La synergie entre séduction et ressources financières.

Dans mon dernier article, j’ai parlé d’une juxtaposition entre le jeu de séduction et l’argent, et de la façon dont il est impossible de déterminer lequel des deux facteurs est décisif lorsqu’il s’agit de séduire les femmes. Dans cet article, j’ai noté des scénarios potentiels dans lesquels l’un pourrait rapporter plus que l’autre, montrant que les deux peuvent être gagnants dans différentes situations.

Aujourd’hui, j’aimerais montrer l’utilité de combiner l’argent et le jeu de séduction dans des situations où l’un semble avoir plus d’utilité que l’autre.

Savoir séduire, plutôt qu’être riche.

Disons que vous êtes dans une situation où le jeu de séduction peut compter plus que l’argent en moyenne. Supposons que vous soyez un jeune homme et que vos cibles soient précisément le genre de jolies jeunes filles de 18 à 24 ans, issues de la classe moyenne ou supérieure, qui ont tendance à être plus éloignées des préoccupations du quotidien, parce qu’elles n’ont pas de problèmes financiers.

Elles ne veulent pas, ou n’ont pas vraiment besoin, d’un père potentiel, et recherchent plutôt des hommes qui sont beaux, qui savent comment les exciter (lire : qui maitrisent l’art de la séduction), qui savent comment s’amuser et qui peuvent les faire sortir de lot en société.

Un homme peut passer tous ces tests avec brio et être complètement fauché – l’argent n’est pas nécessaire ici. Mais cela signifie-t-il que l’argent n’a aucune valeur dans ce scénario ? Certains mecs, qui maitrisent l’art de la séduction, mais qui sont pauvres, pourraient le penser.

Si un joueur intelligent peut se reposer entièrement sur son jeu de séducion lorsqu’il s’attaque à cette population féminine et s’en sortir plutôt bien, un joueur encore plus avisé peut améliorer ce succès en allouant correctement ses ressources. Cela ne signifie pas qu’il faille exhiber votre carte de visite de banquier ou d’avocat et/ou votre nouvelle Porsche Boxster (elle s’en moquera probablement ou l’aura déjà vue un million de fois), mais cela peut signifier… :

A) Augmenter votre style en achetant des vêtements de meilleure qualité, qui sont beaux et qui vous vont bien.

B) Minimiser les échecs logistiques en achetant une garçonnière de qualité, située au centre-ville, à proximité de toute l’action/des divertissements/des bars/boites de nuit, (et la garder bien meublée).

C) Mettre un peu de côté la recherche des femmes et s’adonner à ses propres passe-temps et passions (voyager dans le monde entier et découvrir de nouveaux endroits, s’initier aux arts martiaux, au cinéma, aux sports extrêmes, etc…) et devenir un individu plus complet avec des histoires plus authentiques et plus intéressantes à raconter. 

Si l’argent seul ne suffit pas pour réussir, les choses qu’on peut acheter, lorsque la richesse est associée au jeu de séduction, peuvent créer un individu très attrayant, même pour celles qui n’ont pas tendance à se concentrer sur l’argent. Les trois avantages ci-dessus peuvent donner naissance à un individu plus attrayant et intéressant que les filles seront plus enclines à connaître. La séduction, c’est bien, mais la drague avec de l’argent, c’est encore mieux si on peut l’obtenir. Il serait bénéfique pour tout jeune homme, même s’il a un bon jeu de séduction, d’essayer d’évaluer les moyens par lesquels l’argent pourrait faire de lui un « joueur » plus complet.

Être riche, plutôt que savoir séduire.

Supposons maintenant que vous êtes dans une situation où l’argent peut avoir un meilleur retour sur investissement que le jeu de séduction en lui-même. Vous êtes peut-être un homme plus âgé qui poursuit des femmes qui ont dépassé leurs années de fêtes (27-32 ans, disons) et qui sont plus préoccupées par le type de réalités du quotidien que l’argent permet de gérer. Elles pensent aux enfants (et à l’avenir qu’on peut leur offrir), aux mariages, aux maisons et à la possibilité de sortir de la routine.

Un homme Beta fortuné peut passer tous ces tests avec brio, même sans drague, et attirer un nombre appréciable de femmes assez séduisantes qui peuvent le considérer comme un mari potentiel (même si elles ne l’auraient pas regardé il y a 5-8 ans). Cela signifie-t-il que le jeu n’est pas nécessaire ? Certains hommes betas fortunés (nous connaissons probablement tous quelques gars qui correspondent à ce profil) pourraient avancer cet argument, en niant complètement l’utilité du jeu et en affirmant qu’ils peuvent obtenir des femmes attirantes sans avoir besoin de draguer.

Cependant, comme la plupart d’entre nous le savent dans ce coin d’Internet, la réponse à cette question (« cela signifie-t-il que l’art de la séduction n’est pas nécessaire ? ») est un non catégorique. Bien que les préoccupations susmentionnées n’aient pas besoin de beaucoup de jeu pour être satisfaites, le « câblage interne » des femmes pour une véritable attirance demeurera et nécessitera toujours un homme qui sait comment l’exciter. Le mariage (ou une relation à long terme) n’est pas une excuse pour quitter le marché sexuel. Si un homme fait l’erreur de croire que c’est le cas, il peut se retrouver dans un mariage sans sexe, un divorce brutal ou bien pire encore.

La drague (et la vision claire et logique qu’elle fournit) peut également vous empêcher de vous laisser entraîner dans un mariage/une relation amoureuse pour lequel/laquelle vous n’êtes pas prêt, ou que vous ne voulez tout simplement pas, un avantage important pour tout homme qui souhaite contrôler son propre avenir.

Ainsi, il serait bénéfique pour tout homme Beta, quelle que soit sa fortune, d’essayer de comprendre comment le jeu de séduction peut améliorer sa vie et faire de lui un meilleur partenaire potentiel. Il peut obtenir des femmes séduisantes sans jeu de séduction, mais sa capacité à maintenir la qualité élevée de cette relation et à assurer sa longévité sera compromise sans la capacité de plaire.

S’il n’y a pas de vainqueur incontesté dans le débat « argent contre séduction », il peut y avoir des gagnants clairs parmi ceux qui trouvent le moyen de combiner les deux d’une manière qui leur convient le mieux.

S’il n’y a pas de vainqueur incontesté dans le débat « argent contre séduction », il peut y avoir des gagnants clairs parmi ceux qui trouvent le moyen de combiner les deux d’une manière qui leur convient le mieux.


Source : « The synergy of game and money » publié le 22 novembre 2012 par Athlone McGinnis.

Illustration : Andrea Piacquadio.