Retraites: toutes ces femmes qui profitent du système (sans s’en vanter).

Les Trois Étendards se donne notamment pour mission de fournir un accès universel à toutes les connaissances de l’Androsphère. Le contenu masculiniste publié sur le web est éphémère – contrairement à d’autres contenus, personne ne le sauvegardait. 

Identifier les pages web importantes, et sauvegarder des copies dans des collections spéciales, ce sont les « Archives de l’Androsphère ». 

« Retraites : toutes ces femmes qui profitent du système (sans s’en vanter) » a été publié par Léonidas Durandal le 3 décembre 2010 sur le site « aimeles ».


A l’heure où le gouvernement parle de réformer le système de retraite, il me semble qu’il serait temps de rendre le système réellement égalitaire. Il ne l’est pas pour les artisans qui ont une espérance de vie très inférieure aux autres et des pensions faibles. Mais il est une autre catégorie qui, elle, à l’opposé des artisans, profite grassement du système et tire les marrons du feu à son propre profit. Et je veux bien entendu parler des femmes.

Les féministes qui nous ont si bien appris le discours égalitaire, devrait l’appliquer à leur propre sexe. Aujourd’hui, les femmes avec une espérance de vie 84ans en France contre 77 ans pour les hommes sont subventionnées pendant 7 années de plus que les hommes (Source). Sachant que l’âge moyen de cessation d’activité est de 59 ans, jusqu’à 84 ans, les femmes bénéficieront de 25 années de pension. Les hommes de 59ans à 77 ans soit durant 18 ans. En moyenne les femmes toucheront donc 40% de plus que les hommes!!!!!

Et ceci n’est qu’un exemple, qui cache de plus grandes disparités encore. Si on compte quel est le coût pour l’assurance maladie de cette population âgée, alors il n’y a plus de mesure (sachant que la très grande majorité de ce genre de dépense se situe en fin de vie, maison de retraite etc…). Régime retraite, d’assurance maladie, ce sont donc les femmes à cotisation égale qui profitent du système, et il n’y a pas photo.

Qui paye maintenant ? Il serait facile de montrer que les régimes d’assurance où les hommes sont majoritaires sont beaucoup plus contributifs (artisans par exemple) que ceux où ce sont les femmes qui payent (fonction publique largement déficitaire). Dès lors, on peut en conclure que les hommes contribuent majoritairement au système, pour n’en recevoir qu’une moindre contrepartie.

Truquant les chiffres sur les différences de salaires entre hommes et femmes, les féministes ont propagé l’image d’hommes arrivistes qui auraient détourné la machine sociale à leur propre profit. Or, si on applique le schéma féministe à toute la société, loin d’être des profiteurs, ce sont les hommes qui, actuellement soutiennent tout le système social. A l’inverse les femmes profitent de ce système tout en se posant, par le biais des féministes, en victimes. Oui, nous accusons les femmes de parasitisme, non que nous ne voudrions pas contribuer à leurs dépenses, mais parce qu’elles ont soutenu dans une large majorité et de manière tacite les féministes qui « se nourrissaient sur la bête » tout en se plaignant du rôle contributif des hommes!

Tout simplement INADMISSIBLE.