Équilibrer le pluralisme sexuel.

Retour à la maison.

J’ai eu une occasion intéressante de faire un peu d’observation sociale ce week-end. J’ai conduit « bébé Tomassi » à sa première « danse de retour » au lycée et j’ai eu un aperçu du fantôme de l’hypergamie à venir. Comme vous pouvez le deviner, grandir dans la maison Tomassi cela fait de vous une fille exceptionnellement attrayante, et ce compliment vient d’un défenseur de la pilule rouge, ainsi que d’un père fier. Cependant, avec tout son charme innocent et sa compréhension très « Disney Channel » des dynamiques sociales à l’école secondaire, a fille a été peu choquée par les robes et les comportements des filles à sa première « vraie danse ».

Pendant que j’attendais dans la file d’attente des voitures, à la fin de la soirée, j’ai vu plus de jupes courtes sur les adolescentes que je n’en vois habituellement aux évènements promotionnels auxquels j’assiste. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’elles ressemblaient à des putes (c’est l’analyse de ma fille), mais je dois admettre avoir été quelque peu surpris par la façon dont ces filles de 15-16-17 ans s’habillent comme des femmes qui sont au milieu de la vingtaine et que je vois dans mon métier. Dans un club, lors d’une dégustation, ou d’un événement promotionnel, j’avoue que j’aime observer les belles filles sexy, j’aime les tenues sexy, comme n’importe quel autre gars, mais quelque chose n’a tout simplement pas raisonné en moi lorsque j’ai vu ces filles et la façon dont elles se sont habillées pour une danse de lycée. Peut-être que je me fais vieux, mais cela m’a donné de la matière pour réfléchir.

Plus tard, bébé Tomassi m’a dit qu’elle n’avait pas tant dansé que ça, parce qu’elle était surprise, en ce que la salle de gym ressemblait plus à une piste de dance en mode « rave party » plutôt qu’à un bal de lycée. Elle y était allée avec 4 de ses copines, mais aucune d’entre elles ne se sentaient à l’aise à l’idée de frotter leur cul sur l’entrejambe d’un garçon qu’elles allaient revoir à l’école le lundi suivant. Ma fille pratique la danse depuis qu’elle a 7 ans. « Ils ne dansaient même pas », a-t-elle expliqué sur le chemin du retour, « c’était plus comme un bourdonnement sec sur une musique que je ne connaissais même pas ».

American Boys.

J’ai eu le temps de prendre des notes mentales sur tout ça quand j’attendais dans la file d’attente des voitures pour récupérer ma fille. Sur le forum SS, nous avons un forum qui regroupe les lycéens (un coin du forum que je n’ai malheureusement pas le temps de consulter ces derniers temps), et quand je prends le temps de lire et de donner des conseils sur cette section du forum, je constate que la dynamique, au lycée, est radicalement différente de la dynamique des relations en ce qui concerne les hommes de 20 ans, 30 ans et plus, que je conseille habituellement. La raison de ce changement de dynamique est due au fait que dans les stratégies sexuelles pluraliste des jeunes femmes, voir des très jeunes femmes, le côté « long terme » de ce pluralisme stratégique est pratiquement inexistant. 

Il est très difficile pour un adolescent d’afficher une valeur plus élevée au-delà des prouesses physiques et de l’impression d’une attitude dominante Alpha et confiante. Au-delà de la possession d’une voiture ou d’un truck, la valeur sur le marché sexuel d’un adolescent est basée presque entièrement sur sa présence physique et / ou sur ses performances. Les adolescentes ne se souvient que d’une chose, c’est de savoir à quel point un garçon est mignon, sexy ou « hot ». Le jeu de séduction des adolescentes est très brut et très darwiniste, parce que même si certaines d’entre elles peuvent apprécier, ne serait-ce que de façon rudimentaire, la valeur intrinsèque d’un garçon, il faut se rappeler que tous leurs besoins matériels et de sécurité sont assurés par les parents. 

Du point de vue du pluralisme sexuel, les filles (les femmes) ne développent pas une appréciation, une reconnaissance ou une attraction envers les hommes qui remplissent l’impératif de sécurité à long terme avant le milieu, voir même la fin de la vingtaine. Tout au long de l’école secondaire et à l’université, par l’intermédiaire de leurs pères ou de l’approvisionnement de l’État, le côté sécurité de ce pluralisme sexuel (l’attraction de type « Good Dad ») est satisfait à des degrés divers.

