquelle ce graphique agite autant les critiques est qu’au premier coup d’œil (généralement la seule considération qu’on lui accorde), il met en colère ceux qui ont un fort investissement personnel dans une mentalité égalitaire/féminisée. Pour cette raison, les critiques présument que je juge d’une manière ou d’une autre la valeur intrinsèque d’un homme ou d’une femme en fonction de leur position sur ce graphique, sans tenir compte de la raison pour laquelle je l’ai créé ou de son but objectif. C’est du genre « Mdr J’ai pas lu, on ne doit pas juger les gens, où sont les sources ? etc… ».

J’encourage tous les détracteurs de ce graphique à lire l’intégralité des articles « Examen final – évoluer sur le marché sexuel », « La valeur sur le marché sexuel dans le monde des filles », « La malédiction du potentiel ». Si vous ne lisez pas ces articles, vous ne comprendrez que très partiellement et très imparfaitement ce graphique.

Dans l’article « Sexe, mensonges et statistiques », j’ai rappelé que la VMS correspondait très bien aux études existantes (liens fournis). Je ne doute pas que tous les critiques s’en prendront à la source pour tenter de la disqualifier, mais considérez que mon graphique a été dessiné comme une illustration objective basée sur un agrégat d’expériences et d’observations masculines sans l’aide des chiffres présentés ici. Encore une fois, il reflète ces tendances avec une précision effrayante.


Source : « SMV – Is it Real? » publié par Rollo Tomassi le 25 octobre 2013.