Les qualités d’un Prince.

Vous savez… je ne suis pas certain que mon lectorat en soit conscient… mais je suis un Prince. Non vraiment, je suis un Prince (cesser de rire), ou du moins j’espère que c’est comme cela que les autres me voient : l’idée m’est venue en passant au crible les profils en ligne de nombreuses femmes sur des sites de rencontre comme « plenty of fish » ou « OK Cupid ». Mais ne pensez pas que je sois le seul Prince, si vous lisez the rational male, vous êtes probablement un Prince aussi ! Et vous ne l’aviez même pas réalisé ? 

Vous savez, pratiquement toutes les femmes que vous rencontrez sur les sites de « dating » sont tout simplement des trésors, des joyaux, des diamants cachés dans le charbon. Ce sont des Princesses, et – Dieu m’en est témoin ! – elles doivent être traitées ainsi. Regarder chaque profil, c’est comme faire un Safari et rencontrer de nombreux animaux rares et exotiques (un peu comme si vous alliez au zoo), chaque spécimen est décrit dans le détail, avec leurs caractères uniques et leur rareté. Comment un simple mortel peut-il mériter de si beaux exemples de raffinement féminin ? 

Il y a quelques années, les membres du forum SoSuave ont réalisé par accident l’une des expériences sociales les plus humoristique jamais réalisées. L’un des membres était un habitué du site de rencontre « plenty of fish », et il a remarqué à cette occasion une tendance intéressante dans les profils des femmes. Bien que la plupart des femmes soient désespérément laides et grosses, elles possédaient une caractéristique commune : elles avaient un ego démesuré et une confiance débordante en elle-même, et avaient une très haute opinion de leur valeur sur le marché sexuel. Il n’y a rien de particulièrement nouveau pour les hommes qui ont pris la pilule rouge, cela fait longtemps que la communauté a compris que les réseaux sociaux et les sites de rencontre augmentent artificiellement la valeur des femmes tout en diminuant la valeur des hommes, ce qui permet à de nombreuses femmes de se croire un à deux points au-dessus de ce qu’elles sont réellement, sur l’échelle de la valeur sexuelle. Ce qui n’avait pas été étudié jusque-là, c’était les descriptions et les qualificatifs qu’employaient les femmes pour se décrire elles-mêmes, ainsi que pour décrire l’homme idéal qu’elles recherchaient. Autrement dit, tout ce qu’un homme conditionné devait être pour être considéré comme « valable » par une femme. 

Voici un exemple typique : 

« Voici ce qui m’intéresse chez un homme… 1m80 ou plus, qui habite à proximité, compatissant, intelligent, protecteur, TRES beau (et pas seulement selon sa mère ou sa sœur…lol), en parfaite condition physique, qui travaille à son compte, qui souhaite fonder une FAMILLE, ouvert et spontané, qui aime camper, qui aime le golf, qui veut des enfants, qui serait un bon père et un mari fidèle, qui soit un gentleman, qui me laisse de l’espace quand j’en ai besoin, qu’il ne soit pas bizarre ou trop sarcastique, qui sait encaisser, social, qui m’appelle sans raisons, qui se souvient des dates et qui sait envoyer de manière spontané un mot ou un cadeau romantique, respectueux, avec de l’humour, et pour qui je dois être le centre de son univers. Je ne suis pas intéressé par les + de 41 ans, et par toute personne qui gagne moins d’argent que moi, dans la mesure où je n’ai pas l’intention de changer de mode de vie, je suis habitué au mien, et je souhaite pouvoir devenir mère au foyer…et mes enfants ne méritent pas moins (même s’ils seront élevés humblement…lol). Vous devez aussi aimer les animaux. Et je ne suis pas attiré par les roux…désolé ».

Oh ! Un oiseau rare ! Dieu merci, internet existe, et a permis aux hommes de rencontrer une femme si précieuse, si rationnelle, et si forte et indépendante ! C’est un exemple courant, mais la référence la plus utilisée est bien sûr le terme de « Princesse » : « je suis une Princesse qui attends son Prince », « Je l’admet, je suis une Princesse, et j’attends l’homme qui m’appréciera pour ce que je suis et qui me traitera comme j’en ai le droit ». 