Court terme.

Comme je l’ai souligné dans mon article sur les stratégies d’accouplement, l’hypergamie dicte aux femmes qu’elles doivent sécuriser l’engagement du meilleur mâle possible qui doit présenter idéalement la meilleure génétique possible (court terme) et le meilleur investissement parental possible (approvisionnement à long terme), mais le problème, c’est que ces deux ensembles de qualités se trouvent rarement dans le même homme. Et c’est ce qui m’a frappé pendant que j’attendais la file d’attente des voitures, ces adolescentes occidentalisées et leurs sœurs en âge d’aller à la fac (dans une plus grande mesure) ne font qu’exercer un côté de leur stratégie sexuelle – en effet, leur orientation sexuelle est principalement fixée sur le court terme (Alpha). 

Dans de telles conditions, l’excitation sexuelle l’emporte de très loin sur les préoccupations de sécurité à long terme. Donc, la prochaine étape logique pour ces jeunes filles, c’est de développer leur stratégie sexuelle en entrant en compétition avec les autres filles, afin de « brancher » et d’attirer le meilleur mâle Alpha que leur apparence leur permet d’attirer. Ce n’est pas pour disqualifier l’attrait des qualités intrinsèques (surtout lorsqu’une femme s’approche du mur), mais il s’agit seulement de dire que les qualités extrinsèques ont une hiérarchisation plus élevée. Ainsi, dans la mesure où le côté « long terme » de la stratégie sexuelle pluraliste n’est pas un problème, nous voyons que des filles, de plus en plus jeunes, apprennent à s’érotiser elles-mêmes (et ne se sexualisent pas encore) afin de se préparer à cette terrible compétition entre femmes. 

Long terme.

Un lecteur de mon blog, « Wesley Dabney » a fait quelques commentaires intéressants sous l’article « jusqu’à l’homme Alpha » qui illustrent bien cette dynamique : 

Nous pouvons être en désaccord tout ce que vous voulez, mais cela ne rendra pas les choses moins vraies pour autant. L’émotion centrale d’une femme en bonne santé c’est l’amour. Si vous lui retournez cet amour, elle vous aimera en retour et sera fidèle. Aucun alpha ne peut fissurer cette connexion. Cependant, la plupart des hommes d’aujourd’hui ont été tellement endommagés par (l’état du) marché sexuel qu’ils sont incapables de montrer à une femme l’amour dont ils ont besoin pour s’engager, et cela donne ce que vous voyez aujourd’hui.

Je conseillerai à quiconque possède la même interprétation sur la nature des femmes de lire ces articles pour mieux comprendre la façon dont les femmes expérimentent l’amour (à lire dans cet ordre) : 

Les femmes et l’amour. (Women in Love).

Les hommes & l’amour. (Men In Love).

De l’amour & de la guerre. (Of Love and War).

Oui, je sais, vous pensez que vos expériences personnelles de l’amour avec votre petite amie pourraient vous à amener à penser que vos expériences contredisent ce que je dis dans mes articles, mais votre petite amie, comme toute les femmes (y compris Madame Tomassi) aiment de façon opportuniste. Je vais vous expliquer, mais ne prenez pas cela comme une insulte envers vous ou votre petite amie :

J’ai eu une enfance difficile. J’ai un syndrome post-traumatique et j’ai du mal à gérer ma colère. Mon copain / ma copine gagne plus d’argent que moi, etc. Selon beaucoup de personnes ici, elle est le prix principal qui doit m’être enlevé par quelqu’un avec un statut supérieur. Cependant, elle m’a prouvé que cela n’arrivera pas. Je l’ai mise en enfer et elle est restée à mes côtés. J’ai eu de la chance et je le sais.

