J’ai eu honte.

Le premier soir à Buenos Aires, je suis allé dans un restaurant avec deux Australiens que je connaissais de Cordoba. Après notre repas, une femme d’une quarantaine d’années avec une pile de journaux est entrée dans le restaurant et a marché jusqu’à notre table. Avant qu’elle n’ait pu ouvrir la bouche, je lui ai dit que nous ne parlions pas espagnol. Elle m’a dit que c’était bien parce qu’elle parle anglais, qu’elle est sans abri et qu’elle vend des journaux pour environ 75 cents américains. Je l’ai ignorée, je l’ai écartée comme si elle n’était personne. Il y a tellement de gens qui viennent vers vous avec un certain discours qu’il est difficile de ne pas développer un bouclier.

Douze jours plus tard, j’ai pris une grande pizza au fromage à emporter et je l’ai mangée au foyer. La pizza était si bonne que la seule chose à faire pour rendre justice à la graisse de fromage était de me rincer le gosier avec un coca. Je suis allé au kiosque de l’autre côté de la rue et j’étais le deuxième de la file derrière une femme. Elle a payé puis j’ai demandé mon coca. En essayant d’expliquer que je voulais la taille de mas pequeña, mon horrible accent espagnol a attiré son attention et elle m’a regardé. Je l’ai reconnue comme étant la femme qui essayait de vendre les journaux.

Je ne me souviens pas qui a parlé en premier, mais elle m’a demandé d’où je venais et m’a dit que j’avais l’air argentin. J’ai plaisanté en disant qu’aucun Argentin n’avait autant de cheveux que moi. Nous avons parlé pendant environ cinq minutes, des différences entre le cerveau gauche et le cerveau droit, de son goût pour l’art, du fait que mon travail de scientifique n’était pas pour moi et que son ami ingénieur a des problèmes sociaux. Nous étions deux étrangers ayant une conversation intéressante.

Elle avait un grand sac à l’épaule dans lequel se trouvaient les journaux. J’attendais qu’elle me demande de m’en acheter un, ce que j’allais faire avec plaisir. Mais elle n’a jamais demandé. 


Source : « I Felt Ashamed » publié par Roosh Valizadeh le 19 décembre 2007.