Eh bien ! Loin de Rollo J. Tomassi l’idée de nier à ces princesses ce à quoi elles ont droit ! Rapidement, je me suis créé un profil…un profil que ces princesses reconnaitraient tout de suite comme celui qu’elles attendaient : le Prince. En utilisant les mêmes termes qu’elles utilisent sur leurs propres profils, j’ai créé une « personne idéale » ; le profil d’un homme que les femmes reconnaitront tout de suite comme étant leur égal, instantanément irrésistible pour elle…

Voici ce qui m’intéresse chez une femme… 1m60 ou davantage, mais pas plus qu’1m80 (parce que ça ne me dérange pas de vous regarder au même niveau, mais je n’ai pas envie de lever la tête quand je vous regarde), qui habite à 10 minutes à pied, disponible dès que je l’appelle, vraiment passionnée, assez intelligente pour que je puisse avoir une conversation avec elle, toujours disponible sexuellement (voir même insatiable) et TRES belle (du genre, avec un taux de graisse corporelle inférieur à 8%). Elle doit avoir un emploi, mais le mieux serait un temps partiel, afin qu’il lui reste assez d’énergie pour notre vie sexuelle, elle doit vouloir une famille, mais seulement quand elle aura 30 ou 33 ans, elle doit être ouverte à des rapports sexuels spontanés (vous savez…comme quelque chose en plein air ou une partie à trois avec l’une de ses bonnes copines, après notre second Martini…), elle doit aimer camper (préférablement un camp de nudiste), et elle ne doit pas se plaindre lorsque je dois aller jouer au golf avec des clients, dans le cadre de mon travail. Elle doit vouloir des enfants aux alentours de 33 ans, mais seulement si elle a prouvé qu’elle était capable d’être une bonne mère et une femme fidèle, elle doit avoir la classe en toute circonstances et savoir quand il faut parler, et quand il faut se taire, pas une enfant de cœur, mais pas une sal*pe non plus, qui sait encaisser, sociable, qui m’envoie spontanément des photos d’elles dans une tenue sexy, qui doit comprendre que le plus cadeau qu’elle puisse me faire, c’est d’exprimer son désir de me faire l’amour comme une sauvage, et qui comprend que les cadeaux que je lui ferai ne seront que des récompenses pour le comportement que j’attends d’elle. 

Elle doit respecter mes décisions, qui sont indiscutables, elle ne doit pas se prendre trop au sérieux et doit penser que je suis le centre de son monde. Je ne suis pas intéressé par les femmes de plus de 31 ans (puisque c’est la date d’expiration de la plupart des femmes de toute façon), une femme idéale ne doit pas être trop dépensière dans la mesure où je n’ai pas l’intention de changer de mode de vie, je suis habitué au mien, et je souhaite pouvoir envoyer mes enfants à l’université plutôt que de rembourser un crédit à la consommation. Je suis très attiré par les rousses, les blondes, les brunes, les asiatiques, les Afro-américaines, etc. A peu près n’importe quelle femme qui réponde à mes besoins physiques. Je ne suis pas du tout attiré par les « rondes », peu m’importe votre « beauté intérieure ». J’espère vous rencontrer bientôt. Votre Prince. 

Là ! Quelle femme digne de ce nom n’apprécierait pas les qualités d’un Prince si similaires à leurs qualités de Princesse ? Intelligent et spirituel. Tout ce que j’avais à faire, c’était d’attendre les réponses, qui ne manqueraient pas d’être affectueuses et positives. Je me suis demandé, aussi, comment j’allais répondre à toutes celles qui, malheureusement, ne réussiront pas à répondre à mes humbles critères… Et les premières réponses arrivèrent… 

« J’ai vu ton profil, tu es sérieux ? ». 

Un peu perturbé, je réponds : 

« Pourquoi ? Je n’ai pas le droit d’être un peu spécifique ? ». 

« Désolée, mais pas pour ce genre de merde ». 

Etrange…Vraiment étrange… J’avais pourtant appris que la confiance en soi et l’assertivité étaient des qualités admirées par les femmes, dans le pays de l’égalité des sexes. Ah…Peut être que cette Princesse était un peu blasée par cette sorte de pénurie de Princes à sa disposition. J’ai encore attendu, jusqu’à ce qu’une autre Princesse, « Lil Sweet Heart », lise par hasard mon éclatante description… et me répond dans un anglais réellement incompréhensible car trop mal écrit, sans ponctuation. 

Je réponds : 

« Honnêtement, J’ai vraiment essayé de lire votre message, mais pour moi, votre anglais batard et vos segments de phrases ont rendu partiquement impossible la lecture, je n’ai pas compris ce que vous essayez de dire ». Je me dis que cet enfant royal ne mérite pas de mépris. Peut-être que cette princesse a été mal préparée à tenir un discours courtois à un homme, qui sera un jour son roi. C’est perdu pour celle-ci, j’attendrai une autre. 

