Le don de l’anxiété.

Eh bien… depuis que « Aunt Sue » a décidé de filtrer les commentaires de son blog, j’ai pensé que je profiterai de l’occasion pour réécrire ma réponse supprimée par elle (une fois de plus) sur mon blog non-modéré. « Aunt Sue » a un gros problème avec l’anxiété de la concurrence, et depuis qu’elle m’aime secrètement, elle ne peut pas rendre trop évident le fait qu’elle lit mes billets de blog régulièrement pour l’inspiration. C’est presque une tradition du vendredi ! C’est bon, je vais vous divertir pour le week-end. Roissy, Roosh et Dalrock vous envoient aussi leurs salutations non-récusées…

Chère Sue, vous savez qu’au lieu de paraphraser mon point de vue sur ce sujet, vous pourriez simplement citer les mots dans mon article qui vous ont mis hors de vous (encore une fois) :

Les femmes ne veulent pas d’un homme infidèle, mais elles aiment un homme qui pourrait être infidèle. Naturellement, vous ne voulez pas paraître à la recherche du flirt – ce qui serait une communication ouverte – mais vous voulez plutôt jouer avec elle. J’ai encouragé ou joué des flirts occasionnels alors que ma femme était présente à ces moment-là, ce qui lui laisse l’impression que d’autres femmes me trouvent désirable. Lorsque vous avez été en couple assez longtemps, et qu’un lien émotionnel fort s’est formé, vous serez surpris de voir combien de tests et d’évaluations hypergames vous pourrez éviter juste en étant perçu par votre femme / copine comme étant un homme envers qui d’autres femmes sont attirées. Madame Tomassi m’a dit, à au moins une douzaine d’occasions, qu’elle trouve flatteur que d’autres femmes me trouvent attirant. Rappelez-vous toujours, pour tenir votre intérêt sexuel à long terme, que votre attrait pour les autres femmes est une réflexion associative de l’attrait de votre conjoint.

L’astuce c’est la façon dont vous vous comportez après avoir flirté. Il faut faire en sorte que votre femme se sente comme celle que vous choisirez quand même, même si vous avez d’évidentes options en dehors d’elle. Les femmes évaluent toujours inconsciemment les hommes avec qui elles sont. L’estime de soi d’une femme est associée à sa valeur à lui. C’est exactement la raison pour laquelle les femmes, qui vivent dans le confort d’une relation saine et stable, vont quand même tester leur partenaire. Il n’y a pas de meilleur moyen, pour un homme dans une relation de longue date, pour établir sa preuve sociale et démontrer une valeur plus élevée, que de flirter, ou de rendre un flirt avec d’autres femmes. Rien ne stimule mieux une relation qui s’essouffle que la suspicion et la jalousie. Son imagination est l’outil le plus important dans votre boîte à outils. Le hamster ne s’arrête pas de tourner après le mariage, mais il vous incombe de vous assurer qu’il maintienne son rythme.

Le problème que vous avez avec mon point de vue sur ce sujet, c’est que vous le voyez de manière absolue, « tout ou rien », dans une sorte de cadre irrespectueux. Comme si tous les aspects d’une relation de longue durée seraient éclipsés par une « peur » malveillante de la perte, à la limite du chantage émotionnel. Vous pourriez être surprise de savoir que je ne suis pas réellement d’accord avec l’idée d’utiliser la catastrophe imminente du « chantage émotionnel » en soi.

Si vous pouviez dépasser votre goût pour le mélodramatique, vous vous rendiez compte que le flirt occasionnel est en fait un compliment fait à la femme par homme avec qui elle est. Il satisfait que le doute interne, hypergame, quant à savoir si l’homme envers qui une femme s’est engagée il y a des années est encore l’homme que d’autres hommes veulent imiter et que d’autres femmes veulent baiser.

Vous voyez le problème avec votre point de vue, Sue, et c’est que vous voyez les relations hommes-femmes avec une priorité mise sur la « sécurité d’abord ». Cela est principalement dû à votre conditionnement fémino-centrée, mais aussi parce que vous êtes dans une phase de la vie où la sécurité signifie plus pour vous maintenant que lorsque vous étiez dans votre vingtaine ou votre trentaine. Il est difficile de comprendre l’intérêt d’ajouter des degrés mesurés d’insécurité dans une relation à long terme lorsque votre sécurité à long terme devient justement votre préoccupation primordiale. Après le « mur », les femmes redoutent l’idée d’avoir à entrer de nouveau dans un marché sexuel dans lequel elles sont véritablement surpassés, de sorte que ne serait-ce que la moindre déviation de la « sécurité pour toujours » devient une menace majeure pour l’ego.

Une relation à long terme basée sur la peur, sur une menace, ou un ultimatum implicite n’est pas une relation basée sur le désir authentique, et vous en savez assez sur ma philosophie pour comprendre l’importance que le désir réel a pour moi. Je pense que c’est plus comme une sorte de compréhension ambiante qu’un homme est toujours désiré par d’autres femmes, et cela se manifeste dans un comportement de flirt. Évidemment, si un homme est ouvertement à la recherche d’occasions de faire étalage de ses flirts avec sa partenaire, ce serait révélateur qu’il a d’autres problèmes à résoudre pour lui-même. Les hommes sous-estiment complètement la sensibilité des femmes à la nuance et à la sous-communication ; il ne fait pas beaucoup de choses pour stimuler l’imagination d’une femme, mais la plupart des hommes pensent qu’ils ont besoin de dire expressément les choses aux femmes, et cela, bien sûr, va justement à l’encontre du but que les hommes se proposent d’accomplir – un homme devient alors trop « lisible », trop « direct », trop « évident ». 


Source : « The Gift of Anxiety » publié par Rollo Tomassi le 16 mars 2012.

Illustration : Thaís Falcão.