Une différence d’objectif.

Jetez un œil à ces vidéos.

Très intéressant. Tout d’abord, je dois reconnaître que la vidéo CFM (cosmo pour les hommes) a été financée par le magazine, et le cul-cam a été financé par Lévis dans le cadre d’un essai de marketing viral, mais regardez la différence d’approche entre les deux. Ces vidéos ont le même but, mais regardez là où chaque sexe met l’accent, et la méthodologie que chacun utilise pour, disons, recueillir des données. Oui, je sais que cela a été filmé à des fins de divertissement, mais c’est vraiment fascinant de voir les différences « en temps réel », pour ainsi dire. 

Pour les femmes, il s’agissait d’humilier les hommes qui regardent leur cul, tout en profitant de l’attention, le tout sur une musique de club. Ce n’était presque pas la peine de faire cet effort, dans la mesure où les femmes ont une sorte de « conscience périphérique » de ce qui les entoure beaucoup plus prononcée que les hommes, et tout cela ne fait que confirmer ce qu’elles savent déjà : les hommes aiment les beaux culs. En règle générale, les femmes aiment cette espèce de pic chimique d’adrénaline qui accompagne l’expérience de l’indignation, il n’est donc pas surprenant que la réalisation invite à une telle indignation – c’est vrai, en particulier pour le type qui est évidemment « avec » une fille prend un moment pour regarder un cul, en présence de sa copine. « Les hommes sont des porcs et en voici la preuve ». 

Comparez cela à la vidéo beaucoup plus élaborée pour hommes, avec un sac à dos qui contient des unités vidéos embarquées qui prennent en charge quatre angles de caméra différents. L’approche est ici différente : il s’agit de recueillir des informations « secrètes », et pas de faire honte aux femmes, ni de les humilier. Tout en divertissant, le but est d’éduquer empiriquement les hommes sur l’un des principes fondamentaux du jeu de la séduction, qui se trouve être également [oh hasard !] l’un des principes fondamentaux de la psychologie comportementale : 

Le comportement est la seule preuve fiable de motivation ou d’intention. Croyez ce qu’une femme fait, pas ce qu’elle dit.

L’approche est celle du raisonnement déductif. Quelles sont les parties du corps d’un homme que les femmes trouvent être les plus attrayantes ? Et ici, nous voyons ; combien de fois lisons-nous que les femmes sont d’abord attirées par le visage ou par les yeux d’un homme ? Pour être mignonnes, elles devraient aussi mentionner comment elles aiment également regarder un joli cul chez un homme. Pourtant, aucune de ces régions n’ont été ciblées par les femmes, et même pas du tout dans le cas des yeux. La majorité des femmes rapportent également qu’elles sont moins attirées par les « hommes trop musclés », mais si cette expérience est exacte, ce sont les biceps de ce type qui ont attirés le plus l’attention des femmes, suivi ensuite par l’entrejambe – une autre partie du corps que les femmes admettent rarement « vérifier » chez un homme. 

Prenez ces vidéos avec un grain de sel. Comme je l’ai dit au début, ces deux vidéos ont été parrainés par des entreprises commerciales ayant pour objectifs de générer 1. De l’attention 2. Des ventes. Cependant, je ne peux pas m’empêcher de voir ici le code dans la matrice, en ce qui concerne la façon dont chaque genre se comporte. C’est le but derrière la vidéo qui trahit quelque chose. Je trouve cette idée infiniment plus éducative que les démonstrations de rue faites par quelques coaches en séduction superficiels. 


Source : « Difference of Purpose« , publié par Rollo Tomassi le 19 septembre 2011.