« Je ne sais pas quoi penser. Peut-être que votre profil est une blague (ce qui le rendrait moins triste), mais je ne trouve pas ça amusant, c’est pas mon type d’humour du tout. Et le fait que je prenne la peine de vous répondre, plutôt que de vous ignorer, devrait déjà vous dire à quel point vous êtes désagréable. Je vous souhaite quand même une « bonne chasse » (mais vous auriez eu plus de chance il y a 100 ans, amusez-vous à trouver des femmes comme ça aujourd’hui). 

« Après avoir regardé votre profil, je peux vous dire que vous êtes l’une des pires personnes que j’ai vues ! Dans vos rêves ! ». 

Mais ? Existe-t-il une faille dans la façon dont j’ai créé mon profil ? Vous constaterez par vous-même que j’ai reformulé au masculin le profil original de la princesse, et j’ai ajouté mes propres désirs à propos de la femme idéale que je souhaite rencontrer. Après tout, elles veulent toutes être traitées comme des princesses, je demande juste à être traité comme un Prince. Mais… peut être que je n’ai pas assez attendu avant d’obtenir un message de ma véritable Princesse. 

Ce profil a attiré mon attention : 

« Je suis amicale, sociable, généreuse, honnête et aventureuse. Je travaille à l’hôpital. J’ai ma propre voiture. J’aime me faire les ongles toutes les deux semaines. J’aime la mode et le style. Je me soucie de culture pop et des questions sociales. Mon QI est de 146. Je suis extrèmement intelligente et cultivée. Au premier rendez-vous : je ne veux pas rencontrer d’hommes infidèles, de joueurs, de « plan cul », passe ton chemin… Je pense que je cherche à rencontrer quelqu’un de mon âge, plus grand que moi, de préférence caucasien, attirant, qui aime travailler, et qui a un sens de l’humour unique et sarcastique, comme moi ».

Ce n’est pas vraiment la Princesse que je cherchai, mais peut-être n’était-ce qu’une première impression et qu’un diamant se cachait sous ce profil. Je réponds par l’affirmative à son profil, et après avoir lu le mien, elle me répond : 

« Je gagne du pognon et paie pour mes propres conneries… et pour quelqu’un avec de tels standards, tu ferai mieux de te regarder dans le miroir parce que des femmes minces sont hors de ta portée… Si tu veux quelqu’un qui est belle, devient beau toi-même d’abord ! ». 

Déroutant… (je n’ai aucune image sur mon profil). Mais il est intéressant de penser qu’elle s’imagine forcément que mon physique ne correspond pas à mes critères, et que je serai nécessairement trop moche pour elle. Je réponds : 

« Ma chère demoiselle, pour quelqu’un qui a une si haute opinion de son intelligence, votre grammaire, votre ponctuation et votre syntaxe ne sont pas à la hauteur. Vous écrivez n’importe comment« .

Ce qui est le plus divertissant dans cette affaire, c’est que ces femmes se sentaient obligées, en quelque sorte, de répondre à mon profil. Comme si c’était un affront personnel et qu’elles devaient mes corriger en passant. À en juger par la fréquence et l’intensité des réponses, combien d’hommes, à votre avis, ont répondu au profil de la femme qui avait des exigences de Princesse ?

L’une des meilleures méthodes pour illustrer la saturation de féminisme dans notre société, c’est de « renverser le scénario » et de remplacer un genre par un autre dans des cas spécifiques. Aussi drôle que cela a été, cela a servi à montrer que les femmes vivent comme si leurs exigences étaient la norme. Si un homme essaye publiquement de poser des critères qu’il exige d’une femme, alors que les femmes font la même chose sans y réfléchir, alors il est immédiatement accusé de misogynie au pire, de comique, au mieux. Il y a de nombreux autres exemples qui illustrent cette saturation de féminisme dans la société. Mes critiques deviennent hystériques lorsque j’explique que nous vivons dans une société féminisée à outrance. Le monde selon les femmes, par les femmes, pour les femmes… Et lorsque vous levez un voile de cette « réalité », c’est pour elles une révélation difficile. [Spoiler : le monde ne tourne pas autour du vagin]. Ironiquement, ce sont les réponses au vitriol que ce profil a déclenché qui prouve cela. 


Source : Qualities of the prince publié par Rollo Tomassi le 14 décembre 2011.