Le fait que vous l’ayez mise en enfer, c’est exactement la raison pour laquelle elle restera avec vous. Après avoir regardé votre photo de profil et votre profil Facebook, d’un point de vue physique, je dirais que votre valeur sur le marché sexuel est d’au moins 2 points de plus qu’elle. Encore une fois, en étant juste purement analytique, je vous mettrais à environ 8/10 et elle à 6/10 et ce déséquilibre est exactement la raison pour laquelle Roissy a établi que « l’amour réel » existe entre les hommes et les femmes. Votre valeur supérieure sur le marché sexuel vous offre une domination par défaut.

A la simple lecture de votre profil, j’ai l’impression que vous diffusez (peut-être inconsciemment) une domination Alpha (gestion de la colère), mais cela ne fait que renforcer son attachement à votre égard. Votre « déficit financier » (en ce qu’elle gagne plus d’argent que vous) est sublimé par votre propre valeur sur le marché sexuel. Lorsque les femmes ressentent l’impression (même à un niveau subconscient) qu’elles ne peuvent trouver mieux que le gars avec qui elles sont en couple, leur hypergamie est satisfaite. C’est précisément la raison pour laquelle le taux de divorce se stabilise progressivement avec l’âge – les femmes qui ont passées le mur ne peuvent pas se permettre de se réinsérer dans la vie avec un nouvel homme, car elles savent qu’elles n’y arriveront probablement pas. Un redémarrage de vie, juste après le mur, c’est difficile pour une femme, dont elles se mettent à s’auto-convaincre que leurs repères d’attraction sont la même chose que leurs repères d’excitation. 

Tout cela prouve cependant simplement que les femmes aiment de façon opportuniste. Si « Wes » ne possédaient pas les qualités qui lui permettent d’avoir 2 points de plus en termes de valeur sexuelle, je doute que nous aurions eu cette conversation. Le centre émotionnel des femmes (s’il existe une telle chose) n’est pas l’amour, mais la sécurité. À la base, l’hypergamie est une question de sécurité optimisée.

Équilibrer l’hypergamie.

La sécurité se présente sous de nombreuses formes différentes ; sécurité financière, émotionnelle, familiale, etc. Lorsqu’une femme a établi une ligne de sécurité de base pour elle-même sous l’une de ces formes, d’autres formes prennent un précédent. Ainsi, pour une femme qui est plus ou moins financièrement indépendante, son impulsion sera ensuite de trouver un homme qui satisfait son besoin hypergame en lui imposant une domination Alpha et des prouesses sexuelles. C’est pourquoi l’homme Alpha « sexy » et/ou l’Alpha indifférent surclassent l’homme Beta ennuyeux, à richesse comparable. Même un homme Beta qui possède un statut socio-économique supérieur n’arrivera pas à stimuler une femme, si celle-ci se dit que l’homme Alpha auprès de qui elle s’est engagée est un homme qui, même s’il est plus pauvre, lui a laissé une impression hypergame plus forte (c’est-à-dire que c’est une veuve d’Alpha potentielle). 

Vous pouvez observer un phénomène comparable dans l’effet Cougar. Les femmes qui ont passées depuis longtemps leurs années de pic de valeur sexuelle, et dont les besoins financiers sont réglés depuis longtemps (via un divorce, la pension alimentaire pour les enfants) auront tendance à chercher des hommes sexy et « chaud » plus jeunes avec qui elle pourra satisfaire une stratégie sexuelle à court terme, dans la mesure ou sa stratégie sexuelle de long terme est déjà réglée et déjà satisfaite. 

Un fait important à retenir au sujet de l’hypergamie, c’est qu’elle s’applique aux deux côtés du pluralisme sexuel d’une femme. « L’homme Alpha baise, l’homme Beta paie » est un euphémisme utile, mais l’hypergamie s’applique à ces deux aspects et cherche un équilibre. Il est également important de comprendre que, bien que l’hypergamie ne se soucie pas beaucoup de quoi que ce soit, il ne cherche pas non plus « son propre niveau ». Même si les réseaux sociaux et l’impératif féminin tentent de convaincre les femmes du contraire, les femmes, à un certain degré de réalisation, sont consciente de leur propre valeur sur le marché sexuel. L’hypergamie veut atteindre un état optimal, mais cette impulsion est atténuée par les réalités de la femme qui cherche à atteindre cet optimum. 


Source : « Balancing Sexual Pluralism » publié par Rollo Tomassi le 8 octobre 2012.

Illustration : Leah Kelley.