Le carnaval de Rio est incroyablement surestimé.

Dans A Dead Bat In Paraguay, j’ai écrit :

« Alors que je faisais partie du cortège qui dansait avec mes amis, une bière Skol à la main, j’ai réalisé à quel point le carnaval serait pire si je ne connaissais personne. Je ne savais pas quels blocos choisir et personne ne me disait ce que signifiaient les chansons du Carnaval. Et je ne savais certainement pas que le liquide blanc trouble dans les sacs en plastique en forme de préservatifs était des caïpirinhas. Pour les étrangers qui viennent seuls, je ne vois pas en quoi le Carnaval peut signifier autre chose que de se saouler avec une foule étrange ».

La principale caractéristique du Carnaval, c’est les fêtes de rue appelées « blocos ». Cela commence généralement par une procession menée soit par un camion rempli de haut-parleurs, soit par un groupe de musique dans un wagon de train. La samba est la musique de prédilection. Ils mettent une chanson en mode répétition (si vous avez de la chance, ils la changent après une douzaine de passages), et une foule écrasante suit le wagon de tête. Puis la voiture s’arrête et tout le monde se concentre sur la boisson et la discussion. C’est le Carnaval.

Le résultat est que vous allez dans un bloco, buvez quelques bières, faites semblant de vous amuser avec les chants et les danses d’une autre culture, puis allez dans un autre bloco. Le carnaval consiste essentiellement à boire de l’alcool bon marché avec la foule, sur une musique que vous ne connaissez pas ou que vous ne comprenez pas.

La foule est tellement dense que si vous perdez vos amis, vous aurez du mal à les retrouver. Il fait une chaleur insupportable et les corps en sueur seront pressés contre vous comme dans un jeu de balle de rue. Si les blocos sont gratuits, vous devez payer cinq fois plus cher un logement déjà miteux. L’escroquerie au gringo est courante.

Quant aux filles, la plupart d’entre elles se retrouvent dans d’immenses groupes d’amis, et dans les blocos, elles rencontrent encore plus d’amis. Si vous pouvez draguer dans un bloco, la vérité c’est qu’ils ne sont pas conçus pour que vous le fassiez. Pensez-vous qu’une Brésilienne de qualité qui célèbre le principal événement culturel de son pays avec une douzaine d’amis veuille se lier avec un gringo qui ne parle pas portugais ? La plupart des rencontres se font au sein du cercle social, donc si vous n’avez pas d’amis brésiliens, vous êtes très désavantagé.

Les clubs sont généralement vides la nuit, car tout le monde est très fatigué d’avoir bu pendant la journée. Il est donc beaucoup plus difficile de se taper une Brésilienne pendant le carnaval qu’à tout autre moment. Je serai à Rio pour mon deuxième carnaval et je me prépare déjà pour une semaine sans nouvelles sorties. J’ai l’intention d’écrire un peu et ce sera probablement ma semaine la plus productive de l’année.

En fait, je n’ai pas encore rencontré quelqu’un qui puisse m’expliquer pourquoi le carnaval en vaut la peine, mais bien sûr, personne ne veut dire d’emblée que c’est un succès. Mais c’est le cas. Outre le défilé de samba coloré, qui est génial mais ne dure que quelques heures, le carnaval c’est un tas de conneries marketing conçues pour vous séparer de votre argent. Vous ne baiserez pas, vous n’aimerez pas la musique, vous n’aimerez pas la foule, et vous n’aimerez certainement pas l’alcool bon marché. J’aime beaucoup le Brésil, mais je redoute un autre carnaval.

Le réveillon du jour de l’an est plus ou moins le même, mais avec un joli feu d’artifice. Économisez votre argent.


Source : « Rio’s Carnival Is Incredibly Overrated » publié par Roosh Valizadeh le 15 janvier 2010. 

Illustration : Luis Fernandes.