Les 15 Leçons de Pook. Leçon 1.

Avant Rollo, Roosh ou Roissy, il y avait Pook.

En 2001-2002, sur le forum SS, il y avait un membre anonyme qui s’appelait Pook. Il resta une énigme sur le forum dès 2004, et bien plus tard, dans ce qui allait devenir la communauté de la Pilule Rouge. Puis il disparut. 

Avant que Pook ne disparaisse d’Internet, il laissa derrière lui certaines des idées les plus fondamentales de la pilule rouge, qui ont donné naissance à de nombreux concepts que nous considérons comme acquis dans ce qui est devenu la Manosphère.

Pour beaucoup, le style de Pook était trop prosaïque. Il avait un don pour la poésie et ses publications les plus lus étaient des aphorismes et des paraboles. Cela ajoutait à son caractère mystique, mais beaucoup de lecteurs très littéraliste du forum de l’époque, et de la communauté de la pilule rouge dans son ensemble, n’ont pas eu la patience de déchiffrer ce qu’était vraiment le message de Pook.

Aujourd’hui, la plupart des membres de la Manosphère (et de l’Androsphère) n’ont aucune idée de qui était Pook ou de ce qu’il a apporté à notre discours.


Un jeune homme, débordant de désir, vit une femme qu’il pensait infiniment jolie. Elle marchait simplement, se promenait, et vaquait à ses occupations. 

« Je devrais aller lui parler » se dit-il. »Je dois faire sa connaissance » 

Mais son corps ne lui obéissait pas. Il resta figé là, la scrutant du coin de l’oeil, tandis que son coeur battait la chamade. Alors elle finit par s’éloigner, et il ne put que se maudire de cet état de fait. 

Alors apparut une autre femme, encore plus belle que la première! 
« Je vais la saluer » se dit il. Et une fois de plus, il resta figé comme une statue, et son corps brulait en lui même. « Elle est inaccessible. Elle ne sortirait jamais avec un gars comme moi! » Il ne l’approcha pas, et la laissa partir, comme la précédente. 

Et une autre femme, dont la beauté dépassait en tout point, les deux premières, fit son apparition. Non sans peine, il parvint à l’approcher. « Salut » lança t’il nerveusement. Elle n’était pas spécialement réticente. Il lui demanda après de brèves paroles, son numéro, ce à quoi elle répondit qu’elle n’en avait pas. Et bien que cette fois ci, il ne parvint pas à avoir une réponse satisfaisante de la part d’une femme, il se sentit..soulagé d’avoir essayé. 

« Hélas », dit il réalisant à présent les erreurs de son approche. 

« Un échec est mieux qu’un regret » 

« Souviens toi » compléta Pook. « Une évolution est graduelle. Avant, tu ne voyais aucune opportunités. Maintenant, tu les vois autour de toi, même si tu es encore trop hésitant pour aller saisir ces opportunités. Mais progressivement, tu t’en rends mieux compte. » 

 » Comment? » 

« Quand tu te retrouves hésitant, nerveux, AGIS. Mieux vaux produire de l’action, que de produire de la frustration. Si tu la vois, n’attends pas qu’un moment idéal, propice à l’accostage se fasse sentir. Agis! Action, action, action! 

“Mais Pook, je ne peux pas. Tu vois, je ne suis pas sûr de moi. Je n’ai pas cette confiance, cette maîtrise de la situation! » 
« Tu mélanges les causes, et les effets. La cause de ta nature hésitante, n’est pas ton manque de confiance. Seulement, tu n’as pas eu ce que tu voulais, ce que tu désirais. Et CA, c’est la cause de ta nature hésitante. » 

“Quoi?? » 

“Tu es coincé dans ce cercle vicieux. Tu hésites, tu doutes, parce que tu n’es pas habitué à ce que les choses se passent comme tu le souhaites. Et les choses ne se passeront jamais comme tu le souhaites, car tu restes hésitant, nerveux. Tu vois ce que tu veux, tu deviens nerveux, hésitant, et la porte de l’opportunité se referme sur toi. Et ça se passe toujours comme ça. Encore, et encore. Et à chaque choix que tu fais sans le vouloir, à chaque fois que tu restes dans cette inaction, tu te rejettes encore un peu plus… » 

Pook continua: »C’est là que ce cycle d’hésitation te mène. Dans ton monde d’hésitation, c’est ta virilité qui s’affaiblit. Elle est rapée, jusqu’à ce que tu deviennes ce gars gentil desesperé et assisté. Alors tu cherches à faire disparaître cette hésitation, en faisant des approches sans grand risques. Tu commences à donner des cadeaux sans cesse, des poèmes, des fleurs, et des déclarations d’amour. Tu cherches sans cesse à examiner, et à réexaminer des signaux non existant d’interets qu’elle pourrait avoir pour toi, jusqu’à ce que tu trouves le moyen de les interpréter comme tu voudrais que ce soit. A la fin, tu la mets sur un piedestal, et tu fais d’elle un véritable culte. » 

« Si il y a un choix à faire entre moins de souffrance, ou la possibilité de souffrir plus encore, nous choisissons par défaut moins de souffrance, ce qui est normal. A l’adolescence, aller voir une fille et échouer, te faisait croire que tu serais la risée du bahut, que ce serait la honte. Que ce soit vrai ou pas,peu importe c’est surtout que tu PENSAIS que c’était le cas. C’est comme ça que tu es devenu prisonnier de ce cercle vicieux et sans fin. » 

« Mais Pook! Comment est-ce qu’on peut sortir de là? » 

“Simplement en te rendant compte que le choix de l’Inaction est plus douloureux que celui de l’Action, du Risque. L’Enfance est terminé. Tu es un HOMME. Tu dois les approcher. Préfère l’action à l’inaction. Tout ceux parmi nous qui ont passé des années dans ce mode « hésitation » savent aujourd’hui très bien que le Rejet, qu’un « NON, je ne veux pas te parler! » est toujours préférable qu’un regret. Toujours. 


Source : Fifteen Lessons.

Illustration : Tim Mossholder.