Compatibilité.

Il existe un type de groupie pour chaque type d’activité que les hommes entreprennent. Sauf World of Warcraft. – Roissy. 


Rollo, quels sont les meilleurs passe-temps pour rencontrer des filles ?

Ouai… Je sais… Nous ne sommes pas supposés être à la recherche de filles pendant que nous pratiquons nos passe-temps… Mais… Merde… Je suis toujours à l’affût… et rester là simplement avec un tas de mecs ivres qui jouent au softball le week-end ne me permet pas grand-chose. 

C’est toujours très amusant pour moi d’entendre les raisons que me donnent les hommes pour justifier leur inscription à un cours de Yoga, ou mon préféré, de danse salsa, comme moyen pour rencontrer des filles. Je veux dire, vraiment, si c’est ça ce à quoi vous consacrer les précieuses heures de votre temps libre, alors je suppose qu’un homme devrait faire de la zumba. 

Si vous choisissez une activité, un passe-temps, afin de rencontrer des femmes, tout ce que vous faites, c’est d’essayer de vous identifier à un modèle mental : vous vous conformez à l’homme idéal tel que votre femme idéale est censée percevoir l’homme idéal. Si vous entrez dans une activité pour cette raison ce n’est pas un passe-temps, c’est une stratégie d’évitement.

Les hommes qui réussissent ne chassent pas le succès – le succès les chasse. Les femmes vont s’attendre à ce que vous ayez vos propres intérêts, passions et passe-temps bien établis avant de les rencontrer.

Cependant, je pense que le désir de trouver un intérêt commun avec les femmes est une chose intéressante. La foule des MGTOW va bien sûr utiliser ceci comme une illustration de la façon dont les hommes se façonnent de façon autonome pour correspondre aux idéaux des femmes. Et en termes de vie dans la « réalité féminine », ils auraient raison. Vous pouvez observer que chaque fois qu’un homme s’engage dans une activité de loisirs, une passion, un passe-temps, qui ne bénéficie pas directement à sa femme / sa copine, alors cette activité est toujours perçue comme « une perte de temps ». Si une femme ne peut pas voir un résultat tangible qui lui profite dans l’une de vos activités, ou si elle ne peut pas constater que votre passion va bénéficier à « la famille » ou à « la relation » – alors elle considèrera votre effort comme inutile et frivole contrairement à toute activité qui a pour objet ou pour effet de la divertir ou d’améliorer votre relation avec elle. Encore une fois, nous observons là l’impératif féminin hypergame dans un monde pensé et prévu pour les femmes. Autrement dit, si quelque chose n’est pas directement bénéfique pour les femmes, ce n’est pas bénéfique pour l’humanité en général. 

Cela dit, on peut raisonner plus en avant. Si vous aimez jouer au basket-ball après le travail, avec des amis, ou aller à la salle de Gym, il y a un avantage pour votre copine – votre santé est améliorée, vous avez un meilleur look, vous avez moins de graisse, etc. de sorte que votre activité est davantage tolérable pour elle. Il existe une sorte de hiérarchie des activités de loisirs, de passe-temps, de passions, que les femmes classent en fonction du bénéfice qu’elles en tirent ou des perceptions sociales qui sont associées à telle ou telle activité. Vous pourriez même avancer l’idée que jouer à la X-box vous aide à décompresser après une dure journée de travail, mais c’est moins tolérable qu’une autre activité qui aurait des avantages tangibles pour une femme, ou au moins le potentiel de procurer un avantage tangible à une femme. Vous devez apprendre à négocier cela dans une relation à long terme. C’est en fait une occasion formidable de maintenir le cadre dans une relation, si vous avez le courage de supporter ses protestations. J’ai beaucoup de passions et d’intérêts divers. Certains profitent directement à ma femme, d’autres non, mais au moment où j’en abandonne un, je me rends et c’est le moment où elle perd le respect, le moment à partir duquel je n’ai plus mon autorité en tant qu’homme. Je reconnais pleinement qu’il y a certaines de mes activités qui sont indifférentes à ma femme, et d’autres qu’elles méprisent carrément, mais si j’acquiesce avec un « OK chérie, tu as gagné, je vais arrêter de faire telle ou telle chose », je perds de l’importance à ses yeux. 

