États-Unis : le marché sexuel nord-américain favorise plus que jamais les hommes Alpha.

Les USA, c’est une société qui baigne dans le narcissisme. En tant que telle, la sexualité américaine est très influencée par cet égocentrisme. Cependant, c’est aussi une société qui s’adresse aux femmes – c’est une société qui est centrée sur les intérêts et les désirs des femmes. Ce que l’on confond souvent avec le privilège masculin, c’est le fait que les femmes sont extrêmement intéressées par les mâles alpha. Les féministes qualifieraient cet intérêt des femmes pour les mâles alpha de privilège masculin, mais ce qui se passe réellement, c’est que les femmes sont sexuellement attirées par les mâles alpha et que, de toute évidence, ces mâles bénéficieront d’une grande visibilité dans la société et les médias.

C’est ce que l’on constate dans les cercles féministes avec les luttes acharnées sur les normes de beauté, les carrières et les relations entre hommes et femmes. Les féministes lesbiennes ne se soucient guère que les femmes hétérosexuelles obtiennent les hommes qu’elles désirent – elles ne veulent pas être jugées pour leur laideur et leur manque de féminité. Elles essaient de prétendre qu’elles se soucient de l’oppression sexiste des normes de beauté, mais en réalité, elles veulent juste changer ces normes pour leur propre bénéfice. La lutte entre ces camps est narcissique et fondée sur leur propre sexualité. Les lesbiennes ont l’avantage d’ignorer la sexualité masculine ; les femmes hétérosexuelles ne peuvent pas ignorer la sexualité masculine si elles souhaitent avoir une véritable vie sexuelle en dehors des limites de leur propre imagination.

La hiérarchie sexuelle en Amérique est la suivante :

Hommes Alpha > Femmes > Hommes Beta > Hommes Omega.

Pour les besoins de cet exposé, les hommes Alpha sont définis comme les hommes que les femmes trouvent sexuellement attirants, les Hommes Beta sont des hommes que les femmes considèrent comme des pourvoyeurs potentiels… et les omégas sont des hommes qui ne baisent jamais.

Les alphas ne sont pas nécessairement narcissiques, mais ils possèdent certaines de ces qualités parce qu’ils sont privilégiés par l’adoration sexuelle des femmes. Lorsqu’une personne fait l’objet de tant d’attention positive, il va de soi que le narcissisme peut se développer. Souvent, cependant, le narcissisme ne se développe pas. Ce qui se développe souvent, c’est une mentalité d’abondance qui se traduit par une approche plus indifférente des femmes. Le narcissisme des femmes, cependant, modifie radicalement la hiérarchie sexuelle.

Les femmes cherchent l’égalité avec les alphas en essayant de devenir elles-mêmes des alphas. Elles veulent que leur argent excite les hommes, que leur hargne et leur indépendance fassent saliver les alphas. Elles veulent travailler à leurs côtés dans des professions de haut niveau – pensez à Boston Legal et Grey’s Anatomy. Elles veulent des foules de fans qui se déchaînent sur leur musique en direct. Elles veulent des alphas adorateurs qui portent leurs maillots de sport, viennent à leurs matchs et les encouragent lorsqu’elles marquent un panier.

Un problème de premier ordre est l’approbation qu’elles obtiennent des hommes et des femmes Beta et Omega. Les femmes apprécient l’approbation féminine à un niveau superficiel, mais elles savent qu’elle est souvent fausse et tellement omniprésente qu’elle est ennuyeuse et attendue. Quant aux hommes Beta, mettons-les de côté car ils représentent en réalité une sorte de « matériel post-carrousel ». Les hommes Omega sont répugnants, non seulement sur le plan sexuel, mais aussi sur le plan simplement humain, pour les femmes. La plupart des femmes modernes se sont jetées sur un alpha en retrait, offrant leur corps comme une offrande à une relation qui échoue. Au fond d’elles-mêmes, elles savent qu’elles dépensent beaucoup trop de ressources – émotionnelles, financières et temporelles – pour essayer de garder ce genre d’homme dans les parages.

Cela s’applique aux hommes Omega – les hommes Omega sont aux femmes ce que les femmes sont aux hommes Alpha. 

L’autre problème est le fait que les alphas ne sont pas sexuellement excités par la capacité d’approvisionnement, la confiance ou le statut social des femmes. Les femmes sont souvent amères et déçues parce que les alphas ne se soucient pas de cela. On a faussement dit aux femmes que tout ce qu’elles ont acquis depuis la deuxième vague du féminisme les rendait plus attirantes pour les hommes. Ce n’est pas le cas. Cette prise de conscience rend souvent les femmes amères, à juste titre.  Les femmes ne sont pas devenues des alphas, elles sont devenues vis-à-vis des hommes Alpha ce que les hommes Beta sont devenus vis-à-vis des femmes.