Rien ne m’irrite plus que les maris « betas » qui ont abdiqué leur autorité en abandonnant des choses qu’ils aimaient faire avant le mariage.  Et puis ils me disent à quel point ils sont « reconnaissants » envers la vie de leur avoir permis d’épouser une femme qui leur « permet » de regarder un match de temps en temps sur le petit téléviseur qu’ils ont dans leur chambre (pas le grand écran dans le salon…). Bon évidemment, si les hommes sont obsédés par un sport, à tel point qu’ils ne baisent plus leur femme, je pense que la première chose à faire c’est de s’occuper de la femme. Quoiqu’il en soit, l’idée d’une pièce à part, d’une cave ou d’un bureau bien à soi est une foutaise. Les hommes ne devraient pas avoir besoin de créer leur propre espace, leur maison devrait être leur espace. Votre maison devrait être votre « royaume », votre « empire ». 

Intérêts communs.

Quand je sortais avec ma femme au début, nous partagions un intérêt commun : baiser comme des lapins n’importe où et n’importe quand. Il y a très peu de choses que ma femme et moi faisons ensemble en tant que couple en ce qui concerne les intérêts communs. Nous ne partageons pas de passe-temps, nous faisons du sport (musculation ou fitness), mais séparément, elle m’a appris à skier quand nous avons été jeunes mariés, mais après la naissance de notre fille, nous avons mis fin à cela.

Je pense qu’en général les gens accordent beaucoup trop d’importance aux « intérêts communs » comme s’il s’agissait d’une sorte de colle qui devrait maintenir deux personnes ensembles. Je pense que les croyances partagées et l’appréciation des identités individuelles de chacun est beaucoup plus vital pour une relation forte, plutôt que de savoir si oui ou non vous aimez tous les deux le tennis. Ce sont nos différences de personnalité, et la façon dont nos individualités se complètent, qui font grandir un couple. J’ai tendance à intellectualiser les choses, alors que la sagesse simple et le « bon sens » de ma femme m’aide à tempérer mon intellect. Ma femme est généralement très impatiente, et j’ai la patience biblique de Job (en particulier avec notre fille) – cela complète son déficit. Ma femme ne fait que s’inquiéter et ne pense qu’au « pire scénario », alors que j’ai tendance à être plus pragmatique et optimiste, et cela équilibre un autre aspect de notre relation. J’ai tendance à être plus artistique et passionnée et cela comble un besoin qu’elle a, mais qu’elle est incapable d’exprimer. Ce sont les différences d’identité qui complètent les déficits de chacun et une juste appréciation des défauts et qualités de chacun est le secret d’un couple fort. 

Je conseillerais aux hommes de repenser ce mythe de la compatibilité. Chaque fois que je vois ces tests de personnalité de 40 points qui « assurent la compatibilité » sur un site de rencontre, je veux vomir. Ils sont tous basés sur des points communs partagés et cela a un potentiel pour conduire à la catastrophe. Les hommes doivent être en mesure d’exceller dans certains domaines ou activités, qui servent de source renouvelable de « preuve sociale » pour les femmes avec qui ils s’associent. Les « égalistes » de genre s’offusqueront bien sûr de cela en supposant que c’est contradictoire – comme c’est toujours leur cas – en supposant qu’une femme se réduit pour « permettre » à son homme de gagner à quelque chose. La réalité est que les femmes veulent un homme qui est bon à quelque chose, parce que cela sert à satisfaire le narcissisme inné des femmes, un peu comme une source de « fierté associative » pour elle (les femmes veulent être fières d’être fières de leurs hommes). Les femmes veulent un homme que les autres hommes veulent imiter et que les autres femmes veulent baiser, et dans le contexte d’une relation de long terme, ou d’un mariage, un homme qui a un talent exceptionnel, reconnu ou un dévouement passionné à quelque chose, aussi petit soit cette chose, et c’est tout ce dont une femme a besoin pour valider sa décision de s’engager avec un tel homme passionné plutôt qu’avec un homme… qui s’inscrit au Yoga pour rencontrer des femmes… 

Même s’il est agréable d’avoir une compagne ou un compagnon qui partage vos intérêts, une relation basée sur la façon dont le couple se ressemble ne conduit qu’à l’homogénéisation et à la stagnation. 


Source : « Compatibility » publié par Rollo Tomassi le 15 décembre 2011.

Illustration : thirdcoasttribe.