L’autre problème est que si les femmes obtiennent ce qu’elles prétendent vouloir et obtiennent cette approbation des alphas, elles perdent souvent leur attirance pour cet alpha, justement. Imaginez un mari alpha qui porte régulièrement le maillot d’une joueuse de la WNBA à ses matchs. 

Parlons de la VMS en relation avec l’âge et le poids. La réserve d’alphas est assez stable. Ceux qui sont mariables et ceux qui se marieront diminueront rapidement. Les femmes de 35 ans ont de fortes chances de trouver un alpha de 50 ans, divorcé et sans désir d’avoir d’autres enfants. Ce qui amène l’âge ; les femmes sont souvent obligées de considérer les mâles bêta comme des partenaires lorsqu’elles vieillissent. Ce qui nous amène à parler des hommes Beta.

Lorsqu’elles sont confrontées à la réalité, à savoir qu’elles ont la mentalité d’un homme Beta ou d’un homme Omega, et qu’elles sont de plus en plus incapables d’avoir des relations sexuelles avec des alphas de moindre importance, les femmes traversent une grave crise d’identité. Vous obtenez des « lesbiennes tardives », des mères célibataires, des femmes qui s’envolent vers Haïti pour des aventures sexuelles. Le carrousel s’arrête ici. Ce qui commence est un long processus d’auto-illusion féminine qui ressemble beaucoup à une relation narcissique compensatoire et co-dépendante.

Les femmes ont besoin de niveaux élevés de soutien social et d’illusion sur elles-mêmes accepter un homme Beta. Certaines femmes sont directes sur leur manque d’amour pour leur homme, mais c’est généralement après la période d’évaluation. Facebook, Instagram et d’autres formes de médias sociaux aident sérieusement les femmes car elles peuvent affirmer publiquement que leur homme Beta est différent et « qu’il est un vrai homme » parce qu’il lui fait des câlins et qu’il lui confie ses peurs les plus profondes. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’il met en place une relation codépendante/compensatoire narcissique avec la femme. Ainsi, les nuages de tempête s’amoncellent.

La femme va coucher avec l’homme Beta, lui faire la cour et le faire se sentir aimé. Elle joue le début d’une relation avec un alpha. Les fiançailles sont une énorme carotte que son hamster peut ronger pendant que son sang commence à bouillir. ça commence à chauffer pendant les fiançailles avec de la colère à propos des plans de mariage, et son homme Beta qui la réconforte et la rassure en lui disant qu’il l’aime. Elle sait que c’est pour cela qu’elle se marie avec lui – elle peut le contrôler sachant qu’il a besoin d’elle plus qu’elle n’a besoin de lui – elle sait qu’il sera toujours là pour assouvir son ego. Le mariage sera le calme avant la tempête une fois la lune de miel terminée. L’homme Beta pensera que le stress du mariage est la cause des problèmes de la relation.

Le mariage va rapidement se dégrader. Le sexe va se tarir et elle va devenir de plus en plus critique. Elle exigera des déclarations d’amour et d’adoration. Elle commencera à ne le traiter bien qu’en public et à le traiter mal en privé. Elle utilisera souvent le sexe comme une arme et le maltraitera parfois physiquement. Incapable de comprendre que le problème vient de son manque de caractère, l’homme Beta se blâmera lui-même, s’en voudra de ne pas l’avoir suffisamment soutenue, de ne pas l’avoir écoutée, etc. L’écart entre la perception qu’une femme a d’elle-même et la réalité ne fera que croître à mesure qu’elle réalisera qu’elle n’arrivera plus à séduire un homme Alpha, et elle traitera d’autant plus mal son homme Beta, par une sorte de « compensation ».

Regardez le site Askmen.com – c’est un énorme programme d’endoctrinement pour Homme Beta. Les femmes ont besoin de savoir que les hommes lisent ce site, dans le vain espoir que les hommes Alpha deviennent un peu plus « Beta » et que les hommes Beta restent tels qu’ils sont afin qu’il existe une catégorie d’hommes avec lesquels se contenter.

Cette approche utilitaire des femmes vis-à-vis des hommes a des racines biologiques, mais il faut comprendre qu’elle est exacerbée par la psychologie américaine. Les alphas ont de sérieux privilèges et les femmes n’aiment pas cela. La révolution sexuelle a été pour elles un gros point négatif. Un énorme avantage à l’université et juste après, mais les femmes réalisent rapidement qu’il est mauvais que la société ne force pas les alphas à se marier. 

« Vive les carrières ! Vive le fait de ne pas avoir à se marier ! Mon beau diplôme signifie plus qu’un homme ! Les hommes ont peur de mes réalisations ! Ugh, je suis tellement géniale !

Alors, euh, où sont les garçons sexy ? »

Ce n’est rien d’autre que de la prétention égocentrique pour se convaincre que tout ce système a été un avantage net pour elles. Ce n’est pas le cas. Comme d’habitude, ce sont les hommes Alpha qui en profitent le plus.


Source : « The sexual hierarchy of usa favors alpha males more than ever » publié par Charles Wickelus le 7 juillet 2013.